Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 79 - Oct 2014

Go

Développement Local

Mascara, l’agropole

Le train de développement local mis sur les rails

Par Smail ROUHA

Partout dans le monde, les institutions, la société civile et les individus cherchent un moyen pour créer de la croissance, de la prospérité et du bien-être dont le moteur est l’investissement. Tous les facteurs liés à la croissance tels que la création de richesses, la création d’entreprises et des emplois, les revenus à la consommation, la mise en valeur des ressources humaines et naturelles, l’impôt et la dynamique sociale dépendent en grande partie de l‘investissement. A son tour, le développement de l’investissement dépend des politiques publiques, mais surtout du dynamisme des institutions au niveau local pour drainer l’investissement, répondre aux préoccupations des acteurs économiques et sociaux.
Conscient du rôle que peuvent jouer les collectivités locales dans ce cadre, le wali Ouled-Salah Zitouni a, dès son installation à la wilaya de Mascara au mois d’octobre 2010, arrêté et mis en œuvre un certain nombre de mesures. La première mesure, prise par le premier magistrat de la wilaya, conscient que l’investissement dépend de la confiance que les agents économiques ont dans leurs institutions et qu’il se construit à travers la pertinence des politiques publiques et l’instauration d’un dialogue, ainsi que la prise en charge de leurs préoccupations, était de réaliser un diagnostic de la situation de l’investissement et qui a porté principalement sur les contraintes que rencontrent les porteurs de projets et la situation des zones industrielles et des zones d’activités.

L'Andi ouvre un guichet unique
Le diagnostic établi, Ouled-Salah Zitouni a procédé à la modification des cahiers des charges des terrains cédés dans le cadre de l’investissement au niveau des zones d’activités et qui imposaient le type d’investissement à réaliser en laissant l’initiative du choix de l’activité à l’investisseur dans le respect, bien entendu, de la règlementation relative à la protection de l’ environnement – 47 projets d’investissement ont été débloqués dans ce cadre –, d’une part, et à la remise des mandats pour 26 investisseurs qui ne sont pas en possession d’actes de cession ou de concession en attendant leur régularisation, d’autre part. Dans un second temps, il a été décidé de l’ouverture à Mascara d’un guichet unique de l’Agence nationale de développement des investissements (ANDI), opérationnel depuis le 19 juin 2011, et l’élaboration d’un guide pratique sur l’investissement dans la wilaya de Mascara. Outre des informations générales sur la wilaya, ses atouts, ses potentialités et les opportunités d’investissement qu’elle offre, il comporte des conseils pratiques sur la création d’entreprises et renseigne sur l’ensemble des dispositifs d’appui et des avantages octroyés dans le cadre de l’investissement. Ce guide, premier du genre au niveau national, s’adresse aussi bien aux chômeurs et jeunes diplômés qu’aux investisseurs et chefs d’entreprises.
Ces mesures ont pour finalité la promotion de l’investissement à travers les mesures d’augmentation de l’offre foncière et du développement des zones industrielles et des zones d’activité. C’est ainsi que le projet de création d’une nouvelle zone industrielle dans la commune d’Oggaz par l’Aniref sur 100 ha a été retenue. Ce choix, loin d’être fortuit, vient en application des instruments d’aménagement du territoire, notamment le schéma d’aménagement de l’aire métropolitaine oranaise qui préconise un desserrement des activités industrielles vers cette zone qui présente plusieurs avantages comparatifs de par sa position au plan régional. Il y a aussi l’inscription au profit de la wilaya des opérations de réhabilitation et de développement des zones d’activité de Mascara et d’Oggaz, commune où est implantée la cimenterie Lafarge dont la production est de l’ordre de 2,5 millions de tonnes de ciment gris et de 500 000 t de ciment blanc, un produit très rare même en Europe.
En outre, la mesure prise par le conseil des ministres du 22 février 2011 relative à la concession de gré à gré des terrains destinés à l’investissement, sur la base d’un cahier des charges, a permis le recensement de 124 demandes de concession de terrains destinés à l’investissement déposées au niveau du secrétariat permanent du Calpiref pour un montant global du coût des investissements de l’ordre de 14.793.889.153,78 DA et le nombre d’emplois prévisionnels est de l’ordre de 5353.

Etat des demandes par branches d’activités
Branche d’activité    Nombre de projets    Montant de l’investissement    Emplois prévus
Agro-alimentaire                   50                   5.644.239.802,00 DA                 1533
services                                 33                   3.274.373.215,36 DA                 1191
industrie                                08                   2.781.640.000,00 DA                 409
Matériaux de construction    18                   1.726.547.306,42 DA                 688
BTPH                                     03                   420.305.000,00 DA                     65
Bois et papiers                      07                   299.843.830,00 DA                    117
commerce                             05                   146.940.000,00 DA                     159

Des potentialités économiques à faire-valoir
Limitée à l’est par les wilayas de Tiaret et Relizane, à l’ouest par la wilaya de Sidi Bel Abbes, au nord par les wilayas d’Oran et de Mostaganem et au sud par la wilaya de Saida, la wilaya de Mascara, subdivisée en 47 communes et 16 daïras, s’étend sur un territoire d’une superficie de 5.135 km2. Ce qui lui permet de disposer de potentialités alliant tourisme et nature, à même d'assurer un atout complémentaire à l'agriculture, qui constitue l'élément essentiel du développement dans la région des Beni-Chougrane. Sa population est de 812.558 habitants avec un taux de croissance annuel estimé à 2%, la densité moyenne est de 158 habitants au km2, son espace physique varie selon les zones au nombre de quatre. Sur les plaines de Sig et Habra au nord, favorable au développement de l’industrie agroalimentaire, sont implantées de nombreuses PME et de grandes entreprises industrielles principalement dans les branches d’activités liées à la transformation et au conditionnement des produits agricoles, tels que les olives, les agrumes et les produits maraichers, et dans la production des matériaux de construction. Les Monts de Beni Chougrane, situés entre les plaines de Habra-Sig au nord et la haute plaine de Ghriss au sud, s’étalent sur 18 communes. En dépit de la pauvreté des sols et d’une moyenne pluviométrie, les plaines de Habra-Sig disposent d’un terroir spécifique pour le vignoble, les arbres fruitiers et l’apiculture. Les Monts de Beni Chougrane renferment en outre un gisement d’onyx d’excellente qualité à Bouhnifia, à même d’attirer les investisseurs locaux ou dans le cadre du partenariat. Tandis que les sources de Bouhnifia, de par leur renommée mondiale et l’attrait de dizaines de milliers de curistes, offrent des opportunités d’investissement dans le domaine de l’hôtellerie, de la restauration, des loisirs,..., les plaintes de Ghriss se caractérisent par leur potentiel agricole. S’étendant sur une superficie totale de 1.366 km2, les plaines de Ghriss concentrent d’importantes unités industrielles spécialisées notamment dans le conditionnement et la transformation de produits agricoles. Les plaines de Ghriss recèlent également d’importantes ressources minières susceptibles d’être mises en valeur. Enfin, les Monts de Saida au sud recèlent d’importantes potentialités en matière d’exploitation de gisements de carrière d’agrégats et l’exploitation de pierres. Cependant, la wilaya de Mascara tend à garder son rang de grenier agricole de l’Algérie.

La sauvegarde des terres agricoles
Les disponibilités foncières agricoles occupent une superficie agricole totale de 434.133 ha soit 74% du total de la superficie de la wilaya, la superficie agricole utile est de 312.800 ha répartis entre 34.000 exploitations agricoles. La superficie irriguée est de 37.700 ha. Les principales filières agricoles sont l’oléiculture, le maraichage, les céréales et la production animale, oléicole. Quant aux ressources hydriques, la wilaya compte 4 barrages en exploitation pour une capacité de stockage de 213,4 HM3 auxquels s’ajoutent 130 forrages en exploitation pour une capacité de 134.740,80 m3/jour. Deux autres barrages, l’un à Oued Taht dans la région de Ain-Ferrah, d’une capacité de 7 millions de m3, et l’autre au lieu dit Les Trois-Rivières dans la région de Aïn Fekkane, d’une capacité de stockage de plus de 90 millions de m3, devraient voir le jour au cours de l’actuel quinquennat.
Dans le but de préserver les terres agricoles de l'avancée du béton qui met en péril l'équilibre environnemental de l’écosystème dans la région de Beni Chougrane, Ouled-Salah Zitouni, wali de Mascara, a initié un programme de réalisation de 6 nouveaux pôles urbains notamment à Mohammadia (3800 logements), à Mascara ( 3000), à Gargar ( 2200) et à Ouled El-Abtal (2816). Ces pôles urbains seront dotés de toutes les commodités nécessaires au bien-être des citoyens. Le secteur névralgique de l’habitat se renforcera également par la construction de 500 logements promotionnels aidés, de 10 000 logements de type rural, de 13 000 logements publics locatifs et de 5 000 logements publics aidés, soit une opportunité de garantir plus de 20 000 emplois. Tandis que le secteur de l’Education verra la réception de 7 lycées, de 11 CEM,de  9 lycées, et 495 classes de cours de l’enseignement primaire durant cette période de quatre ans. L'enseignement supérieur se dotera de 8 000 places pédagogiques, de 4 000 lits aux cités universitaires et d’un restaurant central de 800 couverts. Le secteur de formation professionnelle se renforcera par la réalisation de 4 instituts nationaux supérieurs de formation professionnelle spécialisée implantés à Sig, Mohammadia, Tighennif, El Bordj et Ghriss. Un nouvel hôpital de 120 lits spécialisé en orthopédie à Bouhnifia, un autre à Ouled El-Abtal et une maternité de 60 lits Mascara seront érigés au cours de ce quinquennat. A cela s’ajoutent deux autres polycliniques à Tizi et Aïn-Farès, un centre d’hémodialyse à Ghriss en plus de la mise en place de 2 scanners au niveau de Sig et Mohammadia et l’acquisition de 2 ambulances médicalisées.

L’agriculture, la culture et le tourisme font bon ménage
L’un n’empêche pas l’autre. Mascara, l’agropole, en plus d’un portefeuille destiné à l’investissement à la mesure des ambitions des porteurs de projets agricoles et industriels, des réseaux ferroviaires et routiers qui relient les grandes agglomérations de la région à l’autoroute Est-Ouest traversant la wilaya sur 78 km, dispose également d’opportunités touristiques à faire valoir. C’est ainsi que le wali de Mascara a fait éditer par la direction du tourisme en coordination avec l’Etablissement de gestion touristique des hammams de Bouhnifia (EGTT), un nouveau guide touristique mettant en relief les atouts de la cité de l’Emir Abdelkader. Riche en indications illustrées par des photos des différents sites historiques de la wilaya, à l’instar de ceux datant de la période de résistance de l’Emir Abdelkader, situés au chef-lieu, à Ghriss, Guetna et Sidi Kada, ainsi que les ruines romaines de la commune d’El Beniane, cette publication met en évidence l’arbre de Derdara à Ghriss et la mosquée de Sidi Hassan, deux lieux témoins des cérémonies d’allégeance à l’Emir Abdelkader, ainsi que la zaouïa de Sidi Mohieddine à Guetna et le musée du moudjahid au chef-lieu de wilaya. Les potentialités de la station thermale de Bouhnifia et les vertus thérapeutiques de ses eaux sont aussi évoquées parmi les nombreux produits touristiques de la région qui se distingue également par la beauté de ses paysages naturels. Pour donner une âme à Mascara, Ouled-Salah Zitouni a procédé à l’aménagement des carrefours de la ville, du théâtre de verdure, et à la restauration de vestiges historiques notamment le siège de la Mahkama et le commandement de l'Emir Abdelkader au cœur de la ville de Mascara, à la restauration du jardin Pasteur et du parc d’attraction, et au lancement des travaux de réalisation du musée Emir Abdelkader, sis au centre-ville de Mascara. Cette nouvelle infrastructure de conception architecturale arabo-musulmane sera un centre de rayonnement scientifique, historique et culturel, qui permettra de faire connaître l'histoire, les œuvres et le combat du fondateur de l'Etat algérien moderne et du chef de la résistance populaire contre l'occupation, ainsi que les étapes historiques qu'a connues l'Algérie de 1830 à 1962. Des documents et des instruments divers utilisés par l'Emir Abdelkader dans la gestion de l'Etat et dans sa lutte contre le colonialisme français seront exposés au musée. Mais pour attirer les touristes et les visiteurs, plusieurs projets hôteliers sont retenus. Incontestablement, le projet « Afak Istikbal hôtellerie » du groupe Promo-Invest demeure le plus attirant avec ses 120 chambres et ses 6 suites. Cette infrastructure viendra combler le déficit en la matière dans la wilaya de Mascara qui dispose actuellement de 36 hôtels pour 1911 lits.

Le Ghali de Mascara repart de bon pied
Concernant la jeunesse, un projet de réalisation de 13 opérations au profit du secteur de la jeunesse et des sports a été retenu. Tandis que quatre stades verront la pose du gazon synthétique ainsi que la réalisation de 8 centres sportifs de proximité, un dojo, une piscine olympique à Sig et une semi-olympique à Mascara, et 8 autres maisons de la jeunesse. En outre, la wilaya de Mascara sera bientôt dotée d’un centre régional des sports équestres et disposera de son propre vélodrome. Sur un autre registre, et pour permettre au club local de repartir de bon pied, Ouled Salah Zitouni, wali de Mascara a ordonné l’effacement de 30 millions de dinars de dettes du Ghali de Mascara. Comme, il a dégagé une enveloppe financière de 220 millions de dinars pour l’installation de l’éclairage nocturne au stade Mascara et de celui de Mohammadia 
S. R.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Smail ROUHA

Les plus lus

Il était une fois à Sétif…, une insouciance et des souvenirs
Par El Yazid Dib (El Yazid Dib à 6 ans) .

Télécharger version PDF

Version PDF