Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 117 - Nov 2018

Go

Développement Local

Un ręve devenu réalité

Projet de la baie d’Alger

Par Meriem ALI MARINA



Les premiers fruits du projet de réaménagement de la baie d’Alger (cap Caxine-lac de Réghaïa, sur près de 50 km de côte), bien qu’encore loin d’être terminé fait déjà ses premiers heureux, notamment au niveau de la capitale.Tout y est pour que ce soit la fête, y compris une forte présence policière. Cet été, les Algérois, mais pas seulement, enfants, jeunes, et même des personnes du troisième âge peuvent déjà se dorer au soleil sur uneplage abandonnée depuis on ne sait plus combien d’années : les Sablettes, où on peut désormais lire sur un écriteau bleu en gros et en gras «Baignade autorisée». Impossible, disaient il y a quelque temps certains sceptiques. Beaucoup n’y croyaient plus, mais désormais il fait bon se dorer au soleil et nager aux Sablettes. Cette bande côtière de quelques kilomètres, abandonnée depuis plusieurs années, est transformée en promenade. Outre la petite plage qui accueille tout ce beau monde juste à l’entrée, c’est sur des kilomètres que la côte peut être longée bien que les travaux soient toujours en cours. Au bonheur des joggers, mais aussi des enfants qui n’en finissaient pas, lajournée durant, de courir dans tous les sens, tentant de maîtriser leur cerf-volant. «C’est vraiment magnifique!», nous a confié une mère de famille rencontrée sur place, assise à même le gazon. Il est midi. «J’ai préparé des sandwichs pour les enfants. Ils ont besoin de reprendre des forces après des heures passées à courir dans tous les sens». «Leur père les surveille, il doit être aussi épuisé qu’eux» a-t-elle ajouté. A l’image de cette mère de famille, ils sont nombreux à improviser un pique-nique.  «On sait maintenant où passer le week-end», nous confie pour sa part un jeune couple. «Pour l’instant, il n’y a qu’une petite plage, mais d’autres vont voir le jour petit à petit, à mesure que les travaux avancent», réplique un agent chargé de la sécurité. Ce jour-là, une animation musicale était prévue. Et ils étaient nombreux à se lancer dans quelques pas de danse. Le temps d’une tête dans l’eau, Rafik, 20 ans, et son ami Amine nous rejoignent. «On va se cotiser pour acheter une flouka (petite barque)». Pour ces jeunes, comme pour d’autres, ce projet de «flouka» est loin d’être un projet de «harga», comme on aurait pu le croire il y a quelques années. «Harga ? Tu es fou ? On a tout ici. Je vais enfin faire une chose que j’ai toujours rêvé de faire : pêcher au large et juste à côté de chez moi.» Le discours des jeunes semble avoir bien changé. Du moins pour ceux-là. Mais il semblerait qu’ils sont nombreux à partager cette nouvelle façon d’envisager l’avenir…

L’autre visage de Oued El-Harrach.
Dès cet été, l’Oued El Harrach, à l’est d’Alger, sera en grande partie dépollué, et les mordus de la pêche pourront y pêcher le mulet ou l’oblade, après une grande opération d’aménagement. Très pollué dans sa partie«algéroise» après avoir traversé la Mitidja, Oued El Harrach a bénéficié d’un important projet d’aménagement dont l’objectif est d’éliminer les rejets domestiques et industriels, de lutter contre les inondations et de créer tout au long de ses rives des espaces de détente pour réhabiliter ce cours d’eau. Le projet d’aménagement de l’Oued El Harrach prévoit notamment des aires de loisirs et des aires de baignade avec un coût global de 40 milliards de dinars, «avance très bien», a affirmé à propos  le ministre des Ressources en eaux, Hocine Necib, lors d’une visite de travail dans la wilaya d’Alger. «L’ouverture des aires aménagées au public se fera par étape», a-t-il assuré.  La dépollution de l’Oued El Harrach (Alger), qui devra être totalement achevée en 2015, est destinée à réhabiliter et à aménager les berges de ce cour d’eau descendant des monts de Chréa, dans la wilaya de Blida. Ce projet, dont la réalisation a été confiée au groupement algéro-coréen (Cosider-Daewoo Constructions), porte, entre autres, sur le renforcement des capacités d’épuration des eaux usées et l’aménagement d’aires de loisirs sur les deux rives de l’oued, pollué depuis plusieurs décennies par les rejets domestiques et ceux des unités industrielles. Au-delà de sa dépollution, la réhabilitation de l’Oued El Harrach portera aussi sur l’aménagement d’espaces de loisirs et de baignade. L’Oued El Harrach est d’une longueur totale de 67 km dont près de 19 km dans la capitale, alors que le reste de son parcours s’étend sur les wilayas de Blida et de Médéa à travers l’Atlas blidéen. Le projet de sa réhabilitation porte, en particulier, sur son recalibrage, la réalisation de trois jardins filtrants, la mise en place de systèmes de contrôle et surveillance de la qualité de l’eau, ainsi que de prévision et d’alerte des crues, la construction de ponts et passerelles et la réalisation de stations de pompage d’une capacité de 90.000 mètres cubes par jour. Par ailleurs, le ministre a assuré que le prochain défi pour la wilaya d’Alger sera l’amélioration de son système d’assainissement. Avec le parachèvement des travaux d’épuration de Oued El Harrach, la promenade s’étendra au-delà de l’embouchure, car l’oued sera navigable sur plusieurs centaines de mètres.

Alger ne tourne plus le dos à la mer
Cette œuvre, une fois livrée, offrira aux visiteurs la possibilité de se promener sur plusieurs kilomètre à partir de l’embouchure de Oued El Harrach jusqu’au port, avec toutes les commodités qu’impliquent de telles flâneries. D’ores et déjà, les visiteurs, notamment les enfants, peuvent découvrir un espace familial beau et sain. Des palmiers, du gazon, des fleurs et des arbustes plantés à équidistance ponctuent l’itinéraire des promeneurs, qui tantôt se tournent vers la mer pour contempler la grande bleue, tantôt vers les carrés de végétation ornés de baliveaux et d’herbe verte. Les plus enclins au sport occupent déjà les terrains consacrés à cet effet. Des enfants, des jeunes, des moins jeunes et même des personnes du troisième âge peuvent s’adonner aux distractions qu’offrent les structures sportives du lieu. Les enfants, quant à eux, occupent par dizaines les espaces de sable équipés de toboggans, de balançoires et autres équipements de puériculture. Une chose est sûre : cette nouvelle réalisation est plus que bien accueillie par les Algérois, qui trop longtemps ont pris l’habitude de se confiner chez eux, tant ce type de lieux de villégiature a longtemps déserté leur quotidien.C’est une révolution.

Alger dans toute sa …splendeur
La baie d’Alger est un site d’exception qui a donné à la ville sa beauté, son identité urbaine et son modèle spatial si particulier. L’Algérie a l’ambition de faire de sa capitale l’une des vitrines et portes de l’Afrique et de la placer dans le peloton de tête des métropoles méditerranéennes. Le projet se décline suivant un triple équilibre : l’axe Eco-urbain vise à créer de nouvelles centralités pour réconcilier la ville et la mer, l’axe Ecodéveloppement organise les transformations économiques et sociales et l’axe Ecosystème prévoit de restaurer les équilibres écologiques de la baie. Le plan stratégique de développement de la ville d’Alger (2010-2029) se répartit en quatre phases. La première phase (2010-2014) vise la réhabilitation de la façade maritime d’Alger, à travers des opérations de réhabilitation du centre historique d’Alger dont la Casbah, le réaménagement de certains quartiers abritant les principaux équipements publics, la concrétisation du plan d’éclairage moderne et l’extension du réseau du transport collectif urbain. Concernant la deuxième phase (2015-2019), elle concerne la réalisation d’un nouveau port en eau profonde, la poursuite des travaux d’aménagement de la baie d’Alger et la restitution d’assiettes foncières du secteur industriel pour d’autres usages urbains. La troisième phase (2020-2024) sera consacrée à la poursuite de l’aménagement de la baie d’Alger. Quant à la dernière phase (2025-2029), elle vise à transformer Alger en une ville métropolitaine notamment à travers la finalisation des travaux d’aménagement de la baie d’Alger et l’extension de la ville vers l’est.
M. A. M.



Articles de la même rubrique

Du mĂŞme auteur

Par Meriem ALI MARINA

Les plus lus

Energie renouvelables
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF