Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 105 - Mai 2017

Go

A la une

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal, à l’ouverture des travaux de la réunion Gouvernement-walis

« Le génie et la sagesse du peuple algérien sont notre bien le plus précieux »

Par Farid HOUALI



«Le chef de l’Etat vous assure de son soutien et vous encourage à redoubler d’efforts pour l’atteinte des objectifs que nous nous sommes fixés, à savoir développer notre pays dans la paix et la fraternité et bâtir un avenir meilleur pour tous ses enfants», a affirmé le Premier ministre Abdelmalek Sellal dans son allocution d’ouverture de la rencontre.«Je suis heureux de vous rencontrer à nouveau et de vous transmettre les salutations de son excellence le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, notamment à ceux parmi messieurs les walis qui ont été nommés dans leurs nouvelles fonctions ou redéployés vers d’autres wilayas», a-t-il ajouté. En ce sens, le Premier ministre a estimé que «le génie et la sagesse» du peuple algérien «sont notre bien le plus précieux», soulignant que «l’adhésion massive» qu’affichent les Algériens en faveur de la personne et du programme du président de la République «exige de nous un respect profond, un engagement total et des résultats concrets». A cet effet, Abdelmalek Sellal a exhorté les walis d’agir «constamment dans le strict cadre des lois et des règlements et dans le respect de l’autre en privilégiant le dialogue». Pour le Premier ministre, la croissance sera dorénavant cherchée dans l’entreprise sur la base du nouveau modèle économique de croissance. A l’occasion, le Premier ministre a assuré que ce nouveau modèle de croissance avait été décidé pour «préserver les équilibres financiers et diversifier davantage l’économie nationale dans un objectif de croissance». Ce nouveau modèle économique, a-t-il poursuivi, «vient mettre en cohérence et en synergie les éléments de l’action économique avec les éléments factuels de conjoncture tout en maintenant les objectifs de mue économique et de responsabilité des pouvoirs publics envers les couches défavorisées». Au lieu de l’austérité, «nous avons toujours fait le choix de la croissance que nous chercherons dorénavant dans l’entreprise nationale, espace privilégié de création de richesses, de plus-values et d’emplois pérennes, tout en consolidant la justice sociale», a avancé Abdelmalek Sellal. Il a également réaffirmé que l’Algérie continuait «de résister et de déployer des efforts pour préserver la stabilité de ses indicateurs macroéconomiques » et ce, malgré la contraction de ses revenus pétroliers depuis trois années. Par ailleurs, le Premier ministre a fait valoir que le développement local était l’affaire de tous et que c’est cette prise de conscience et cet engagement collectifs qui constitueront «nos gages de succès et de réussite». Il a alors exhorté les walis à «libérer les énergies et les initiatives et à reléguer à la marge les réflexes de passivité et de bureaucratie». Le Premier ministre a, dans ce sens, appelé les élus locaux à «s’impliquer pleinement dans ce qui est désormais une préoccupation quotidienne et un objectif essentiel, à savoir l’amélioration de l’attractivité, l’implantation des projets et le captage des investissements». Il les a invités, dans ce sens, à accorder une importance particulière à l’accroissement de l’offre foncière, à la simplification des procédures administratives, à l’accompagnement des opérateurs et au replacement des PMI, du tourisme et de l’agriculture au cœur des dynamiques de développement local. D’autre part, il a préconisé, «une approche économique est à adopter en matière de gestion des services publics» en mettant en avant les critères d’efficience et de viabilité des entités de gestion. Sur un autre volet, Abdelmalek Sellal a rappelé les actions menées par les pouvoirs publics pour la redynamisation du développement local et l’amélioration du quotidien des citoyens à travers la réalisation d’importantes infrastructures de base. Il a, dans cette optique, appelé les responsables locaux à concentrer leurs ressources sur l’amélioration des services publics et des différentes prestations rendues et sur l’entretien et la maintenance de ces infrastructures et équipements réalisés et acquis «au prix d’un effort lourd de la collectivité nationale».En matière de moyens alloués pour la réalisation des objectifs de développement local, le gouvernement a veillé, lors de l’élaboration du projet de la loi de finances 2017, à dégager de nouvelles ressources au profit des collectivités locales, a-t-il noté. Il s’agit de conforter les actions en matière de la solidarité intercollectivités et le concours temporaire pour le financement des projets publics.

La préservation de la souveraineté nationale
Dans son allocution, le Premier ministre a plaidé pour la préservation de la souveraineté de la décision économique nationale dans le contexte de difficultés financières que vit le pays du fait du recul des prix du pétrole.«La conjoncture que traverse le pays (sur le plan financier) nous dicte de préserver la souveraineté de notre décision économique car notre décision politique en est tributaire», a en effet précisé Abdelmalek Sellal. Le gouvernement ne saurait tolérer un niveau d’endettement «élevé» car cela risque de «compromettre l’avenir des générations futures, a-t-il ajouté, affirmant qu’«il nous incombe de penser à leur avenir». A ce titre, il y a lieu de développer les ressources d’hydrocarbures et d’appuyer les explorations, qu’il s’agisse des ressources classiques ou du gaz de schiste. Evoquant la règle 49/51% qui régit les investissements étrangers en Algérie, le Premier ministre a précisé que celle-ci avait «consacré la souveraineté de l’Algérie sur son économie en dépit des critiques essuyées». Selon M. Sellal, 2017 s’annonce «difficile» pour l’économie nationale, d’où l’importance de promouvoir de nouvelles ressources économiques, notamment à la faveur des efforts des autorités locales au niveau des communes, des wilayas et des régions. « 2017 sera notre dernière chance pour opérer un changement de vision économique privilégiant la culture du travail», a dit le Premier ministre, appelant les walis et les responsables locaux à axer leurs efforts sur le soutien aux activités d’investissement dans les secteurs des industries lourde et légère, du tourisme et de l’agriculture. Les pratiques bureaucratiques dans le secteur économique n’ont plus lieu d’être, notamment après l’introduction de lois favorisant la liberté d’initiative et protégeant les cadres gestionnaires dans la prise de décision, a-t-il ajouté. Selon lui, «les mentalités en matière de gestion locale doivent changer» et les investisseurs algériens doivent assumer leur part de responsabilité dans le développement de l’économie nationale. M. Sellal a appelé à tenir l’analyse de la situation économique du pays à l’abri du défaitisme et du pessimisme, estimant qu’un minimum de consensus autour d’une vision économique unifiée entre le gouvernement, les autorités locales et les partenaires sociaux et économiques était nécessaire pour atteindre les objectifs escomptés. Optimiste, le Premier ministre a assuré que le gouvernement tablait sur un taux de croissance de 3,9% en 2017 malgré la baisse des revenus pétroliers du pays. «Malgré la contraction de ses revenus pétroliers depuis trois années, l’Algérie continue de résister et de déployer des efforts pour préserver la stabilité de ses indicateurs macroéconomiques», a dit Abdelmalek Sellal lors de son intervention à la réunion gouvernement-walis. «C’est ce qui nous a permis de réaliser un taux de croissance de 3,9%. Bien que l’année 2017 s’annonce difficile, nous visons le même objectif de croissance», a-t-il ajouté. Faisant le point sur certains paramètres économiques, le Premier ministre a indiqué que le nombre de ceux déclarés sur les seules trois dernières années équivalait à 70% des créations d’activités depuis 2002 avec 24.836 investissements déclarés sur ces trois années, tandis que les crédits à l’économie demeurent en progression de l’ordre de 10%, alors que les chiffres de l’inflation et du chômage restent «relativement stables». Néanmoins, il a appelé à la nécessité de fournir plus d’efforts en matière de facilitation de création d’entreprises et d’investissements surtout que, a-t-il observé, beaucoup d’entraves ont été levées avec la promulgation de la loi sur l’investissement et la réforme de la gestion du foncier industriel. Le Premier ministre a en fin, qualifié l’année 2017 d’« étape nouvelle dans l’ancrage de la pratique démocratique» à travers l’organisation des élections législatives et locales. «L’année 2017 verra l’organisation de scrutins nationaux et locaux sous les nouvelles dispositions de transparence et de contrôle introduites par le texte constitutionnel. Ce sera une étape nouvelle dans l’ancrage de la pratique démocratique dans notre pays», a affirmé M. Sellal. Le rôle du gouvernement «sera de réunir toutes les conditions matérielles pour garantir la réussite de ce double rendez-vous électoral national», alors que la Haute instance indépendante de surveillance des élections «veillera en toute neutralité à la bonne tenue et à la transparence des scrutins», a encore précisé le Premier ministre. «Notre action pour la mise œuvre du programme du président de la République et la réalisation du renouveau national sociétal, social et économique peut déranger des habitudes, bousculer des vieux réflexes et contrarier des intérêts», a-t-il fait remarquer. Il a ainsi estimé qu’il est donc «naturel et normal» que cette action reçoive «des résistances et des critiques», soulignant à cet effet que «notre principal allié dans ce combat demeure le peuple si nous lui disons la vérité, lui expliquons notre démarche et si nous arrivons à gagner son adhésion». «De toute l’histoire, jamais les Algériens n’ont déçu ceux qui ont compté sur eux. Ma foi en les fils de ma patrie est inébranlable», a encore affirmé le Premier ministre.

Un pays exportateur« de paix et de stabilité »
Suite aux interventions des représentants d’organisations économiques et de la société civile lors de la rencontre gouvernement-walis tenu au Palais des Nations (Alger), le Premier ministre a assuré que «l’Algérie n’exporte pas seulement le pétrole mais deux éléments beaucoup plus importants: la paix et la stabilité». Evoquant sa récente visite au Mali, Abdelmalek Sellal s’est dit fier de l’initiative du gouvernement malien de baptisation d’un boulevard au centre-ville de Bamako au nom du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Cette initiative «se veut une reconnaissance au président Bouteflika pour tous ses efforts en faveur de ce pays et son parcours révolutionnaire», a-t-il dit. Le boulevard baptisé le 4 novembre dernier, au nom du Président Bouteflika, long de 1550 mètres, est situé entre deux ponts dans la rive gauche du fleuve du Niger qui traverse la capitale malienne. S’exprimant à l’occasion de la cérémonie de baptisation, le Premier ministre malien Modibo Keita a exprimé la «reconnaissance» de son peuple envers le Président Bouteflika pour «tous ses efforts en faveur de la paix au Mali», ajoutant que «le fait d’avoir le sentiment que l’Algérie ait accepté que le nom de son Président soit donné à ce boulevard, honore non seulement la ville de Bamako, mais le Mali tout entier». M. Keïta a déclaré que l’événement «est plein de symboles, car il est dédié à une très grande personnalité qu’on a appelé très souvent Abdelkader le Malien, en l’occurrence Abdelaziz Bouteflika, un grand Africain humaniste qui a consacré sa vie au bonheur des autres et à l’avènement de la paix et de la stabilité dans le monde». Pour sa part, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a exprimé, à cette occasion, au nom du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et au nom du peuple algérien ses «remerciements» au peuple malien, qualifiant ce moment de «très fort».Il a également considéré le fait d’avoir baptisé l’un des «plus grands et merveilleux» boulevards de Bamako au nom du président Bouteflika, de «symbolique extrêmement fort pour tous les Algériens».
 F. H.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

HB Technologies
Par Farid HOUALI.

Abdelkader Zoukh, wali d’Alger
Nouredine Yazid Zerhouni.

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF