Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 104 - Avril 2017

Go

A la une

Le professionnalisme de la Sûreté nationale reconnu de tous

Toujours une place au podium

Par Farid HOUALI



Depuis 2010 à ce jour, la Sûreté nationale a en effet, réalisé une avancée qualitative dans ses effectifs, ses moyens, ses structures et en prospective sécuritaire, grâce aux nombreux projets concrétisés, par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), sur des bases scientifiques et en conformité aux critères mondiaux. «Nous œuvrons à moderniser le corps de la Sûreté nationale dans tous les domaines dans le but de renforcer l’Etat de droit», a souvent réaffirmé le premier responsable de la DGSN, le général-major Abdelghani Hamel. Ainsi, l’expérience acquise par la Sûreté nationale sur le terrain l’a propulsée à « l’avant-garde, en matière de gestion démocratique des foules et de lutte contre le terrorisme notamment ». Les résultats probants réalisés, en la matière, par les corps sécuritaires ont fait que l’expérience de la Sûreté nationale soit sollicitée par un grand nombre de corps de police, de par le monde. Et comme la Sûreté nationale ne « se contente pas du peu », notons qu’une session de formation en matière de prévention des risques chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires et explosifs au profit des cadres de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), spécialisés dans le domaine a été organisée l’année dernière. Dans un message adressé aux participants à cette session, le DGSN a affirmé son souci d’améliorer le niveau de la ressource humaine de la Sûreté nationale, spécialisée dans ce domaine, à travers la consolidation de la coopération tant au plan national qu’international, en participant aux différents programmes de formation mettant en exergue l’importance de ces sessions de formation dans le développement des expériences des éléments de la police, pour être au diapason des progrès enregistrés en matière de lutte contre le crime. Ainsi, le haut degré de professionnalisme atteint par la Sûreté nationale lui a valu respect et considération à travers le monde. En visite en Algérie, le directeur général de la Police de la Sécurité publique portugaise, Luis Manuel Peça Farinha, a de son côté salué, le 21 mars, les«progrès» réalisés par la Sûreté nationale en termes de développement de ses capacités humaines et techniques. Après avoir visité des structures de la DGSN, à l’instar du laboratoire central de la police scientifique, du service régional des finances et de l’équipement (SRFE) et du centre médico-social «Omar Harraig» (ex-Villa Magnon), M. Rafinha a relevé «le niveau atteint par la Sûreté nationale en matière de formation et de qualification, ainsi que la modernisation des moyens et capacités lui permettant d’être au diapason avec les standards internationaux».
Lors de ces visites, le directeur de la police portugaise, qui était accompagné du Directeur général de la Sûreté nationale, le général-major,  Abdelghani Hamel, et des cadres de ce corps de sécurité, a reçu des explications, à travers des présentations, concernant les caractéristiques, les missions, l’organisation et le fonctionnement de ces trois structures. Il a tenu, par la même occasion, à saluer «le rôle de la Sûreté nationale dans le renforcement de la coopération entre les différentes polices, aux niveaux régional, continental et international, notamment dans le cadre de l’Interpol et de l’Afripol». «Outre le professionnalisme de la Sûreté nationale, j’ai constaté un grand intérêt, de sa part, pour la formation de l’élément humain», a encore relevé le directeur général de la Police de la Sécurité publique portugaise, Luis Manuel Peça Farinha, qui visitait l’Ecole d’application de la Sûreté nationale Abdelmadjid-Bouzbid de Soumaâ (Blida),A l’issue de la présentation, par le directeur de l’Ecole de Soumaà, d’un exposé sur l’histoire de son établissement, Luis Manuel Peça Farinha a affirmé que la formation est primordiale, car elle permet aux hommesde la police d’accomplir, au mieux, leur mission consistant à veiller à l’application de la loi, et à la protection des citoyens et de leurs biens. Accompagné du Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le général-major Abdelghani Hamel, le directeur général de la Police de la Sécurité publique portugaise a effectué une tournée dans les différentes structures de l’Ecole d’application de la Sûreté nationale de Soumaâ, dont des classes, des salles de conférences, une piscine, des champs de tir, un hippodrome. Il a assisté, à l’occasion, à de nombreuses exhibitions des stagiaires de cette école, dans différents exercices d’application. L’investissement dans la ressource humaine a en effet, permis à la Sûreté nationale de s’octroyer une place de choix du classement international. Veiller et garantir la quiétude de citoyens et assurer la protection des biens, nécessite la mobilisation de grands moyens. Ce n’est en aucun cas une mine affaire certes. Mais, pas impossible.Une bonne gouvernance en matière de gestion de la ressource humaine et une feuille de route sécuritaire constamment actualisée sont la clé de la réussite dans la mise en œuvre de la stratégie élaborée par la DGSN, pour faire face à la criminalité sous toutes ses formes. Auparavant, le même responsable portugais affirmait, à l’issue de son audience avec Noureddine Bedoui, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, à laquelle a pris part le DGSN, le général-major Abdelghani Hamel, que cette rencontre a porté sur la coopération entre les polices des deux pays et « nous avons procédé à un échange de nos expériences respectives ».Qualifiant cette coopération de «technique, franche et ouverte», le responsable portugais a souligné que «les polices des deux pays partagent des intérêts communs». Pour sa part, le général-major Hamel a indiqué que les entretiens entre les deux parties avaient porté sur «la lutte contre le crime organisé, la lutte contre le terrorisme ainsi que la formation et les échanges de renseignements et des expériences».

Le GOSP, ou la fierté de la police nationale
LE GOSP dispose de véhicules d’assaut MARS, de véhicules 4×4 blindés et bénéficiera du support de l’Unité aérienne de la sûreté nationale. Pour ce qui est de l’équipement individuel, le groupe d’élite utilise le HK MP5 et MP5 SD6, le fusil de sniper Sako et de l’incontournable AKM, ainsi que d’équipements à vision nocturne. Lancée officiellement à Oran le 22 juillet dernier à l’occasion de la fête de la police, le Groupement des opérations spéciales de la police (GOSP) est considéré comme l’unité d’élite de la police nationale algérienne. Il a pour mission l’intervention contre le crime organisé dans le cadre du respect des lois de la République et des droits de l’Homme. Placé sous l’autorité directe du général-major Abdelghani Hamel, le GOSP, composée essentiellement des membres d’élite de la police ayant cumulé une longue expérience en la matière, ayant une bonne condition physique renforcée par une endurance et une grande résistance au stress, est appelé à intervenir dans des situations extrêmes, notamment le terrorisme urbain et le grand banditisme. Inspirée du RAID français et du SWAT américain, le GOSP aura pour mission d’intervenir en milieu urbain contre les individus armés et dangereux par la négociation ou par la force, la gestion des prises d’otages, le transfert des personnalités importantes (VIP) ou de prévenus dangereux et contribuera par son expérience et sa formation spéciale à lutter efficacement contre toutes les formes de criminalité ou de terrorisme.
En visite au siège de cette même unité, le DGSN, accompagné du directeur général de la Police de la Sécurité publique portugaise, Luis Manuel Peça Farinha, a exprimé sa «fierté à l’égard des hautes aptitudes» de cette unité d’élite, en dépit de sa jeune expérience, affirmant être«totalement disposé à exporter cette expérience à quiconque en exprimera le besoin».A son tour, son homologue portugais a souligné le «haut niveau» de coopération liant les polices des deux pays, appelant à l’ouverture d’autre perspectives pour le renforcement des échanges entre elles, d’autant plusqu’elles ont les «mêmes intérêts», a-t-il observé. Il a, également, loué les « progrès» réalisés par la Sûreté nationale en termes d’adoption de moyens modernes et de formation, dans la lutte contre le crime. A ce propos, des moyens logistiques sont mis à la disposition du GOSP, selon le général-major Hamel.Le responsable portugais, qui a assisté à des exhibitions présentées à l’occasion par le GOSP a aussi souligné le rôle de la police algérienne dans le renforcement de la coopération entre les différentes polices aux niveaux régional, continental et international. Cette opportunité a donné lieu à une visite du siège de l’unité du GOSP de Boudouaou, par le DGSN, en compagnie de son hôte portugais, de l’ambassadeur du Portugal en Algérie et de hauts cadres des corps de la police des deux pays. Sur place, la délégation visiteuse s’est enquise des conditions de travail au sein de cette unité, ainsi que des équipements, armes et autres moyens exploités dans l’entraînement de ses membres. Les membres de cette unité d’élite de la Sûreté nationale (formés au Portugal justement en coordination avec l’unité spéciale de la police portugaise spécialisée dans la lutte contre le terrorisme), ont présenté, à leurs hôtes, des exhibitions multiples ayant trait essentiellement à la libération d’otages, au démantèlement de gangs armés et à la neutralisation d’une attaque terroriste. A l’occasion, le général-major Abdelghani Hamel a appelé le responsable portugais à œuvrer ensemble en vue de promouvoir la coopération entre les deux pays à la hisser à un niveau de «partenariat avancé» se félicitant du niveau des relations d’excellence liant les polices des deux pays, ayant abouti à un échange d’expériences dans divers domaines, dont la formation notamment.Il a, en outre, affirmé l’impératif de multiplier les échanges, expertises et expériences, car les risques sécuritaires, a-t-il soutenu, sont les mêmes pour tous les pays, citant le terrorisme et le crime organisé, et nécessitent une confrontation étudiée et basée sur la consultation et l’unité entre tous les concernés.Une coopération à maintes fois soulignée d’autant que le DGSN, avait déjà en novembre dernier, lors d’une visite de travail effectué au Portugal, insisté sur la nécessité d’élargir les domaines de coopération entre la police des deux pays pour tirer profit des expériences réussies de l’Algérie et du Portugal en matière de lutte contre les différentes formes de criminalité. Ainsi, le général-major Abdelghani Hamel avait examiné avec la ministre portugaise de l’Intérieur (portugaise), Costança Urbano de Sousa, «les moyens de consolider la coopération entre la police des deux pays, à travers l’échange d’informations sécuritaires». L’entretien du général-major avec la ministre portugaise de l’Intérieur avait porté essentiellement sur «les moyens de consolider la coopération entre la police des deux pays, à travers l’échange d’informations sécuritaires, la coordination, et la conjugaison de leurs efforts en matière de lutte contre le terrorisme et toutes les formes de criminalité qui menacent les sociétés».
 F. H.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
Par AMMAR KHELIFA.

Protection civile
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF