Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 79 - Oct 2014

Go

Communication

Trente ans de performance et de qualité

Groupe COSIDER, un géant du BTPH en Algérie

M.C

Les performances du groupe COSIDER ne sont plus à présenter. Et ce n'est certainement pas un hasard qu'en 2008, il a été classé à la 7ème  loge du Top 50 des meilleures entreprises africaines dans le domaine des travaux publics, établi chaque année par l'hebdomadaire international «Jeune Afrique ». Son implication dans le mégaprojet du président de la République de construire 1 million de logements est entière. Omniprésent sur la scène nationale et les différents secteurs, le Groupe COSIDER mise beaucoup sur la qualité de ses ouvrages.
Le Groupe COSIDER est incontestablement le leader du BTPH en Algérie. En effet, l'assiduité et la persévérance des managers de ce Groupe l'ont propulsé au rang des plus grandes entreprises nationales et même au niveau régional et mondial. Les performances réalisées jusque-là dans les travaux publics, les ressources en eau, le bâtiment pour ne citer que ceux-là, plaide parfaitement pour cette approche. Après 30 ans d'existence, le Groupe COSIDER a acquis une expérience indéniable dans son secteur d'activité, et ce grâce à la volonté des hommes et une gestion judicieuse. Aujourd'hui, sa renommée est inénarrable. Il cumule à son actif beaucoup de réalisations. De grandes réalisations. Ainsi, sa contribution dans la réalisation du projet du siècle, l'autoroute est-ouest en l'occurrence, est considérable. Il a participé en effet à la réalisation de 73 Km dans la wilaya d'Ain Defla de même que le tronçon reliant Lakhdaria à Bouira dont le fameux tunnel de Djebahia. Le groupe COSIDER naquit le 1er janvier 1979 sus forme de société économique mixte, issue d'un partenariat entre la Société nationale de Sidérurgie (SNS) et le groupe danois Christiani et Nielsen. En 1982, la SNS a racheté complètement ses actions. Cette « étatisation » a permis au Groupe de se propulser et investir les métiers du BTPH. Ainsi, COSIDER a carrément changé de statut en 1990, à la faveur de la loi 88/01portant autonomie des entreprises publiques, devenant de ce fait une société par actions (Spa) détenue par les Fonds de participation de l'Etat, et puis par le Holding jusqu'à 1999, date à laquelle, la BEA a racheté 55% de son capital, devenant partenaire de la SGP Indjab dans la gestion de COSIDER.

Et depuis, le Groupe a retrouvé le cap, réussissant des prouesses en matière d'infrastructures de base, d'équipements publics et de bâtiment. Des prouesses qui se sont illustrées par la création de plus de 10 000 postes d'emplois supplémentaires et l'accroissement  de sa production de plus de 100 % et ce, en l'espace de 6 mois. Au dernier bilan en date, le Groupe COSIDER compte un effectif de plus de 19 000 travailleurs et son activité est estimée à plus de 50 milliards de dinars. Auparavant, l'Entreprise a fragmenté ses activités en 10 filiales dans le cadre d'une restructuration basée sur la séparation de ses activités et la centralisation de chacune d'entre elles. Ces filiales activent présentement dans le secteur du bâtiment et travaux publics, dans le secteur des réalisations des transferts hydrauliques et du transport des hydrocarbures par pipe-line, selon le PDG du Groupe,  M. Lakhdar Rekhroukh. 

Un acteur de terrain dans le développement national

Le Groupe COSIDER jouit tellement d'une renommée honorable, qu'il est tout le temps sollicité dans la réalisation des grands projets nationaux.  Barrages, transferts, gazoducs, routes, ponts, immeubles….COSIDER a désormais laissé son empreinte partout. Dans la pose de gazoduc, il est leader et pourrait même concurrencer les grandes firmes mondiales en la matière. Le Groupe a en effet cumulé la construction de 1 500 Km de pipe-line, dont 300 Km entre Hassi R'mel et la Tunisie et 500 Km dans le cadre du projet Medgaz allant vers l'Espagne.  Le PDG du Groupe s'en enorgueillit actuellement, et c'est tout à son honneur, de l'admission en 2006 de son Groupe à l'Association des grands constructeurs mondiaux du pipe-line (IPLOCA). COSIDER a réalisé deux grands barrages d'eau dans les années 1990 lorsque notre pays traversait une période difficile. Il en prévoit trois autres à Mostaganem, Tébessa et Sidi Bel-Abbès dont les travaux sont d'ores et déjà entamés. En matière de logements, COSIDER a réalisé, ou en voie de l'être, plus de 20 000 logements pour le compte de l'OPGI et l'AADL, de même que la livraison de 2 000 places pédagogiques à Dély Brahim, 1 500 lits à Ben Aknoun ainsi que la nouvelle Faculté des Sciences de l'information et de la communication de Hydra.

Cette dernière est un chef-d'œuvre architectural, digne des grands ouvrages artistiques. Les réalisations ne se limitent pas à cela, car COSIDER a réalisé deux sections du Métro d'Alger qui sera prochainement mis en fonction. Aussi, a-t-il réalisé deux projets de lignes ferroviaires de près de 100 Km avec plus de 5 Km de tunnel de Bordj Bou-Arréridj à M'sila et de Ain Mlila à Oum El-Bouaghi, les travaux de protection du port de Bejaia et la réalisation encore d'un nombre important d'ouvrages d'art, tel celui d'Oulman Khélifa qui relie le complexe de Riadh El-Feth au plateau des Anassers. En outre, le Groupe COSIDER ne tarit pas d'ambitions. Il envisage, selon les dires de M. Rekhroukh, d'étendre ses moyens d'investissement dans la perspective d'élever ses parts de marché, générer des emplois et économiser au pays des transferts de devises. C'est dans cette optique qu'il compte renforcer en 2009 le processus de reconfiguration du portefeuille du Groupe et ce à travers deux grands axes concernant toutes les filiales ; l'achèvement et la livraison des projets encore en chantier et l'exécution des grands projets, tels la base aérienne de Reggane, le transfert d'eau In Salah-Tamanrasset, la faculté de Médecine d'Alger et le centre pénitentiaire de Boumerdès. D'autre part, COSIDER se prépare à mener des travaux de raccordement au réseau de gaz de ville dans le Sud et les Hauts-Plateaux, à réaliser divers programmes de logements et un ensemble immobilier à usage de bureaux à Bab Ezzouar, de même qu'un gazoduc régional est-ouest, des travaux dans le métro d'Alger et  4 tronçons routiers.     



Du même auteur

M.C

Les plus lus

Il était une fois à Sétif…, une insouciance et des souvenirs
Par El Yazid Dib (El Yazid Dib à 6 ans) .

Télécharger version PDF

Version PDF