Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 118 - Dec 2018

Go

Finance

La Banque de référence du monde rural

Banque de l’agriculture et du développement rural (BADR)

Par Yahia MAOUCHI



Acteur bancaire important en Algérie, leader dans le développement du secteur agricole et rural et du financement du secteur agroindustriel, la Banque de l’agriculture et du développement rural (BADR) est un partenaire de premier rang dans le développement de l’économie nationale et du secteur de l’agriculture en particulier. Elle se trouve de facto le pivot du financement du secteur agricole et de l’accompagnement de la stratégie des pouvoirs publics en matière de développement de ce secteur et demeure la première banque de proximité du monde agricole et rural de par l’étendue de son réseau d’agences. Ainsi, avec ses 8000 cadres et employés activant au sein des structures centrales, régionales et locales, la Banque de l’agriculture et du développement rural (BADR) est la première banque en matière de réseau. Sa force est notamment issue d’un réseau particulièrement dense, composé de plus de 320 agences à travers le pays. Tandis que le savoir-faire de ses cadres lui permet d’intervenir de manière efficace dans tous les métiers de la banque et de la finance. Aussi, la volonté de la banque est de continuer à proposer un service de proximité tout en axant son développement sur une croissance responsable au service de l’économie nationale. À cet égard, le développement de l’agriculture et du monde rural reste, pour la banque, un domaine de prédilection dans lequel elle puise ses racines. En outre, la BADR intervient également dans le financement du secteur de l’agriculture dans sa grande dimension et sa diversité, telle que la production végétale et animale, les activités de production agricole, l’activité d’élevage, l’arboriculture et autres. Par ailleurs, la BADR finance également les activités liées à l’agroalimentaire ainsi que toute activité contribuant au développement du secteur agricole, notamment les activités industrielles, telle que l’industrie du machinisme agricole, en plus des kits d’irrigation. En outre, la Banque finance les entreprises activant dans le cadre de sa nomenclature d’activités. Une nomenclature de plus de 300 filières d’activité liées en amont et en aval à l’agriculture, aux industries agroalimentaires. Une attention particulière est ainsi accordée à ce type d’entreprises, notamment l’agro-industrie, l’agroalimentaire, la fabrication de produits et de matériels en relation avec le développement des produits agricoles et de la production animale. Pour élargir son portefeuille-clients, la BADR active dans les autres métiers tels que le marché financier, le marché des valeurs du Trésor. Comme elle active également dans le secteur de l’habitat, ainsi que dans le leasing, de manière directe pour le machinisme agricole, et de manière indirecte à travers la filiale Djazair Idjar, créée en partenariat en 2011 par la BADR, CPA et ASICOM. Il s’agit pour la banque de contribuer davantage à la mécanisation et à l’industrialisation de l’agriculture et au renforcement du tissu industriel national. Ainsi, selon Boualem Djebbar, P-DG de la BADR, toute entreprise industrielle activant dans la transformation de produits agricoles ou de production animale, dans l’agroalimentaire, et autre agro-industrie, peut accéder au crédit, pour peu qu’elle réponde aux conditions générales en la matière, et bénéficier des avantages consacrés par les lois et règlements en vigueur relatifs à l’encouragement de la création des PME. « Et nous activons depuis plusieurs années, dans la finance islamique à travers notre filiale El Baraka. Bien-sûr, la finance islamique sera introduite très prochainement au sein même de la BADR, sous forme de fenêtre islamique, toutes les dispositions ont été prises pour lancer ce produit-là dans les meilleurs délais, une fois qu’il sera validé par la Banque d’Algérie » nous révèlera Boualem Djebbar. Ainsi, leader incontesté dans le financement des secteurs de l’agriculture, des industries agroalimentaires, de la pêche et de l’aquaculture, la BADR accompagne le développement du secteur agricole à travers un soutien bancaire conséquent. A ce titre, il y a lieu de signaler que les crédits accordés par la BADR à l’adresse de l’agriculteur, pour l’année 2018, dépassent les 1350 milliards de dinars. Ce montant englobe aussi bien les crédits octroyés dans le cadre du crédit de campagne RFIG, du crédit-bail (leasing) pour l’industrialisation du secteur agricole que des autres crédits d’investissement et d’exploitation.

Un partenaire à pleine saison
Afin d’optimiser ses prestations dans ses différents domaines d’intervention, la banque s’oriente vers une spécialisation de ses chargés de clientèle par portefeuille (particuliers, entreprises) en personnalisant la relation client-banque. L’objectif est de disposer d’une parfaite connaissance de chaque portefeuille afin de proposer une véritable expertise technique et par là répondre aux besoins exprimés. Particulièrement concernés, des secteurs tels que l’agriculture et l’agroalimentaire qui requièrent des compétences spécifiques. Ainsi, en termes d’organisation, la banque veille à offrir une meilleure qualité du service à ses clients, avec un service personnalisé à travers la nouvelle organisation de la banque qui a été introduite il y a quelques années, en l’occurrence l’organisation commerciale en agence (OCA). Un service personnalisé destiné aux particuliers, aux professionnels, mais aussi dans certaines régions à grande influence agricole, aux agricultures. Ainsi, à l’occasion de campagne, semailles/labours, un service de proximité est assuré aux agricultures, à travers les guichets uniques installés au niveau de toutes les coopératives des céréales et légumes secs (CCLS) du pays. Des milliers de céréaliculteurs bénéficient ainsi chaque année d’un crédit à travers les guichets uniques. Des crédits remboursables à l’issue des deux campagnes labours/semailles et campagne moissons/battages. Par ailleurs, pour répondre aux attentes de leurs clients, les responsables de la BADR ont développé la banque assurance, avant de procéder au lancement d’un nouveau système d’information « Global-banking », centralisé en ligne. Des services modernes qui permettent à la banque d’assumer pleinement son rôle de partenaire des opérateurs intervenant aussi bien dans le secteur agricole que de l’agroindustriel. En outre, la BADR accorde également beaucoup de facilités, en matière d’accès au crédit agricole, à travers la bonification des crédits d’exploitation, mais aussi les crédits d’investissement, à travers le crédit Ettahadi, lancé en 2012. « Nous avons également développé le fonds de garantie agricole qui a été instauré par les pouvoirs publics, et la BADR émarge à ce fonds de garantie des crédits d’investissement. Nous avons aussi introduit des facilités en termes d’acceptation des concessions agricoles, en termes de financement et de prise d’hypothèque. Actuellement, nous comptons plusieurs milliers de personnes qui détiennent des concessions agricoles qui ont accès normal aux crédits bancaires. En plus de ceux qui détiennent des propriétés de terres qui ont accès sans problèmes aux crédits bancaires, pourvu que les études de viabilité soient bien démontrées » a tenu à préciser le P-DG de la BADR.

La promotion et le développement du secteur agricole
Créée le 13 mars 1982, la Banque de l’agriculture et du développement rural est chargée de fournir à sa clientèle (particuliers, agriculteurs, pêcheurs, entreprises publiques économiques et privé…) conseils et assistance dans l’utilisation et la gestion des moyens de paiement mis à leur disposition. Etablissement à vocation agricole à sa création, la BADR est devenue, au fil du temps, et notamment depuis la promulgation de la loi 90/10, une banque intervenant dans le financement de tous les secteurs d’activités. Mais en 2005 et à la suite des décisions des pouvoirs publics, on assiste à un repositionnement stratégique de la BADR en matière d’engagement vers le secteur de l’agriculture et la pêche tout en restant une banque exerçant tous les métiers bancaires prévus par la loi. A cet effet, la BADR propose une gamme complète de produits et services financiers et bancaires (collecte de ressources, octroi de différents types de crédit, opérations de commerce extérieur, mise à la disposition du client de plusieurs moyens de paiement…). Créée pour répondre à une nécessité économique, née d’une volonté de structurer le système agricole, contribuer à la sécurité alimentaire du pays et relever le niveau de vie des populations rurales, la BADR a pour principale mission le développement du secteur agricole et la promotion du monde rural à travers la promotion des activités agricoles, agroalimentaires, agro-industrielles et artisanales. La BADR assure actuellement le financement de plus de 300 filières d’activité liées en amont et en aval à l’agriculture, aux industries agroalimentaires. En plus des formules classiques de financement sur ses ressources propres, la banque contribue à la gestion des différents fonds de soutien et d’aide tendant au développement de l’agriculture, à la promotion du monde rural, ainsi qu’à celle des programmes spécifiques au Sud et aux Hauts-Plateaux. L’action de la BADR, dans le financement du développement, est orientée également vers la concrétisation des programmes soutenus par les pouvoirs publics, notamment les crédits à l’emploi de jeunes entrant dans les secteurs stratégiques de la banque dans l’optique de création d’activité dans les zones rurales, les crédits à la construction de logements ruraux, et enfin les crédits aux professions libérales en zones rurales. Par ailleurs, la BADR dispose actuellement de plusieurs filiales qui activent dans différents domaines, à savoir la formation bancaire, la garantie du crédit immobilier, l’automatisation des transactions interbancaires, des instruments techniques d’accompagnement du programme de développement et de modernisation des banques et le financement des prêts aux logements consentis par les intermédiaires financiers agréés.

A l’heure des nouvelles technologies
S’inscrivant totalement dans la stratégie de développement et de modernisation du secteur financier et bancaire, engagée par les pouvoirs publics, la BADR a, à ce titre, mis en en œuvre un processus de développement et de modernisation. La stratégie de développement, dans ce cadre, a consisté, entre autres, à moderniser les moyens et instruments de paiement. Il s’agit notamment de la télécompensation, de la monétique à travers la vulgarisation à outrance de la dotation en cartes de retrait et de paiement, à diversifier et à adapter les moyens et modes de financement de l’économie (crédits classiques, leasing, prise de participation, à travers le capital investissement, crédits spécifiques pour les jeunes, crédits adaptés à l’agriculture que sont Ettahadi, le RFIG et le crédit fédératif…), à mettre en place des mécanismes de garantie des crédits aux PME et agricoles par l’appel à la garantie de la Caisse de garantie des crédits d’investissement (CGCI-PME) et à moderniser l’organisation de la banque pour épouser une approche commerciale orientée client, répondant en même temps aux impératifs de contrôle interne de la banque avec intégration des exigences légales et réglementaires régissant la profession. Comme il est question du lancement de l’activité bancassurance, de façon à permettre à sa clientèle, en particulier, et au public en général, de disposer de produits d’assurance contre les risques agricoles et de personnes, au sein même de ses points de vente. Par ailleurs, les conditions de financement bancaire ont été améliorées grâce aux nouvelles dispositions sur la concession comme mode d’exploitation agricole. A ce sujet, Boualem Djebbar affirme que le financement de l’agriculture est mieux structuré et obéit actuellement à des normes orthodoxes, qui prennent notamment en considération les règles prudentielles. « Les normes de financement de la BADR sont plus adaptées aux agriculteurs, tenant compte de leur spécificité», affirme-t-il. Mieux encore, pour répondre aux attentes de ses clients, la BADR accorde une grande importance à la digitalisation et au développement des nouveaux instruments de paiement. Cette démarche a été entamée par l’acquisition et l’implémentation d’un nouveau système d’information. Ce dernier, appelé officiellement «BADR-IMTIYAZ», a été installé dans un premier temps au niveau de l’agence de Chéraga avant d’être déployé dans tout le réseau de la BADR. Ainsi, à travers l’enrichissement de la signalétique des données de la clientèle, le nouveau système d’information permet de mieux connaître le client et de l’accompagner en lui offrant des services de qualité et au moindre coût. Celui-ci devient, grâce à cette nouvelle vision, « le client de la Banque et non plus le client de l’agence ». Le client pourra ainsi effectuer ses opérations dans n’importe quelle agence du territoire national sans aucune difficulté.

Une gamme variée de produits
Le développement de la monétique est l’un des axes stratégiques de modernisation de la banque. De multiples réalisations sont enregistrées, parmi lesquelles figure la mise en place d’une solution monétique centralisée permettant la gestion des cartes interbancaires (CIB) et des cartes épargne (CE). cette solution a permis de réduire les délais d’attente de livraison des carte et leurs remplacement par des cartes à puce répondant aux normes internationales. Rappelons à cet effet que la BADR dispose d’une grande gamme de produits, telles que les cartes de retrait et de paiement,la carte TAWFIR ainsi que les terminaux de paiement électronique TPE pour les commerçants. La carte CIB est une carte nationale de retrait et de paiement valable uniquement en Algérie. Elle permet à son titulaire d’effectuer des retraits d’espèces auprès des guichets automatiques de banques GAB. Par ailleurs, la carte CIB Gold est proposée à la clientèle selon les critères arrêtés. Outre le paiement et le retrait d’espèces, cette carte offre des fonctionnalités supplémentaires et des plafonds de retrait et de paiement plus importants. Pour ce qui est de la carte CBR, celle-ci, est une carte nationale de retrait et de paiement valable uniquement en Algérie. Elle permet également d’effectuer des virements auprès des GAB de la BADR, le paiement vis TPE et le paiement par internet. Par ailleurs, toutes les cartes BADR font le paiement par TPE ou par Internet et le retrait via les GAB.

La bancassurance, une nouvelle dynamique en marche
L’un des changements les plus significatifs dans le secteur des services financiers ces dernières années est l’apparition et le développement de la bancassurance. L’accentuation de la désintermédiation financière conjuguée à l’impératif de rentabilité et de compétitivité a vivement poussé les banques à élargir leur champ d’action pour préserver leur leadership dans l’économie mondiale. Ainsi, en intégrant la bancassurance parmi ses activités, la BADR s’est engagée dans un partenariat avec la Société nationale des assurances (SAA), pour la commercialisation des produits d’assurance, au bénéfice de sa clientèle et du large public, via son réseau d’agences. Une convention portant sur les modalités de distribution de ce type de produits a été signée entre les deux parties. La BADR propose aujourd’hui à ses clients plusieurs produits en matière de bancassurance, tels que l’assurance des biens qui compte l’assurance des catastrophes naturelles (CAT-NAT) habitation, l’assurance multirisque habitation, l’assurance agricole,  l’assurance multirisque grêle et incendie des récoltes, l’assurance multirisques serres, ainsi que d’autres panels d’assurances, notamment une assistance valable à l’occasion du déplacement à l’étranger qui prévoit des prises en charge et des remboursements forfaitaires servies par l’assisteur de la SAPS (Société d’assurance de prévoyance et de santé) à la demande de l’assuré.

Un bilan positif sur tous les plans
S’agissant du bilan de la BADR, celui-ci reste relativement positif. Le volume des crédits a atteint plus de 1350 milliards de dinars, tandis que les ressources sont de plus de 1200 milliards de dinars, sachant que les différents produits existants font partie du bilan de la banque. En sus, la BADR dispose d’un total actif en perpétuel augmentation avec un bilan de formation qui reste très positif. Ainsi, la BADR demeure une banque qui travaille sans cesse pour couvrir les besoins du secteur de l’agriculture. Des efforts sont consentis également pour avoir des produits adaptés, en concertation avec les organismes liés au secteur de l’agriculture. Ce qui permet à la BADR d’être l’une des meilleures banques du pays, du fait qu’elle a mis, durant ses 36 années d’existence, tous les moyens, humains et matériels, pour être à la hauteur des attentes et aspirations des acteurs de ces secteurs qui représentent la matrice de la population algérienne. Et c’est à travers ses différentes actions soutenues qu’apparaît sans ambages le rôle dévolu à la BADR par les pouvoirs publics dans le développement national en général et le développement du secteur agricole et du monde rural en particulier. Parallèlement à ce rôle dévolu à la BADR, il y a lieu de noter enfin que d’autres actions sont également menées. Nous citerons à titre d’exemple le développement du système d’information de la BADR, l’augmentation du nombre d’agences pour être plus près de leur clientèle, la mise en place du call center, le développement de la monétique à travers l’augmentation du taux d’équipement de sa clientèle en cartes bancaire, l’installation de nouveaux guichets automatiques de billets (GAB) et l’installation des terminaux de paiement au niveau des commerçants accepteurs.
 
 Y. M.

Une nouvelle agence inaugurée à Bordj Bou-Arréridj
Dans le cadre du développement du réseau d’agences, Boualem Djebbar, Président-directeur général de la Banque de l’agriculture et du développement rural (BADR), a inauguré une nouvelle agence locale dans la localité de Bir Kasd Ali dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, en présence de Benamar Bekouche, wali de Bordj Bou-Arréridj et d’une importante délégation de l’institution financière. Après une visite des différents services de l’agence, M. Djebbar s’est enquis des conditions d’accueil de la clientèle. Il s’est ensuite entretenu avec divers investisseurs et clients de la banque. Soucieuse d’offrir de meilleures conditions d’accueil pour sa clientèle de la région et d’excellentes commodités de travail pour le personnel de l’agence, la direction générale de la BADR ne cesse de se rapprocher de ses clients afin de les servir au mieux, tout en restant fidèle à sa vocation.  La BADR, avec sa vocation de banque du pays profond et des métiers du monde rural, a accompagné de nombreux projets agricoles et activités agroalimentaires dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj (biscuiterie, chocolaterie, fromagerie, entre autres). Inscrite dans le programme de la Direction générale, cette visite inaugurale a permis aux responsables de la banque de constater la bonne conduite des opérations de développement de son réseau, mais également de veiller à la modernisation des structures d’accueil et à l’amélioration de la qualité des services offerts à la clientèle.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

GITRAMA
Par Yahia MAOUCHI.

Yapi Merkezi
Par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF