Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 119 - Fev 2019

Go

Finance

« Consolider notre position de leader sur le marché bancaire »

Achour Abboud, P-DG de la BNA

Entretien réalisé par Yahia MAOUCHI



El-Djazair.com : Monsieur le Président, de prime abord, merci de nous présenter succinctement votre institution financière ? 

Achour Abboud : La Banque Nationale d’Algérie (BNA) est une société par actions publique au capital de 150 000 000 000,00 DA. Première Banque commerciale à être créée, le 13 juin 1966 par Ordonnance n°66-178, elle  compte 4 950 employés, 18 directions régionales et 216 agences réparties sur tout le territoire algérien et appuyées par un réseau d’automates et espaces automatiques des plus importants, au niveau national avec 95 GAB et 145 DAB. En matière de bancarisation, la Banque gère plus de 2,6 millions comptes clientèle toutes catégories confondues (entreprises, professionnels et particuliers). La Banque occupe une place de choix sur le marché bancaire national qui s’illustre à travers ses parts de marché significatives tant en matière de collecte des ressources que d’octroi de crédits. Ainsi, elle détient près de 20% des dépôts collectés par le système bancaire algérien et couvre à concurrence de 19% le marché des crédits.

El Djazaïr.com : Quelles ont été les priorités inscrites à votre prise de fonction à la tête de la BNA ?

Achour Abboud : A mon arrivée en mai 2015, j’ai découvert une grande Banque avec un parcours dans l’accompagnement de l’économie nationale et révélant l’empreinte des grands hommes qui se sont succédés à sa tête depuis l’indépendance. Néanmoins la persistance de certains problèmes structurels, auxquels elle était confrontée, compromettait dans une certaine mesure son fonctionnement et rendait difficile son adaptation au nouveau contexte économique. De ce fait, la prise de certaines décisions stratégiques urgentes était nécessaire. Parmi ces dernières on retient essentiellement :
D’abord la restructuration du portefeuille engagement de la Banque dans le but de réduire sa concentration et une meilleure répartition des risques
Deuxièmement, il été nécessaire de revoir son orientation stratégique sur le plan commerciale.
Il s’agit en fait, tout en consolidant la position de la Banque de leader sur le secteur corporate public, d’orienter l’action commerciale d’une manière plus soutenue sur le marché de la PME/PMI et des particuliers ainsi que la mise en œuvre d’une politique commerciale agressive en matière de collecte de ressources. L’objectif étant d’atténuer les tensions de resserrement de liquidités que subissait la Banque.

El Djazaïr.com : Comment se sont traduites ses orientations et suivant quel plan d’action ?

Achour Abboud : D’abord, nous avions engagé des démarches auprès des pouvoirs publics qui ont abouti à des décisions concernant le traitement de certains engagements sur le secteur public en vue de réduire leur impact sur le portefeuille de la Banque. Parallèlement, la Banque devait entreprendre sans délai la refonte de sa fonction commerciale qui a concerné trois principaux volets. Le premier, celui de l’organisation ; rebâtir la fonction commerciale en l’adaptant aux nouvelles orientations de la Banque (déploiement de nouveaux organigrammes de l’Agence et de la Direction Régionale de l’Exploitation). Le deuxième concerne la ressource humaine, il s’agit de procéder à une mise à niveau des équipes commerciales notamment les Directeurs d’agences et la mise en place d’une force de vente (Adjoint Commercial, Chargé de Clientèle) pour une prise en charge adéquate de la clientèle en agence.  Le troisième axe et des plus importants, celui des produits et des services, faire évoluer l’offre de la Banque d’une gamme réduite et classique à une gamme moderne et variée comportant les produits d’épargne, les solutions de Banque à distance et multicanale (réseau d’automates, e-Banking, paiement électronique…). Toutes ces actions ont été appuyées par une politique de développement du réseau tant sur le plan quantité que qualité, à travers la poursuite de la politique d’implantation de proximité en multipliant les ouvertures de nouvelles agences ainsi que la rénovation et la modernisation des agences existantes.

El Djazaïr.com : Première banque commerciale nationale, quel rôle joue la BNA au sein de l’économie nationale algérienne ? 

Achour Abboud : La BNA a joué un rôle important dès les premières années de l’indépendance dans l’accompagnement du développement de l’économie nationale à travers le financement des différents plans de développement sectoriels. Son importance, sur l’échiquier bancaire, fait qu’elle a été désignée pour accompagner les secteurs stratégiques de l’économie nationale tels que l’énergie, l’industrie, le transport et la télécommunication. Je citerai à titre d’exemple le financement des projets structurants de développement des grandes entreprises (centrales Electriques, stations de dessalement d’eau de mer, les acquisitions d’appareils de transport aérien…) Elle intervient fortement dans l’accompagnement des besoins des (PME/PMI) privées activant dans plusieurs secteurs.  Additionnement à ces financements, elle participe activement dans le financement des dispositifs d’aide de l’Etat pour la création de l’emploi et la promotion des initiatives des jeunes dont elle détient la part la plus importante, comme elle renforce son positionnement de plus en plus sur l’octroi des crédits immobiliers et ce, en mettant à profits les dispositifs d’aide mis en place par les pouvoirs publics facilitant l’accès au logement au citoyen algérien.

El Djazaïr.com : La BNA s’inscrit dans la stratégie de modernisation du secteur financier. Un mot sur les grands axes de votre politique et les réalisations en la matière ?

Achour Abboud : Absolument, la BNA s’inscrit en ligne droite dans la politique prônée par les pouvoirs publics visant la modernisation des services bancaires et les moyens de paiement. Dans ce cadre, outre le grand chantier de refonte du Système d’information pour l’acquisition d’une solution Global Banking dont le chantier est en cours, la Banque s’est attelée durant ces trois dernières années à rattraper le retard dans le domaine de la modernisation des moyens et instruments de paiement électronique, de la monétique et des services de banque à distance qui constituent les prérequis pour l’émergence d’une Banque multicanal. Aujourd’hui, les avancés réalisées sont importantes et nous citons principalement ; La mise en place du service e-banking de dernière génération, dénommé « BNA.net », intégrant outre le service (EDI, Echange de Données Informatisées), la consultation de solde, le téléchargement de relevés de compte, l’envoi de virement, le suivi des opérations monétiques et la commande de chéquiers et de cartes, qui sont offerts aux clients, entreprises et particuliers. Ce produit est commercialisé sous deux packs évolutifs (NET et NET+) ; La mise en place, en partenariat avec la Direction Générale des Impôts      « DGI » de deux services : (i) la déclaration fiscale sans contact ; (ii) le Télépaiement des redevances fiscales, via le site e-Banking; Le développement du paiement électronique de proximité via les terminaux de paiement électronique (TPE) et la mise en place d’un réseau de commerçants acceptants des plus important du pays. Le réseau d’acceptants a connu une hausse de 3000% durant ces trois dernières années. Le lancement du service de paiement électronique (à distance) via internet en partenariat avec de grands facturiers, la Banque couvre à elle seule, plus de 50% des transactions « e-paiement » de depuis sa mise en place en 2016 à ce jour ; L’introduction du Livret Epargne Electronique, en remplacement du livret en support papier et de la carte d’épargne électronique utilisable aussi bien aux niveaux des agences qu’au niveau des Guichets Automatiques de la Banque et Distributeurs Automatiques de Billet connectés au Réseau Monétique Interbancaire. Ces deux produits, outre l’aspect sécuritaire qu’ils offrent, ils permettent à leur détenteur une utilisation 24h/24 et 7j/7.  Cette gamme sera enrichie durant l’exercice 2019 par d’autres produits dont les projets sont en phase de finalisation tels que « MobilGAB », le «SMS-CARD », les cartes Corporate et les cartes internationales.

El Djazaïr.com : Les nouvelles orientations économiques du pays visent le développement et la mise à niveau des PME. Quelle importance occupent les PME dans l’activité de la BNA et de quelle manière la Banque participe à leur dynamisation?

Achour Abboud : Convaincue du rôle de la PME dans la création de l’emploi et le développement du tissu économique du pays, la BNA a inscrit l’accroissement de la part de la (PME/PMI) dans son portefeuille comme priorité stratégique. Dans le cadre de sa nouvelle politique, la Banque qui dispose d’une structure de financement dédiée aux PME, a pu enregistrer un accroissement significatif (+37%) des encours des crédits alloués à cette catégorie d’entreprises durant les trois dernières années. Son expérience dans l’industrie mécanique lui a permis d’être pionnière dans l’accompagnement de l’industrie automobile privée naissante et ce, selon les orientations retenues dans le cadre des objectifs tracés par les pouvoirs publics. La Banque intervient également fortement dans le financement des (PME/PMI) activant dans le secteur du bâtiment, la promotion immobilier, l’industrie pharmaceutique, comme elle investit récemment le secteur du tourisme et de l’agroalimentaire. De même, afin de diversifier son offre de financement en faveur de cette catégorie, la BNA a déjà créé, avec une Banque consœur, une filiale dédiée à l’activité de leasing et ce, depuis 2010 et s’active actuellement dans le cadre d’un projet de création avec un partenaire étranger d’une société de capital investissement.

El Djazaïr.com : L’atout maître de votre banque consiste en le rajeunissement de ses effectifs auxquels est dispensée une formation professionnelle. Qu’en est-il exactement de la formation de votre capital humain ?

Achour Abboud : Il s’agit effectivement d’un axe stratégique pour la Banque, ces trois dernières années nous avons mené une politique de recrutement sélective basée sur le rajeunissement et une qualification ciblée du personnel. A titre indicatif les universitaires moins de 35 ans représentent près de 30% de notre personnel actuellement. En outre, il est évident que le vecteur de la formation est un élément indispensable pour l’accompagnement du processus de développement de toute entité économique et en particulier la Banque dont l’activité est, de surcroit, réglementée et les techniques bancaires sont en continuelle évolution et sophistication. Dans ce cadre et poursuivant la mise à niveau des qualifications techniques et professionnelles de son personnel, la BNA a toujours été leader en matière d’envergure des plans de formation adoptés ainsi que de l’importance des budgets qu’ils leurs sont alloués. Dans ce cadre, la démarche arrêtée s’appuie sur un comité pédagogique qui veille à la mise en œuvre de la politique de formation, un centre de formation dédié, doté de tous les moyens pédagogiques. Les plans de formation sont enrichis annuellement par les normes métier et ciblent une partie non moins importante de son personnel particulièrement celle activant dans la fonction commerciale.

El Djazaïr.com : Est-ce que vous avez une activité de bancassurance, avec quels partenaires et quelle valeur?

Achour Abboud : Le lancement de la bancassurance crée une synergie avec l’activité actuelle de la Banque, du fait qu’outre la création de la richesse qu’elle permet, elle vient compléter l’offre de produits et services de la Banque, ce qui convient parfaitement à notre clientèle qui bénéficie d’un point de vente unique. La Banque a opté pour le choix de « AGLIC, Algerian Gulf Life Insurance » qui s’impose de lui-même, s’agissant d’une compagnie dans laquelle elle détient des participations.Aujourd’hui, le bilan est satisfaisant puisqu’après deux années d’activité, la Banque se situe dans le peloton de tête en matière de bancassurance avec plus 200 agences couvrant le territoire national et près de 100 000 contrats distribués. Quant aux produits commercialisés, la gamme est composé de : Assurance voyage avec deux variantes et une troisième offre spéciale « Agence de Voyage ». Assurance emprunteur qui couvre les emprunteurs en cas de décès ou d’invalidité totale et définitive. Assurance Warda pour accompagner les femmes en cas de diagnostic de la maladie du cancer du sein. Une première en Algérie et un produit que nous promouvons auprès de notre clientèle féminine et du grand public.

El Djazair.com : Sur un autre registre, la masse monétaire en circulation à travers le circuit informel est vraiment colossale et le gouvernement a décidé d’en récupérer une grande partie en y faisant participer le circuit bancaire, qu’a fait la BNA dans ce sens ? 

Achour Abboud : Dans le cadre de sa stratégie commerciale, la Banque a placé l’activité de la collecte des ressources comme je l’ai cité précédemment parmi ses premières priorités. Depuis 2018 et suite à la diffusion des notes d’orientation de la Banque d’Algérie, la BNA a été conforté dans sa démarche et est passée à une vitesse supérieure dans la mise en œuvre du processus de bancarisation de la population et de promotion de ses produits et services.  Ainsi, parmi les actions retenues, une compagne de sensibilisation et d’encadrement des responsables du réseau d’exploitation qui s’est traduite par plusieurs rencontres pour mieux expliciter les enjeux de l’inclusion financière dans le strict respect de la réglementation et de la conformité bancaire. Cette démarche a été appuyée par des actions de formation, de diversification des produits d’épargne et d’assouplissement et d’amélioration des conditions d’accueil de la clientèle. Sur le plan de la communication et dans le but de renforcer les canaux de collecte des ressources, la Banque a lancé une vaste campagne de promotion et de communication portant sur la panoplie des produits d’épargne qu’elle offre à sa clientèle. Cette campagne s’est matérialisée par des insertions sur différents quotidiens nationaux, des spots radios sur les chaines nationales et des régions ainsi que des publications sur sa page Facebook et son site Web.

El-Djazair.com : La Banque d’Algérie vient de promulguer le règlement relatif à la Finance alternative, est ce que la BNA compte se lancer dans cette activité, le cas échéant quelles seront les produits qu’elle envisage de commercialiser ? 

Achour Abboud : Pour ce qui est de la finance participative, la Banque s’est bien préparée pour se lancer, maintenant que le règlement est promulgué, il s’agit d’apporter les derniers ajustements sur notre offre de produits avant de les soumettre à la Banque d’Algérie pour recueillir l’autorisation de commercialisation. Pour une Banque conventionnelle comme la BNA, le développement de cet instrument repose sur l’adaptation du système d’information, une comptabilisation distincte et adéquate, ainsi que des dispositifs procéduraux ajustés et un personnel qualifié exclusivement dédié à cette activité. Dans la perspective du lancement, la Banque a élaboré un plan de communication pour assurer un bon démarrage de cette activité et l’atteinte des objectifs que nous nous sommes fixés, notamment de diversification de l’offre aussi bien pour les produits de collecte des ressources que ceux des financements.

El-Djazair.com : Quels sont les principaux défis en cours et les domaines d’amélioration ?

Achour Abboud : Le principal défi à mon sens est de disposer d’un système bancaire à la hauteur des nouveaux enjeux économiques. L’Algérie aujourd’hui, entame une nouvelle phase de développement avec un modèle économique basé sur une économie diversifiée indépendante des recettes des hydrocarbures. Dans un tel contexte, le rôle attendu du système bancaire est primordial notamment en matière d’inclusion financière et d’accompagnement de développement économique. Ainsi, dans cette optique le système bancaire est appelé à poursuivre davantage les actions de réforme et de modernisation aussi bien dans son mode de fonctionnement qu’en matière de produits et services offerts. Bien entendu, dans ce processus de mutation, la question de la Ressource Humaine doit occuper une place de choix. A ce titre, une politique de recrutement étudiée, adossée à des plans de formation ambitieux et de mise à niveau pour un meilleur professionnalisme du personnel doit être une priorité stratégique de 1er ordre.  C’est avec de telles mesures que les banques peuvent augmenter leurs capacités de mobilisation des ressources et leur processus de distribution des crédits aux entreprises notamment les PME/PMI.

El-Djazair.com : Un dernier mot pour vos clients ?

Achour Abboud : Je voudrais d’abord vous remercier pour cette entrevue, qui constitue une réelle opportunité pour la Banque qui a toujours eu pour ambition de s’ouvrir davantage sur son environnement en faisant connaitre ses activités, ses produits et services ainsi que les différents chantiers de développement qu’elle mène actuellement. Je voudrais aussi remercier notre clientèle pour sa confiance renouvelée et les assurer de notre engagement à l’effet de poursuivre les efforts de développement et de modernisation afin de hisser la Banque à la hauteur de ses attentes.      
      
Y. M.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Entretien réalisé par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Laboratoire ADE Tizi-Ouzou
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF