Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 125 - Dec 2019

Go

Finance

Une banque à l’heure des nouvelles technologies

Banque de l’agriculture et du développement rural

Par Yahia MAOUCHI



La Banque de l’agriculture et du développement rural (BADR) est une institution financière nationale créée le 13 mars 1982, sous la forme juridique de société par actions. Son capital social est de 54 milliards de dinars. Elle a pour missions principales le développement du secteur agricole et la promotion du monde rural. Constitué initialement de 140 agences, son réseau compte actuellement 320 agences et une quarantaine de directions régionales. Quelque 7500 cadres et employés activent au sein des structures centrales, régionales et locales. La densité de son réseau et l’importance de son effectif font de la BADR la première banque à réseau au niveau national. Elle assure actuellement le financement de plus de 300 filières d’activité liées en amont et en aval à l’agriculture et aux industries agroalimentaires. Il ne s’agit pas de financement de la production agricole et végétale uniquement mais également de toute l’industrie de transformation de produits et de tout ce qui a un lien direct avec le développement de l’agriculture, y compris l’industrie mécanique orientée vers le machinisme agricole. En plus des formules classiques de financement sur ses ressources propres, la banque contribue à la gestion des différents fonds de soutien et d’aide tendant au développement de l’agriculture, à la promotion du monde rural, ainsi qu’à celle des programmes spécifiques au Sud et aux Hauts-Plateaux. Aujourd’hui, elle met à profit cet important capital expérience en matière de financement de l’agriculture et des entreprises agro-industrielles, avec 140 milliards de dinars de financement au 30 juin 2019. Par ailleurs, conscients de l’importance des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), les responsables de la BADR, à leur tête son P-DG, Boualem Djebbar, ont mis en œuvre un processus de développement et de modernisation. La stratégie de développement, dans ce cadre, a consisté, entre autres, à moderniser les moyens et instruments de paiement (la télécompensation, la monétique) à travers la vulgarisation à outrance de la dotation en cartes de retrait et de paiement, à diversifier et à adapter les moyens et modes de financement de l’économie (crédits classiques, leasing, prise de participation, à travers le capital investissement, crédits spécifiques pour les jeunes, crédits adaptés à l’agriculture que sont Ettahadi, le R’fig et le crédit fédératif…), à mettre en place des mécanismes de garantie des crédits aux PME et agricoles par l’appel à la garantie de la Caisse de garantie des crédits d’investissement (CGCIPME) et à moderniser l’organisation de la banque pour épouser une approche commerciale orientée au client, répondant en même temps aux impératifs de contrôle interne de la banque avec intégration des exigences légales et réglementaires régissant la profession. Comme il est question de lancement, très prochainement, de Mobile Banking, une fois que tous les jalons seront mis en place par la communauté bancaire, en accord et en concertation avec la Banque d’Algérie. Il est à rappeler par ailleurs que, l’épargne reste une préoccupation de la BADR. Une fonction majeure en termes de collecte de dépôt. C’est la raison d’être de la banque, et c’est à travers l’épargne que la banque assure la pérennité du financement et de l’accompagnement des secteurs d’activités qu’elle encadre. Pour cela, la BADR utilise plusieurs produits pour pouvoir attirer l’épargne. En plus des dépôts à vue, elle dispose des dépôts à travers les livrets d’épargne, avec intérêt ou sans, livret d’épargne junior avec intérêt ou sans. La banque a lancé récemment le livret d’épargne Fellah avec intérêt et sans. Un crédit dédié spécialement aux agriculteurs avec des modalités et des facilitations d’accès. En outre, la BADR prévoit le lancement très prochainement les produits d’épargne de la finance participative (Islamique), tels que le livret d’épargne, Istithmari, et même pour cette catégorie de produit, la BADR a privilégié les fellahs, en lançant le livret d’épargne Fellah Istithmari. Il faut savoir également que la BADR a eu le privilège d’avoir le premier contrat de bancassurance en Algérie,  a tenu à préciser M. Djebbar,  avec son partenaire la SAA. Il concerne les assurances de personnes et les assurances agricoles. « Nous avons fait du chemin dans ce sens là, et effectivement c’est devenu un produit consacré au niveau de la banque. Nous travaillons également sur les assurances de personnes, avec notre partenaire, Amana Assurances, et nous prévoyons même de contribuer au développement de l’assurance de personnes, notamment l’assurance vie à l’adresse des agriculteurs » rappelle-t-il.

 

Résolument tournée vers la performance

Rappelons, par ailleurs que, les conditions de financement bancaire ont été améliorées grâce aux nouvelles dispositions sur la concession comme mode d’exploitation agricole. A ce sujet, Boualem Djebbar affirme que le financement de l’agriculture est mieux structuré et obéit actuellement à des normes orthodoxes, qui prennent notamment en considération les règles prudentielles. Mieux encore, pour répondre aux attentes de ses clients, la BADR accorde une grande importance à la digitalisation et au développement des nouveaux instruments de paiement. Cette démarche a été entamée par l’acquisition et l’implémentation d’un nouveau système d’information. Ainsi, à travers l’enrichissement de la signalétique des données de la clientèle, le nouveau système d’information permet de mieux connaître le client et de l’accompagner en lui offrant des services de qualité et au moindre coût. Celui-ci devient, grâce à cette nouvelle vision, « le client de la banque et non plus le client de l’agence ». Le client pourra ainsi effectuer ses opérations dans n’importe quelle agence du territoire national sans aucune difficulté. Résolument, la BADR est tournée vers la performance. Elle a réussi, en toute finesse et avec une efficacité prouvée dans tous ses services, à relever le challenge et à accompagner fellahs, opérateurs économiques et particuliers partout. L’accueil, l’information, l’orientation, la célérité dans le traitement des différentes opérations et dossiers, l’accompagnement se lisent à l’entrée des différentes agences bancaires de la BADR, qui ne gèrent pas uniquement de l’argent mais traduisent les valeurs en objectifs, les atouts de la clientèle en créneaux et les ambitions en résultats quantifiables. Leur encadrement administratif et leurs équipements à la pointe du progrès informatique leur ont valu une place de choix de par la qualité des prestations et la diversité des produits proposés. Le personnel qualifié de la BADR a mis à profit ses années d’expérience valorisante pour développer un savoir-faire et un champ d’intervention répondant aux normes les plus pointues en la matière. Par ailleurs, en termes de financement, la BADR est à quelque 1400 milliards de dinars au 30 juin 2019, avec un total bilan qui dépasse les 1500 milliards de dinars des fonds propres.

 

Développement et modernisation

En outre, la stratégie de la BADR s’inscrit totalement dans la politique de développement et de modernisation du secteur financier et bancaire, engagée par les pouvoirs publics. En plus de lancement de la finance participative, la BADR lancera prochainement la formule du crédit foncier à travers toutes ses agences, annonce le président-directeur général de cet établissement bancaire. Selon Boualem Djebbar, l’objectif de ce crédit est de permettre aux personnes aux revenus réguliers de bénéficier d’un logement, ajoutant qu’un travail est en cours avec le ministère de l’Habitat pour mettre au point une formule visant à réaliser des groupements de logements ruraux au profit des agriculteurs et des fonctionnaires résidant dans les localités rurales. Par ailleurs, M. Djebbar rappelle que :« La banque c’est la sécurité des transactions, la sécurité de l’épargne des ménages, et l’accompagnement au développement de tout projet, qu’il soit individuel, entrepreneurial ou l’amorce de développement d’une entreprise, des produits globalement diversifiés et adaptés à la nature d’activité de chaque demande, même s’ils ne sont pas disponibles au niveau de la banque, il le sont au niveau des filiales développées par la banque. Je fais allusion au capital investissement, au fonds d’investissement, au leasing ou autres ».

Un partenaire incontournable du développement rural

S’agissant des services offerts par les agences de la BADR, M. Djebar a affirmé que les efforts pour les moderniser se poursuivent pour être au diapason des avancées technologiques constatées et attirer le maximum de clients à travers l’encouragement de l’utilisation des services bancaires dans la vie quotidienne, appelant les opérateurs économiques à introduire leur argent dans le système bancaire pour activer le secteur économique à travers le financement de nouveaux projets. Par ailleurs, en plus de son réseau qui compte 350 agences à travers le pays, la BADR s’oriente également vers la transformation du guichet unique existant au niveau de la Coopérative des céréales et légumes secs (CCLS) en agence bancaire pour se rapprocher davantage des clients. Il est à savoir que la BADR a entamé déjà l’opération d’ouverture d’agences numériques (Amirouche, Alger), ce qui a permis à ses clients de bénéficier de différents services bancaires et consulter leur compte sans avoir à se déplacer à l’agence. Rappelons que la BADR dispose actuellement de plusieurs filiales qui activent dans différents domaines, à savoir la formation bancaire, la garantie du crédit immobilier, l’automatisation des transactions interbancaires, des instruments techniques d’accompagnement du programme de développement et de modernisation des banques et le financement des prêts aux logements consentis par les intermédiaires financiers agréés. La BADR est l’une des plus importantes banques au niveau national, non pas seulement parce qu’elle possède le plus grand réseau d’agences sur l’ensemble du territoire national, mais parce qu’elle confirme de jour en jour sa position de partenaire incontournable du développement de l’économie nationale, notamment dans le secteur agricole et le développement rural. Ainsi, il s’avère que la politique de la direction générale de la BADR est axée sur la modernisation de l’ensemble de ses services en général, mais un regard plus scruté révèle les efforts fournis et les chantiers ouverts par la banque, particulièrement en ce qui concerne la création de l’emploi, la diversification des produits, l’amélioration de la qualité de service, l’intégration des NTIC, l’accompagnement du client et bien d’autres. Une politique qui, au fur et à mesure, a fait que la BADR s’impose comme pierre angulaire du développement agricole et rural en Algérie. Enfin, la BADR entend offrir à sa clientèle de particuliers, de professionnels et d’entreprises toute la gamme des financements et services bancaires que celle-ci est en droit d’attendre. La proximité, l’écoute, l’amabilité : toute la différence est là...

Y. M.

 



Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Un homme, une destinée
Par Tahar MANSOUR.

Tarik Bouslama, P-DG du groupe Imetal
Entretien réalisé par Smail ROUHA.

Télécharger version PDF

Version PDF