Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 126 - Jan 2020

Go

Finance

Développement monétique : enjeu de modernisation et d’inclusion financière

Le Groupement d’Intérêt Economique – Monétique

Par Yahia MAOUCHI



Le développement des moyens de paiement électronique, via la monétique, est une préoccupation majeure, pour le secteur bancaire en Algérie. Dans ce sens, il a été créé un Groupement d’Intérêt Economique Monétique (GIE-Monétique) en 2014 dont la vocation principaleest larégulation de la monétique en Algérie, le développement des différents services monétiques est assurer une sécurité pour les opérations faites via les moyens de paiement électronique.

Depuis la création de ce groupement, de grands progrès ont été réalisés, notamment le lancement, le paiement par internet(e-paiement) et la généralisation progressive du paiement électronique via la carte sur les terminaux de paiement électronique (TPE). « Nous sommes à plus de 20 000 TPE connectés  actuellement. Nous avons travaillé également sur le développement des moyens techniques de la Société d’Automatisation des Transactions Interbancaires et de Monétique (SATIM), filiale interbancaire de traitement des opérations monétiques.

A cet effet, un investissement important a été consenti pour développer la solution monétique multiservices, qui a une capacité considérable en termes de prise en charge et de services offerts », tient à nous préciser Boualem Djebbar, Président du GIE Monétique, également PDG de la BADR. Par ailleurs, plusieurs chantiers, dira-t-il, ont été lancés, parallèlement au développement des moyens électroniques. « C’était sous la conduite du GIE-Monétique et de la SATIM qu’une convention d’interopérabilité, permettant à l’ensemble des citoyens algériens détenteurs de cartes CIB et Edahabia d’Algérie Poste, d’accéder aux mêmes services monétiques offerts sur le réseau monétique des banques ou d’Algérie-Poste, a été signée », rappelle M.Djebbar.

La concrétisation de cette convention n’a été rendue possible, dira M. Djebbar, qu’après la finalisation d’une multitude de tests de sécurité et de performance entre les plateformes monétiques de la SATIM et d’Algérie-Poste.Ces tests ont été indispensables et déterminants, précisera notre interlocuteur, pour la réussite de l’interopérabilité.Désormais, tous les clients détenteurs de cartes bancaires CIB ou Edahabia pourront, non seulement retirer leur argent sur les distributeurs automatiques de billets (DAB) et les guichets automatiques de banques (GAB) du réseau postal ou bancaire, mais aussi et surtout effectuer des paiements avec leurs cartes respectives, sans distinction, chez tous les commerçants dotés de terminaux de paiement électronique (TPE), affiliés indifféremment aux banques ou à Algérie-Poste.

« L’entrée en vigueur de cette disposition intervenue le 5 janvier 2020 consacre ainsi une étape importante dans le développement de la monétique en Algérie. L’année 2020 s’annonce prometteuse avec cette bonne nouvelle que les citoyens algériens accueilleront, à coup sûr, avec la plus grande satisfaction », se félicite M. Djebbar. Et d’ajouter que cette démarche « intervient grâce au niveau non négligeable de maîtrise atteint par les personnels de ces institutions, qui ont pu accéder à des performances, tant en compétences humaines que technologiques, conformes aux normes et standards internationaux ».

Il est à rappeler par ailleurs, que le GIE-Monétique a acquis une licence pour l’implémentation d’un nouveau schéma de la carte bancaire basé sur des spécifications dites en « marque blanche » visant à se libérer de toute dépendance vis-à-vis des grands éditeurs et propriétaires de schémas de carte à l’instar des réseaux internationaux. En plus du renforcement de la sécurité, de l’intégrité de la nouvelle carte afin de lutter contre les nouvelles menaces liées à la falsification, la duplication et la fraude par le biais de ce moyen de paiement électronique, la nouvelle carte CIB se verra dotée du mode de paiement dit « sans contact ».

Il s’agit d’un mode de paiement qui permet au porteur de la carte d’opérer les paiements de petits montants, de manière simple, rapide et sécurisée.De plus, ces nouvelles fonctionnalités permettent de diversifier davantage les produits cartes et les services adossés.Parmi ces produits, la carte bancaire prépayée s’avère un produit idéal pour une catégorie de porteurs ou pour un usage bien spécifique comme les subventions ou les cartes transport ou encore les cartes bancaires destinés aux étudiants.Une autre évolution que permet ces spécifications, notamment le paiement sans contact, réside dans la possibilité d’émettre des objets dits « wearables » avec lesquels les porteurs pourraient effectuer des paiements en toute sécurité et avec beaucoup de confort comme les montres, les bagues, les bracelets, etc.

 

Des solutions de monétique intégrée et adaptées

La monétique intégrée se décrit comme une solution permettant de centraliser sur un serveur local l’ensemble des paiements en point de vente. Cela permet d’homogénéiser la gestion de la monétique des espaces de vente en assurant un contrôle centralisé de toutes les transactions de paiement en temps réel comme les grandes surfaces à titre d’illustration. Il s’agit d’un système qui relie tous les terminaux de paiement électronique d’une entreprise ou d’un groupe à un serveur comme les grandes surfaces à titre d’illustration.

Le GIE-Monétique a défini le modèle de solution qui réponde au mieux aux impératifs de sécurité tout en permettant de faciliter la consolidation des comptes des différents points de vente, caisses, modes de paiement, grâce à une remise unique vers un serveur monétique.  Une autre solution monétique, dite de « pré-autorisation » sera également déployée au sein du système monétique algérien. Il s’agit d’un service de paiement électronique adapté lorsque le montant de la prestation n’est pas connu à l’avance comme pour l’hôtellerie, la location de voiture, les sociétés de VTC, la vente de carburant, et autres. A cet effet, le GIE-Monétique a entrepris de définir les spécifications de cette fonctionnalité qui décrivent comment doit fonctionner l’application de paiement embarquée sur les terminaux de paiement électronique déployés au niveau de ces commerces ayant ce caractère particulier. Par ailleurs, et pour être à la hauteur des attentes des clients, le GIE Monétique a développé un système de rechargement d’unités téléphoniques sur ATM (Mobile TopUp). Il s’agit, explique le Président de GIE Monétique, d’une fonctionnalité accessible sur les ATM qui offre la possibilité aux porteurs de cartes de recharger des unités téléphoniques de comptes de lignes directement sur des téléphones portables. Ce service permettra aux porteurs des cartes CIB de recevoir directement ou d’envoyer sur des téléphones portables de proches, des unités téléphoniques selon les montants sélectionnés sur ATM. En outre, un autre service de paiement sera possible sur les ATM. Il s’agit d’avoir la possibilité de régler des factures sur les ATM. Ce service permet aux porteurs de cartes interbancaires et aux grands facturiers de bénéficier d’un nouveau canal, simple, rapide et sécurisé. « En appuyant sur les touches du Pin Pad des ATM et en introduisant les données de la facture, le client porteur de la carte réglera ses factures à tout moment et en toute sécurité, sans déplacement aux agences du facturier et sans utilisation de l’argent liquide », précisera M.Djebbar. Mieux encore, les détenteurs de comptes, porteurs de cartes ont tendance, dans l’ensemble, à effectuer une opération de consultation de solde avant d’effectuer une opération de retrait. Ce qui ramène le nombre de transactions de consultation de solde au niveau du nombre de transactions de retrait. A cet effet, le GIE-Monétique a mis en place un service visant à permettre à tout porteur de carte d’interroger, via l’ATM, sa banque sur le solde de son compte et ce, quelle que soit la banque à laquelle il est affilié pour peu qu’il accède à un ATM du réseau interbancaire. En sus, le GIE Monétique a développé le service de mise à disposition de fonds ou retrait à distance. Il s’agit d’un service sur les ATM offrant la possibilité, en interbancaire, aux porteurs de cartes, de permettre, à un tiers, de retirer de l’argent sur n’importe quel autre ATM sur le réseau monétique interbancaire, sans que ce dernier soit porteur de carte nécessairement. « C’est un service très intéressant lorsque l’on veut transférer à des proches de l’argent liquide quand ils sont à des distances lointaines, pour peu qu’ils aient accès à un ATM », explique le premier responsable du GIE Monétique. Dans le sillage de la diversification du produit « Carte», M. Djebbar, a ajouté que « nous avons également finalisé et lancé la carte monétique affaires, dédiée aux entreprises détentrices de comptes courants, pour gérer les différentes dépenses de leurs employés sous forme de frais de mission ou de déplacement, ce qui va faciliter la chose aux entreprises ».

 

Le mobile paiement

Autre chantier en cours de maturation et de préparation également au niveau du GIE Monétique: le lancement de paiement mobile. C’est un moyen de paiement permettant de généraliser l’usage de paiement électronique plus rapidement, et permettant à une population beaucoup plus nombreuse d’utiliser ce service de paiement sur mobile. « Le travail est en train d’être mené, au sein du GIE- Monétique, avec la concertation étroite de la Banque d’Algérie. Les prérequis sont définis, il reste à mettre les jalons techniques pour lancer cette opération, assurer son étanchéité, sa sécurité, et sa faisabilité. Des choses techniques qui sont en train d’être préparées», rassure notre interlocuteur. Depuis l’introduction de la carte de paiement, l’évolution des moyens de paiement ne cesse de suivre celle des technologies numériques. Le téléphone portable, puis le Smartphone, s’est imposé au fil des années comme un dispositif susceptible de renouveler – voire de remplacer – et de rendre plus efficaces les moyens de paiement disponibles. En effet, le Smartphone s’est imposé comme un moyen à tout faire. Le paiement électronique n’en est qu’un service de plus.  En effet, il s’agit d’un moyen tout à fait adapté pour embarquer une application qui permet d’effectuer des paiements, comme une carte bancaire. La digitalisation aidant, beaucoup de banques proposent désormais de numériser la carte, voire de proposer une carte déjà digitalisée et qui pourrait aisément être émulée  dans un Smartphone. Le GIE-Monétique a terminé de rédiger les spécifications fonctionnelles du modèle de paiement par téléphone adapté au contexte algérien. Il est en phase d’acquérir une solution destinée à l’ensemble de ses membres, qui offriront ce service à leurs clientèles respectives permettant à ces dernières d’effectuer des opérations de paiement en utilisant un téléphone mobile.

 

Le paiement électronique adapté au segment des transports

Par ailleurs, et pour développer les solutions monétiques adaptés au segment des transports, notre interlocuteur révèle que le GIE-Monétique a entrepris des démarches de rapprochement, de concertation et de discussion avec l’ensemble des acteurs intervenant dans le segment des transports (gestion des autoroutes, transport urbain, transport ferroviaire, transport en commun, etc.). « C’est en ce sens qu’en prévision de la mise en service prochaine des stations de péage au niveau de l’autoroute Est/Ouest, avec l’Algérienne Des Autoroutes (ADA), que le GIE-Monétique à travers la banque de cette société, a initié une série de rencontres à l’effet d’examiner et d’élaborer dans le détail des spécifications fonctionnelles de la solution de paiement à déployer au niveau des bornes de péage ».

Dans ce sillage et dans le cadre du projet de migration du schéma de la carte CIB aux nouvelles spécifications, des profils de carte et des ajustements spécifiques aux équipements d’acceptation déployés au niveau des bornes de péage ont été pensés et prévus. « Ces systèmes monétiques proches des solutions de monétique intégrée sont en phase d’affinage conjointement avec l’Algérienne des autoroutes ainsi que l’Entreprise du Métro d’Alger, à l’effet de proposer, dès l’entrée en exploitation des stations de péage, une configuration monétique adaptée permettant le paiement électronique par carte CIB » affirme notre interlocuteur.

 

Sécurisation et lutte contre la fraude

Le système bancaire également via le GIE Monétique s’est doté d’une solution anti-fraude. « Une marque de confiance et de crédibilité du système concernant l’ensemble des acteurs de la monétique ayant adhéré à cette charte monétique interbancaire, qui prévoit parallèlement la mise en place d’une solution antifraude. L’exploitation de cette solution est prévue pour le début du janvier 2020. Ce qui nous permettra d’être plus sécurisé, mais également de développer plusieurs autres services », révèle M. Djebbar.

 

Un service de qualité et de confort

En somme, l’objectif ultime derrière la modernisation de tous ces services, restera, précise M. Djebbar, la généralisation du paiement électronique à tous les commerçants, par moyen de paiement électronique, comme précisé dans la loi de finances 2020.  Par ailleurs, nous œuvrons également à développer encore davantage le paiement électronique par internet via la carte qui est déjà opérationnel. « Pour le moment, le paiement par internet fonctionne pour les grands facturiers, mais nous sommes en train de l’élargir au fur et à mesure aux services et aux commerçants qui souhaitent intégrer ce service.  Pour la généralisation des TPE, nous avons ouvert la voie aux installateurs privés, pour que cela ne soit plus l’apanage des banques. C’est une action qui concerne tout le monde, et beaucoup d’acteurs, et pour la mener de manière optimale et en moins de temps possible, nous avons décidé d’impliquer le maximum d’acteurs. Ainsi, la généralisation de l’utilisation des moyens de paiement électronique demeure un moyen essentiel privilégié d’inclusion financière », précise le Président du GIE Monétique.

Enfin, M. Djebbar rassure que le secteur bancaire, et en intégrant Algérie-Poste, fédéré au sein du GIE Monétique, travaille d’arrache-pied pour assurer un service de qualité, et de confort aux citoyens, pour développer l’usage des moyens de paiement. « Nous sommes très confiants de l’adhésion des citoyens et des usagers, mais aussi des commerçants utilisateurs des moyens de paiement tels que les TPE ou par internet. Ils seront toujours accompagnés, conseillés et rassurés. Nous travaillons pour atteindre une grande adhésion aux dispositifs et aux systèmes de paiement électronique interbancaire. Tout cela, nous le faisons avec l’œil bienveillant de la Banque d’Algérie, qui demeure le garant des systèmes et responsable de la sécurité des moyens de paiement de la place », rassure M.Djebbar.  Toutefois, la seule contrainte qui préoccupe le responsable de GIE Monétique demeure la généralisation, et de manière plus importante de l’utilisation de tous ces moyens de paiement électroniques, auprès des commerçants. « En parallèle, nous devons développer les services de sécurisation et de lutte contre la fraude monétique, une chose qui incitera les uns et les autres à l’utilisation de la carte bancaire», avoue-t-il.

 

Digitalisation des services bancaires un processus en marche

Evoquant la digitalisation, notre interlocuteur rappelle que le processus de digitalisation est plus vaste, mais le socle principal qui permet d’aller réellement vers la digitalisation, «est la modernisation des systèmes d’information. Pour ce faire, et à titre d’exemple, la  BADR a complètement changé son système d’information par un système centralisé en ligne, Global Banking, qui permet le développement de multiples services bancaires, tel que les cartes de paiement, le e-paiement, le e-banking, les services de banque à distance notamment l’ouverture de l’agence digitale…, offrant au client la possibilité d’utiliser ces services bancaires quel que soit l’endroit où il se trouve et en temps réel » C’est un long parcours, l’objectif est de faciliter l’accès aux services bancaires, pour les citoyens, et par conséquent, accroitre la bancarisation et permettre à l’ensemble des citoyens d’user des services bancaires soit en présentiel soit à distance » se réjouit-il. Et d’ajouter «l’année 2020 sera une année marquante pour le segment de la monétique qui constituera le levier principal d’éminence du secteur bancaire, nous en sommes persuadés», conclut-il.

 Y. M.

 



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Les règles de l’immigration légale
Par maître Serge Pautot, .

Sider El Hadjar
Par Yahia MAOUCHI .

Télécharger version PDF

Version PDF