Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 120 - Avril 2019

Go

Energie

Le garant du pacte de stabilité et de développement

Fédération nationale des travailleurs du pétrole, du gaz et de la chimie

Par Smail ROUHA



« Ni la démocratie, ni le développement ni aucune autre ambition nationale ne pourra avancer sans stabilité interne et, disons-le aussi, sans une entente nationale forte, qui sera la meilleure protection du pays contre toute entreprise hostile pouvant le menacer de l’extérieur » affirmait le Président Abdelaziz Bouteflika dans son discours d’investiture en Avril 2014. Une affirmation largement partagée par Abdelmoumen Ould Kaddour, Président directeur général du Groupe Sonatrach, qui soulignaità partir d’Oran en marge des 11E  J.S.T, que la sécurité et la stabilité du pays sont des éléments fondamentaux pour le développement du partenariat du secteur des hydrocarbures. Dans ce sens, et répondant à l’appel du Président Abdelaziz Bouteflika en vue de l’union des efforts de toutes les composantes de la société et particulièrement les travailleurs, pour la construction d’une économie forte et socialement juste, l’UGTA s’est mobilisée à côté des autres partenaires pour œuvrer de concert à la concrétisation d’un instrument découlant du Pacte national économique et social de croissance.Ce processus de concertation et de dialogue a abouti naturellement à un cadre permanent de concertation, à savoir le Pacte de stabilité pour le développement du Groupe Sonatrach. Un pacté acté le 4 Novembre 2018 par le Groupe Sonatrach et la Fédération nationale des travailleurs du pétrole, du gaz et de la chimie (FNTPGC), sous le patronage de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), lors d’une conférence nationale organisée dans la Région de Haoud El-Hamra, dans la daïra de Hassi-Messaoud (80 km au Sud-est d’Ouargla).Paraphé par Abdelmoumen Ould-Kaddour, Président directeur général (P-dg) du Groupe Sonatrach, et HamouTouahria Secrétaire Général de la FNTPGC, ainsi que par Abdelmadjid Sidi Saïd, Secrétaire général, de l’UGTA, cet accord,en tant qu’instrument attachant les relations entre les partenaires des entreprises du Groupe Sonatrach,vise essentiellement àassurer un climat favorable pour un développement social et économique. « Cepacte est venu garantir la stabilité du travailleur, sa santé et celle de sa famille et des retraités, en plus de se charger des infrastructures, souligne HamouTouahria qui précise qu’«il servira de référant aux travailleurs et contribuera assurément à satisfaire leurs attentes tout en veillant à la stabilité et au développement de l’entreprise.» En effet, cet accord assure le respect des normes et des lois économiques et sociales au sein des filiales du groupe et vise l’amélioration des conditions de travail en permanence, ainsi que la préservation du pouvoir d’achat et de la santé et de la sécurité des travailleurs. Inspiré de la base, ce pacte quinquennal vise à mobiliser les travailleurs pour améliorer la productivité et la qualité, renforcer le pouvoir de concurrence et contribuer à la stabilité sociale en renforçant le dialogue par l’institutionnalisation des cadres et mécanismes adéquats, la concertation, l’échange, la consultation, l’arbitrage et la médiationentre les partenaires sociaux. En outre, les parties au Pacte s’engagent à instaurer un climat social serein et stable, établir un cadre consensuel basé sur des engagements mutuels et une démarche participative pour impulser durablement le développement des missions du Groupe Sonatrach. « Nous sommes la première Fédération, après la Centrale syndicale, à signer ce pacte à l’issue de la tripartite. Un pacte élaboré après deux rencontres avec la base dont l’une à Haoud-Berkaoui sur le HSE afin de préserver la santé du personnel et de l’entreprise, et l’autre relative à la politique des œuvres sociales» se félicite HamouTouahria.

Des engagements et des challenges
Du fait que l’implication des travailleurs dans la gestion de l’entreprise est un impératif, les deux parties se sont engagés à participer à un développement économique intégré, favorisant la préservation et le développement de l’emploi et œuvrer au développement de l’investissement productif, créateur de richesses, et à la promotion d’une économie nationale forte de biens et services. Comme il est question de la modernisation de l’outil de production et l’amélioration de la qualité des produits et services. Pour ce faire, la Fédération est appelée à contribuer à l’instauration d’un climat favorable au développement économique et social, et participer à l’explication de toutes les orientations relatives au développement durable et l’accentuation de la performance des prestations et services de l’Entreprise dans le cadre de l’économie nationale. En outre, la FNTPGC se doit d’apporter une contribution active à la réussite du présent Pacte de Stabilité, à travers une confortation des réformes économiques et à la promotion de l’équité sociale et de l’emploi fondée sur le travail décent, l’investissement et la création d’activités, tout en participant à la stabilité sociale indispensable à toute politique de développement, par le recours au dialogue, à la concertation, l’arbitrage et la pratique de la médiation et ce, dans un souci de prévention des différends collectifs et de contribution à leur règlement, à tous les niveaux. Pour un meilleur suivi, il a été décidé de la mise en place d’un Comité de suivi associant les parties prenantes au Pacte. C’est ainsi que les engagements des parties signataires du Pacte seront déclinés en Plans d’actions, élaborés par chaque partie pour ce qui la concerne, incluant des objectifs opérationnels adossés à des indicateurs de mesure.

Des acquis et des attentes
Englobant 150 entreprises et filiales soit un effectif  de 200.000 travailleurs à l’échelle national issus des deux secteurs pétrole et gaz et de la chimie, la Fédération en tant que partenaire social affilié à l’UGTA «notre rôle est de renouveler les syndicats des entreprises pour une meilleure représentativité au niveau de la base selon les orientations de la centrale de l’UGTA » indique Hamou Touahria qui précise que « la Fédération est un instrument au service des travailleurs et c’est notre mission que d’assurer la pérennité de l’entreprise  et d’arracher aux travailleurs de nouveaux acquis sociaux». Et en termes d’acquis, la liste est longue.  En effet, de nouveaux acquis, à l’instar du tiers-payant qui garantit une prise en charge médicale de qualité et à hauteur de 80% ainsi que la Pension complémentaire des retraités (PCR), ont été réalisés ces dernières années au profit des travailleurs du Groupe Sonatrach. « Parmi ces acquis, figure aussi l’assurance collective, qui en cas de décès d’un travailleur, permet à sa famille de bénéficier d’un montant de six (06) millions DA. Par ailleurs, au décès d’un employé du Groupe, son ayant-droit, notamment son épouse, percevra son salaire intégral pendant 5 années grâce à la Mutuelle de l’Industrie eu Pétrole (MIP) et cela sans le capital décès » rappelle Hamou Touahria. Il faut savoir que la mise en application du système tiers-payant s’est traduite par la signature de 66 conventions avec les structures médicales réparties à travers le territoire national, et ce, pour un montant global dépassant les 10 milliards de dinars. Il y a lieu de signaler également que la FNTPGC a ouvert le dossier relatif à l’indemnité d’expérience professionnelle (IEP) et de la modernisation des prestations sociales et de la santé au travail.

La sédentarisation des employés
Par ailleurs, la Fédération milite pour le transfert des malades graves ou des accidentés du Sud au Nord via un avion médicalisé. «  Sur un autre pan, on compte implanter des Centres médicaux sociaux à l’échelle nationale. Dans une première phase on a eu l’accord pour créer une antenne à Tebessa et Guelma, d’autres verront le jour à Adrar, Djanet. Comme on est entrain de réaliser une station thermale à Biskra à l’instar de celle de Zelfana dans la wilaya de Ghardaïa » souligne Hamou Touahria qui révèle que « pour encourager le produit national, nous avons contracté des conventions avec deux constructeurs automobiles pour l’achat de véhicules à des prix spéciaux  avec une certaine remise par rapport au prix public. » Pour ce faire, le travailleur doit  avoir l’aval du syndicat d’entreprise et celui d la Fédération. Par ailleurs ce même travailleur peut bénéficier d’un crédit auprès des banques pour financer l’achat de son véhicule. « En outre certains promoteurs nationaux nous accordent des remises sur l’achat de logements. Lors du brainstorming que nous avons organisé les 22 et 23 octobre 2018 dans la région de Haoud Berkaoui, nous avons inclus un prêt carrière qui est en cours de négociations soit pour l’achat de logement ou de véhicules, pour peu qu’il possède un CDI. L’objectif est de sédentariser les travailleurs au niveau des installations. La solution serait d’accorder des prêts aux travailleurs pour construire leur propre logement ou acquérir un logement. Donc réduction des charges sur l’entreprise » indique Hamou Touahria. Des acquis dont devraient profiter incessamment les travailleurs du secteur de la chimie et de Tassili Airlines affiliée depuis mars 2018 à la Fédération.
S. R.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Smail ROUHA

Les plus lus

Air Algérie Cargo
Par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF