Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 110 - Dec 2017

Go

Tourisme

Une oasis touristique et récréative moderne au coeur du Sahara

Les « Jardins des Ziban »

Par Farid HOUALI



Biskra est l’une des villes les plus visitées dans la région grâce à son patrimoine touristique, à ses paysages saints, à son climat pur, à son artisanat traditionnel et historique, à ses nombreux hammams et centres géothermaux anciens, sans oublier la meilleure qualité de ses dattes bien sûr. A cet ensemble vient s’ajouter l’Aquapalm des Jardins des Ziban, dont l’ouverture officielle s’est faite le 20 août dernier, par le wali de Biskra, Ahmed Kerroum, accompagné par l’investisseur privé Ali Serraoui qui été d’ailleurs « félicité » à l’occasion pour «sa contribution» dans la promotion du tourisme dans cette wilaya mais aussi dans la résorption du chômage dans la wilaya. Dans une déclaration faite à El Djazaïr.com, le chef de l’exécutif de la wilaya de Biskra s’est engagé à «encourager toute initiative». et a assuré que «les administrations de la wilaya de Biskra sont à l’écoute des investisseurs dans le tourisme». Il a dans ce cadre révélé que cinq hôtels ont été déjà réceptionnés depuis le début de l’année en cours alors que sept autres le seront d’ici la fin de l’année en cours. «Ces nouvelles structures touristiques sont à même d’assurer la diversification des offres touristiques destinées aux personnes en quête de bien-être et de détente dans cette wilaya, qui est la porte du Sahara», a ajouté le wali. Pour l’aquaparc, le wali a assuré que ce projet est «un acquis» pour la wilaya. A notre arrivée sur place, vingt-quatre heures avant l’inauguration officielle, les ouvriers et techniciens, chacun de son côté, tentaient d’apporter des correctifs pour «être prêts» pour le grand jour. Rien n’est laissé au hasard. Tout le monde partait dans tous les sens. La température qui frôlait les 45° n’a pas dissuadé outre mesure les employés de l’aquapalm. C’était une véritable fourmilière. L’Aquapalm Biskra est réalisé au cœur d’une palmeraie de 11 ha. Il est composé de 32 toboggans, d’une piscine à vagues, de 10 bassins et d’une rivière de plaisance de 614 m pour des promenades à bouée au cours de l’eau. Les enfants ont une place de choix aux Jardins des Ziban. Trois bassins adaptés leur sont réservés. Le climat exceptionnel de Biskra permet d’accueillir des visiteurs 10 mois sur 12. «Dès son ouverture, l’aquaparc pourra recevoir jusqu’à 4000 visiteurs par jour», nous assure Ali Serraoui, le promoteur. Une fois sur site, ils sont orientés vers un parking de 1000 places ainsi que les 120 autres places réservées au bus. Ils sont par la suite dirigés vers l’entrée principale de l’aquaparc. Un bâtiment d’accueil de style mauresque de 10 000 m² comprenant également des commerces, une agence bancaire, une agence postale, et en son niveau supérieur, des restaurants, un coffee shop, deux grandes salles de restauration pour les familles ainsi que des terrasses. Sur un écran géant, il est expliqué aux visteurs, notamment les consignes de sécurité à suivre. Le tout sous l’œil vigilant des agents de sécurité. Derrière un long comptoir à l’effigie d’un palmier bleu, quatre caissières en noir et blanc formées pour ce faire, vous proposeront différentes formules pour vous permettre de profiter des espaces aquatiques, jeux et lieux de détente. Le ticket d’entrée est fixé à 2 000 DA donnant accès à tous les espaces de jeux, à la connexion wifi haut débit et à un casier-vestiaire. « Ce prix pourrait éventuellement changer en fonction de la demande », nous a-t-on assuré sur place. A l’extérieur, autour des toboggans et des bassins, les visiteurs pourront également se restaurer et découvrir les arbres ainsi que les plantes de tous les Continents en se promenant dans les allées des Jardins à thèmes : les Jardins du monde.

Se bien « ressourcer » en toute quiétude
L’aquaparc ouvert au public de 10 heures jusqu’à minuit, peut recevoir jusqu’à 4 000 visiteurs/jour dans des conditions optimales. Une fois le seuil de l’aquaplam est franchi, ses hôtes pourront profiter pleinement des loisirs aquatiques dans un cadre de détente et de sécurité absolues. S’agissant justement de ce point, les responsables de l’aquaparc ont indiqué que des mesures strictes ont été prises en considération, notamment un système rigoureux de télésurveillance. En effet, une centaine de caméras de surveillance sont installées aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du site et pilotées par un système informatique zoomant à volonté, enregistrent toutes les données. « Les caméras placées dans différents lieux stratégiques permettent d’orienter les équipes mobilisées, le contrôle et le suivi et la sécurisation des personnes et des biens», nous explique M. Serraoui. S’ajoutent à cela une cinquantaine d’agents de sécurité de Vigil Groupe qui sillonnent le site à longueur de journée. Aussi, les parents n’ont pas trop à se soucier du bien-être de leur progéniture. A l’aquapalm, à chacun sa formule et son… coin. Les adultes s’accordent tout le repos acquis, les enfants également. Preuve en est : des piscines, d’une profondeur moyenne sont réservées aux enfants. L’attraction pour ces derniers est sans nul doute, le «Tarik Ibn Ziad» un bateau toboggan. Aux abords des piscines pour enfants, des surveillants de baignade veillent à ce que, même si des enfants, «se détachent de leurs parents, ils puissent se baigner dans les meilleures conditions possibles». «Avoir la responsabilité de veiller sur des enfants n’est pas du tout chose facile, mais il est de notre devoir d’avoir un œil attentif sur eux».  Il n’est pas le seul. Habillés en bleu, dont aussi de la gent féminine, ils veillent chacun, au confort des visiteurs. En cas d’urgences, pas besoin de s’affoler : l’établissement dispose de toute une équipe médicale qui saura vous apponter toute l’assistance nécessaire. Deux ambulances appartenant à l’établissement sont également mises à contribution dans le cas où. Notre « balade continue», malgré la canicule. Et il est aisé de constater que la gestion de l’aquaparc a été pensée dans un esprit écologique. Un système intelligent d’épuration et de recyclage de l’eau permet d’éviter tout risque de contamination tout en permettant d’économiser le précieux liquide. Des équipements de dernière génération permettent également de trier et de conditionner les plastiques et les cartons ainsi que les restes de produits alimentaires de l’ensemble des restaurants du complexe. Amateurs de glaces et de thé ? C’est possible. L’on aime bien le faire allongé sur un transat, à l’ombre d’un parasol. Cependant, et afin de préserver la propreté de l’endroit, il est strictement interdit de fumer ailleurs que dans les fumoirs érigés à cet effet. Aussi, des bacs à ordures sont visibles au moindre recoin. Il est également recommandé de ne pas piétiner les espaces verts. Pourvu que les visiteurs prennent conscience de l’importance d’un tel joyau. Il est près de 20 heures. Au bord des piscines, c’est « la fête ». Un DJ assure une bonne animation. Sa musique rythmée a d’ailleurs un petit peu «dominé» celle diffusée sur haut-parleurs de l’aquapalm. «Dommage, ce serait bientôt la fermeture», se désole une dame accompagnée de ses trois enfants. On repart, certes, chacun vers sa destination mais l’on gardera assurément dessouvenirs agréables d’un endroit que l’on visitera encore le lendemain. Pour quoi pas.

Un projet à la grandeur d’une ville
Nichés dans la palmeraie de Feliache, entre Biskra et Sidi-Okba, les Jardins des Ziban sont un pôle touristique de premier plan « dédié », selon leurs concepteurs, aux loisirs, aux sports et à la culture. C’est un espace de 54 ha consacré au bien-être et à la nature avec 6000 palmiers, plus de 18 ha de gazon et près de 10 000 arbres plantés dans des jardins à thèmes et de larges allées. Initié par le promoteur Ali Serraoui et pensé par le bureau allemand de l’architecte originaire lui aussi de Biskra, Kamel Louafi en collaboration avec les bureaux d’études algériens CBK et Seeata, ce centre touristique accueille déjà ses premiers visiteurs. Le projet dans sa globalité a également fait l’objet d’études du World Trade Center Algiers et du bureau d’études et d’audit du groupe français Accor, ainsi que de l’approbation du Conseil national des Jardins des Ziban, une infrastructure capitale pour cette région du pays. Depuis le lancement des travaux en 2012, 21 sociétés algériennes et une dizaine d’entreprises étrangères (Chine, France, Turquie et Tunisie) ont participé à cette extraordinaire aventure A terme, 3000 emplois directs et plus de 10 000 emplois indirects seront créés La gestion de chaque infrastructure sera confiée à des entreprises de renommée internationale. Outre le management elles seront tenues de former le personnel local. «Dès 2017, Les Jardins des Ziban accueilleront 1,5 million de visiteurs par an. Une capacité d’accueil qui augmentera au fur et à mesure de l’inauguration des autres infrastructures», nous assure Ali Serraoui. La prochaine étape justement serait la mise ne service du parc d’attraction des Jardins Ziban, situé pas trop loin de l’aquaparc. Ainsi, aux côtés des classiques Grand 8, la grande roue et le train fantômes, des manèges, dernière génération assureront des sensations fortes. Pour les enfants, des manèges et des carrousels leur garantiront des parties de plaisir et en toute sécurité. Prévu pour le courant de l’année 2017, le parc d’attractions des Jardins des Ziban s’étendra sur une superficie de 10 ha, dont une partie sera couverte afin de profiter des loisirs durant les grandes chaleurs. Au sein du parc, des cafétérias et des restaurants sont également aménagés ainsi que des espaces de détente et de spectacles. Le parc d’attractions et des loisirs sera doté d’une patinoire à glace et d’un karting aux normes internationales. S’agissant du centre commercial des Jardins des Ziban, il est bien plus qu’un simple mall : c’est une véritable Médina mauresque dédiée au shopping. Dotée d’un parking de 1000 places, la Medina serait bâtie sur une superficie globale de 13 ha et sera divisée en plusieurs quartiers d’artisanat, d’artistes et de ventes de produits locaux. Entre deux coups de cœur dans deux grandes enseignes, ses visiteurs pourront siroter un thé à la menthe sur une natte tressée dans un café traditionnel, déambuler dans les ruelles ombragées ou déguster des spécialités culinaires dans un des nombreux restaurants. La Médina sera également équipée d’un hypermarché de 10 ha ainsi que d’un espace réservé aux foires et expositions. Aussi, la configuration et l’architecture du centre commercial ont été spécialement étudiées pour servir de décor de cinéma. Afin de permettre à un plus grand nombre de visiteurs de profiter pleinement des activités proposées aux Jardins des Ziban, plusieurs établissements d’hébergement de différentes catégories seront, de ce fait, réalisées à proximité des structures commerciales et de loisirs. Le programme de réalisation se divise en deux phases : 2017-2018 et 2018-2019. Un quartier résidentiel de 99 villas (bâti dans un quartier résidentiel de 4 ha) ainsi qu’un appart hôtel de 340 lits sont prévus lors de la première phase. Les locataires auront le choix entre trois types de résidences, toutes construites dans un style mauresque. Les villas de luxe sont dotées chacune de deux suites, d’un grand salon, d’un hammam traditionnel, d’une piscine, d’un jardin et de trois terrasses. Quant aux villas prémium bâties sur un niveau, elles disposent d’un salon, de deux chambres, d’une terrasse, d’une piscine et d’un jardin. Ce n’est pas tout. Les duplex confortables et spacieux sont dotés de deux pièces et d’un grand salon. Les locataires auront accès aux piscines et à toutes les autres infrastructures du quartier résidentiel qui disposera d’un business-center composé d’une salle de conférences, de salles d’ateliers, de deux restaurants et d’une cafétéria. Les locataires auront également accès à une grande surface ainsi qu’à un centre de sport et à une piscine couverte. Dans l’ensemble des résidences, le confort est garanti d’autant que tout a été pris en compte. Ainsi, les résidences disposeront d’équipements et d’ameublements haut de gamme, d’une connexion Internet haut débit, de la climatisation, du chauffage. Les cuisines et les salles de bain seront bien équipée. Au courant de cette même année 2017, les Jardins des Ziban bénéficieront de leur première structure d’accueil de grande capacité avec la réception d’un premier appart-hôtel. D’une capacité de 340 lits, extensible à 500 lits, l’établissement comprend des appartements de différentes catégories : des F2, des F3 et des F4. Tous les appartements seront pourvus d’équipements et d’ameublement de premier choix, de cuisines et de salles de bains équipées, de télévision par satellite et de l’Internet haut-débit. L’établissement sera également doté d’un parking, d’une salle de sport, d’une piscine couverte et d’une supérette. Toujours s’agissant des structures d’hébergement, et dans sa deuxième phase de réalisation, le village touristique les Jardins des Ziban, sera doté de trois nouveaux établissements hôteliers : un hôtel 5* de 180 lits, un hôtel 3* de 220 lits et un appart-hôtel de 300 appartements. Le management de ces infrastructures d’accueil sera confié à des groupes hôteliers internationaux. Et l’établissement phare des Jardins des Ziban serait sans conteste l’hôtel 5*. Haut de gamme, cet hôtel sera bâti sur une superficie d’un hectare et demie au cœur de la palmeraie. Doté de suites de luxe et de chambres équipées de tous les équipements de confort, il offrira à sa clientèle des services d’un haut standing dans un esprit d’hospitalité propre à la région de Biskra. Les quatre restaurants offriront des plats préparés par des chefs de renommée mondiale. Outre ses piscines et son centre de remise en forme, l’hôtel proposera des séances de sablo-thérapie (rdim) une tradition ancestrale de la région des Ziban. Les salles de conférences de l’hôtel font de lui un établissement idéal pour l’organisation d’événements d’envergure internationale. L’hôtel 3* des Jardins des Ziban offre, quant à lui, des services de haute qualité à des tarifs étudiés. Bâti sur 1,3 ha, il sera doté de toutes les commodités en matière de confort et de restauration. Il bénéficie également d’un accès direct sur toutes les infrastructures commerciales et de loisirs des Jardins des Ziban. Second établissement de cette catégorie au sein des Jardins des Ziban, l’appart hôtel permet à la clientèle de profiter pleinement de toutes les activités dans un cadre convivial et familial. Ce complexe propose différentes formules d’hébergement dont des F2, des F3 et des F4. L’appart-hôtel sera doté de deux salles des fêtes de 800 places chacune ainsi que d’un parking.

Au service des sports et de la ….culture
Les initiateurs des Jardins des Ziban envisagent de faire de ce site un important pôle touristique et de loisirs mais aussi un espace dédié aux sports de haut niveau, aux arts, à la culture et à l’enseignement supérieur. Ainsi, à proximité des parcs, du centre commercial et des structures, d’hébergement seront érigés un centre de préparation sportif, une clinique spécialisée dans la médecine du sport, un institut supérieur du tourisme et de l’artisanat, un institut supérieur des métiers du cinéma ainsi qu’un studio de cinéma. Le centre de préparation sportif et clinique sportive serait en effet doté d’une piste d’athlétisme et d’un terrain de football et de rugby homologués, de cours de tennis, d’une salle omnisports et d’une piscine olympique. Ce centre de préparation sportif de haut niveau, d’une superficie de 7 ha, accueillera des équipes professionnelles et des sportifs algériens et internationaux. Le climat exceptionnel de la région de Biskra fera de ce centre une référence mondiale pour les préparations des sportifs lors de la saison hivernale dans l’hémisphère Nord. Sur le même site sera érigée une clinique de rééducation fonctionnelle spécialisée dans la médecine du sport. La prise en charge médicale sera assurée par des médecins du sport hautement qualifiés. Aussi, les Jardins des Ziban sont appelés à jouer un rôle central dans le développement du tourisme et de l’artisanat ainsi que dans la préservation du patrimoine matériel et immatériel de la région de Biskra. Conscients de ces enjeux, les initiateurs des Jardins des Ziban ont décidé d’apporter une contribution concrète en créant un Institut supérieur spécialisé dans le tourisme et l’artisanat. Cet établissement sera placé sous la double tutelle scientifique et technique du ministère de l’Enseignement supérieur et du ministère du Tourisme. La création d’un institut des métiers du cinéma et d’un complexe de studios cinématographiques constitue une autre contribution à la promotion de la culture par les initiateurs des Jardins des Ziban. Une fois opérationnel, il est appelé à former les réalisateurs, les scénaristes, les comédiens et les techniciens aux plus récentes techniques cin6matographiques. L’établissement fera appel à des professionnels au talent reconnu et sera doté d’équipements de dernières technologies. Aussi, construits par une entreprise spécialisée, les studios de cinéma seront les premiers du genre en Algérie. Il s’agit en fait, d’une Cité de Cinéma qui sera érigée sur une superficie de 2,6 ha et sera composée de studios de tournage, d’ateliers, de bureaux et de magasins de costumes et d’accessoires. Le complexe audiovisuel sera également doté d’un studio de télévision et d’équipements de diffusion. La disponibilité d’infrastructure hôtelière, d’un aéroport international et de compétences formées sur site, permettra à la cité du cinéma des Jardins des Ziban d’être un pôle de création et de production cinématographique d’envergure régionale. La Cité du cinéma accueillera chaque année un festival du film Africain et un festival du court métrage.
Sokkra, Vescra, Vecera, Adbesran et on en oublie encore, tous ces noms désignent une seule et même ville : Biskra. Bien que chercheurs et historiens ne se soient pas accordés sur les origines de ces appellations, certains estiment, cependant, que son nom provient du nom romain Vecera qui veut dire « station» ou «endroit» d’échange commercial, en raison de sa situation géographique, reliant le nord et le sud. Mais il se trouve que le chef romain, Betolimih Benyouba II, la baptisa autrement, lui donnant le nom de «la rivière du destin», en référence à la rivière de Sidi Zarzour, traversant la ville. Selon d’autres hypothèses, le nom de la ville descendrait de l’ancien nom romain Adebesran, en raison de l’ancienne source géothermale proche de la ville, l’actuel hammam Salhine. Enfin, d’autres estiment que Biskra proviendrait de Sokkra, renvoyant à ses dattes sucrées cultivées dans les oasis de la région. Quoi qu’il en soit, comme nous l’écrivions déjà sur les colonnes de notre supplément, Mémoria, l’Histoire de Biskra s’est forgée au fil des siècles et des conquérants qui s’y sont succédé. Chaque occupant y a laissé des traces indélébiles. Ces vestiges racontent le passé glorieux de la reine des Ziban En tout, ce sont plus de 200 sites archéologiques, appartenant à différentes phases de l’Histoire qui font de cette région un pôle touristique indéniable. Parmi ces sites figurent la Dechra El Hamra (le village rouge) à El Kantara dont la construction remonte à la période romaine, les vestiges de forteresses romaines à Lioua, le ksar de Lichana, les mosquées Sidi Ameur et Sidi Messaoud à Zéribet El Oued, Sidi Aïssa à Bouchegroune et El Atiq (Tolga et Bordj Benazouz), la mosquée Sidi Lembarak à Khenguet Sidi Nadji, construite au XVIIe siècle. Le réseau des zaouïas de Biskra est également étendu. La plus importante, la zaouïa Othmania de Tolga, date de 1780 et a été fondée par Sidi Ali Benamor. Elle conserve un fonds documentaire de manuscrits consultés régulièrement par les chercheurs et historiens. Au sein de cette zaouïa, sont également enseignés le Coran et les sciences de la charia à une centaine d’étudiants venant de l’ensemble du territoire national. Les zaouïas Mokhtaria de Ouled Djellal, la zaouïa du cheikh Benazouz, la zaouïa Khengui et la zaouïa Kadiria de Biskra continuent à prodiguer un enseignement religieux de qualité. Par ailleurs, de très anciennes écoles coraniques existent aussi à Biskra, parmi lesquelles Ennassiria de Khenguet Sidi Nadji, construite dans le même style de la célèbre Zeitouna de Tunisie ou El-Oukhouwa. Biskra compte plusieurs mausolées d’importance historique, dont celui d’Okba Ibn Nafaâ en plus de ceux de Khaled Ben Sinan, Sidi Zarzour et Abderrahmane el-Akhdari. Située à Sidi Okba dans la wilaya de Biskra, la mosquée de Sidi Okba a été construite en 686. Elle appartient à un grand complexe édifié autour du tombeau du gouverneur d’Ifriqiya, Oqba Ibn Nafaa. Considérée comme l’une des plus anciennes mosquées d’Afrique du Nord, cette mosquée, illustrant le style médinois, a été construite en bois, troncs de palmier, enduit, pierre et chaux. Le décor architectural intérieur est fait de métal, bois et céramique. S’inspirant de la première mosquée construite à Médine, la mosquée Oqba Ibn Nafaâ a été agrandie vers 1025 par le souverain ziride Al-Mu‘izz ibn Bâdîs. Abritant la dépouille d’Oqba Ibn Nafaâ, le mausolée a été embelli, trois cent cinquante ans après l’inhumation. La chambre funéraire est carrée et surmontée d’une coupole. Elle occupe l’angle sud-ouest de la mosquée. Sous le règne d’al-Mu’izz ibn Bâdîs, le mausolée est embelli sur le modèle de la bibliothèque offerte par le prince ziride à la Grande Mosquée de Kairouan.
F.H



Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Après l’automobile
Par Yahia MAOUCHI.

La transformation numérique
Par Dr Ali Kahlane,.

Sécurité alimentaire
Par Yahia MAOUCHI.

Imprimerie officielle
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF