Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 116 - Oct 2018

Go

Habitat

« Tous les chantiers seront redynamisés »

Mosbah Rabehi, président directeur général de l’ENPI

Entretien réalisé par Smail ROUHA



El-Djazair.com : Vous avez été récemment nommé à la tête de l’ENPI, quelles sont les missions qui ont été assignées ?  

Mosbah Rabehi : En premier lieu, il faut reconnaitre qu’en termes de financement, l’entreprise est autonome du fait que 45% des projets sont financés par le CPA via le prêt des bénéficiaires, le reste est financé sur fonds propres. Pour revenir à votre question, il faut savoir qu’à ma nomination, plusieurs priorités m’ont été assignées dont la principale mission est d’achever le programme LPP(Logement promotionnel public)de 50000 logements à l’horizon 2019. Ma seconde mission est de lancer le programme de logements promotionnels libres (LPS) sans oublier l’assainissement du lourd héritage légué par les ex-EPLF. A ce jour, nous en avons assaini une bonne partie. Les données sont maitrisées notamment les actes de propriété. Actuellement, nous avons une meilleure visibilité. A partir de ce constat, nous avons fait part aux autorités compétentes une offre pour reprendre, de gré à gré, ces biens laissés vacants, en dégradation et à l’abandon. Ensuite, nous mettrons en adjudication le reste au plus offrant. 

El-Djazair.com : En parlant de priorité quelle est la stratégie de l’ENPI notamment en termes de communication et de visibilité ?

Mosbah Rabehi : Effectivement actuellement la communication et l’information sont la clé de réussite. Aussi avons-nous mis en œuvre des cellules de communication et de proximité. En outre, nous mettons à profit les nouvelles technologies de l’information dans la gestion des dossiers et des souscriptions. D’ailleurs, nous communiquons directement via notre site web. L’autre nouveauté a trait à la gestion des cités. En effet, les nouvelles cités sont gérées par un administrateur désigné par l’ENPI concernant l’entretien, le gardiennage, et le nettoyage de la cité. De par la règlementation en vigueur, l’Entreprise nationale de promotion immobilière (ENPI) veillera sur la gestion de cette cité pendant deux ans avant de donner l’occasion aux bénéficiaires de se constituer en comités et de se prendre en charge après avoir acquis une culture de gestion.  

El-Djazair.com : L’un des critères des logements LPP est le confort. Ce concept est-il basé sur une étude analytique des différents acteurs et des différents niveaux d’interventions, d’autant plus que le ministre AbdelwahidTemmarn’a cessé d’insister sur l’aspect technique et esthétique ? 

Mosbah Rabehi : Le programme LPP est basé sur des normesde construction. Les logements LPP sont des logements de haut standing qualifiés de confortables. Ce sont des logements équipés avec une utilisation des panneaux photovoltaïques pour une meilleur économie d’énergie. Les logements LPP sont dotés de chauffage et climatisation centralisés, en outre, le bois est remplacé par du PVC sans omettre l’utilisation du double vitrage pour stopper le bruit extérieur. Le niveau de confort est rehaussé par l’intégration de système de chauffage, par chaudières murales et radiateurs fonctionnant à eau et la climatisation par split systems. Aussi et au-delà de ces systèmes utilisés pour la première fois dans un programme de logements publics, il ya lieu de signaler l’utilisation des composants de qualité supérieure choisis après un processus de vérification de conformité technique et de validationdu système de chauffage à eau. C’est dire que le concept, basé sur une étude analytique des différents acteurs et des différents niveaux d’interventions, est amplement respecté. Néanmoins, et concernant les retards, notamment les VRD, le ministre a insisté pour que dorénavant les VRD soient lancés en même temps que la réalisation des logements.

El-Djazair.com : Comment rattraper ces retards ? 

Mosbah Rabehi : Chaque problème a une solution. Il suffit de le diagnostiquer et d’étudier les contraintes pour arrêter les priorités à même d’élaborer un plan de travail tout en injectant le maximum d’entreprises de réalisations pour rattraper les retards ou biende  en faisant pression sur  l’entreprise par des mises en demeure pour redynamiser le chantier tout en l’incitant à adopter la formule des 2x8 heures, voire 3x8 heures pour aller vite. Néanmoins, la rapidité dans les réalisations ne doit pas se répercuter négativement sur la qualité des travaux. Nous voulons un produit de qualité doté de toutes les commodités. D’autant que tous les matériaux utilisés dans les logements LPP sont nationaux. Cet avantage nous pousse àrevoir les prix de réalisations à la baisse. Ce qui sera bénéfique aussi bien pour le bénéficiaire que pour l’entreprise, maitre d’ouvrage.  

El-Djazair.com : A ce sujet, nous savons que l’habitat n’est pas seulement le logement puisqu’il permet larelance d’autres secteurs. Quelle est la contribution socioéconomique de l’ENPI ?

Mosbah Rabehi :   On dit bien que quand le logement va, tout va, même si je préfère dire quand l’immobilier va, tout va du fait qu’il draine plusieurs axes de développement dont le plus visible est la promotion-construction. Il permet également, en termes d’employabilité, d’offrir de nouveaux débouchés d’emploi et de relancer l’industrie nationale de par l’utilisation des produits fabriqués localement. D’autant plus que l’interdiction, en 2014, du recours aux matériaux de construction d’importation dans les programmes publics, a contribué à la relance de la production locale dans ce secteur émergent. Pour preuve, la production locale de matériaux de construction a enregistré une dynamique après une récession du fait de la dominance des produits d’importation. Ces mesures ont, d’une part, encouragé les investisseurs à implanter de nouvelles unités de production de matériaux de construction à travers le pays, et, d’autre part, ont favorisé un logement algérien à 100%. Dans ce cadre, l’ENPI entend jouer le rôle de locomotive dans la relance de ce secteur émergent.  

El-Djazair.com : Toute stratégie est tributaire de la demande dans ce contexte, l’ENPI compte-t-elle lancer de nouveaux projets ? 

Mosbah Rabehi : Notre priorité est d’achever notre programme de 50000 logements LPP. Ensuite nous aviserons car il appartient au ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville de fixer les priorités. Si le ministère décide de revoir le seuil d’éligibilité au programme avec un nouveau lancement ,en déplafonnant le LPP afin de permettre à un grand nombre de cadres de souscrire à cette formule, avec une autre dimension en revoyant les revenus et les modalités de payement, l’ENPI se lancera dans le logement promotionnel libre(LPL).. Et cela dans le cas ou le programme LPP ne sera pas renouvelé faute de demandes. D’autant plus que l’ENPI est partie prenante dans le programme LPA(Logement promotionnel aidé) au même titre que le programme LPL (Logement public locatif).  

El-Djazair.com : Alors qu’elle n’était destinée qu’aux nationaux-résidents en Algérie, la formule LPP vient d’être ouverte à la communauté algérienne à l’étranger. Où en est l’opération ? 

Mosbah Rabehi : Après un premier diagnostic, nous avons dégagé un excédent de 2247 logement répartis à travers 24 wilayas et destinés à la communauté algérienne établie à l’étranger. Pour les 2 247 logements, il y a eu plus de 16 000 souscripteurs à travers 24 wilayas lors de la première opération dont 6712 souscripteurs ayant procédé à la validation de leurs demandes. Devant la forte demande, l’ENPI a décidé, sur instructions du ministre, d’étendre la formule aux 48 wilayas selon la disponibilité de l’assiette foncière. Actuellement, quelque 17.225 Algériens résidant dans 93 pays ont souscrit à la formule du logement promotionnel public (LPP) depuis son lancement le 1er février 2018. La nouveauté a trait au fait que la gestion de cette opération se fait à distance par émail. Nous avons facilité au maximum l’opération comme expliqué lors des journées d’information destinées aux membres de la communauté établie aussi bien en France qu’au Royaume d’Arabie Saoudite et aux Emirats arabes unis.  

El-Djazair.com : Quelles sont les contraintes auxquelles vous faites face à l’ENPI ?  

Mosbah Rabehi : La première a trait au foncier, la seconde au financement et la troisièmeest liée à la seconde du fait qu’un grand nombre de bénéficiaires n’ont pas versé les redevances sur leur logement, dont les travaux sont terminés. Face à cette situation, l’ENPI a procédé à la notification des souscripteurs à travers un huissier de justice, en novembre 2017, pours’acquitter de leurs redevances, et à l’installation d’une cellule pour le recouvrement de ces créances car l’Entreprise n’est qu’un outil de réalisation de l’Etat en matière de logements. C’est un véritable dysfonctionnement auquel nous faisons face et qui doit être revu car notre objectif est la pérennité de l’entreprise.   

S.R



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Entretien réalisé par Smail ROUHA

Les plus lus

Tourisme, culture et histoire
Par maître Serge Pautot, .

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF