Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 115 - Août 2018

Go

DGSN

Le silence n’est plus d’actualité

Séminaire national sur la communication sécuritaire

Par Yahia MAOUCHI



Conscient de l’importance et de la place prépondérante qu’occupe la communication sécuritaire dans le développement de la sensibilisation en matière de sécurité, le général-major Abdelghani Hamel, directeur général de la Sûreté nationale, a mis l’accent, à l’Ecole supérieure de police Ali-Tounsi de Châteauneuf lors de l’ouverture du séminaire national sur la communication sécuritaire et son rôle dans le développement de la sensibilisation sécuritaire, sur la nécessité de renforcer et de consolider le rapport entre l’institution sécuritaire et les différents médias, afin d’améliorer les capacités de communication avec toutes les catégories de la société. « Je tiens à mettre en avant les efforts consentis par les médias dans l’information sécuritaire et son rôle dans la préservation de la paix et de la sécurité. Les réalisations et les avancés acquises par la DGSN en matière de communication institutionnelle sont le fruit de l’engagement des médias dans le domaine de l’information sécuritaire. Comme je tiens également à réitérer l’engagement de la DGSN à continuer de servir l’information nationale pour renforcer la relation entre la police et le citoyen, étant donné que le citoyen a un rôle capital dans l’équation sécuritaire », a tenu à préciser le directeur général de la Sûreté nationale dans son intervention. Les débats ont surtout porté sur le phénomène des « fake news » et leur impact sur l’opinion publique, à travers les réseaux sociaux. L’accès à l’information institutionnelle reste un vrai bouclier pour atténuer un tant soit peu cette menace de la désinformation. Au menu de la rencontre, un ensemble de questionnements et de réflexions qui se posent aujourd’hui avec la prolifération de moyens de communications, et surtout les réseaux sociaux difficilement contrôlables, où il arrive que même la sécurité nationale soit touchée par des informations erronées appelées « fake news », dont il est difficile de connaitre la source. Une situation à laquelle il faudrait cependant répondre à travers des dispositifs légaux. A ce sujet, le général-major Abdelghani Hamel a affirmé que l’évolution qu’a connue la DGSN en matière de communication institutionnelle n’aurait pas pu se concrétiser sans l’engagement de la famille des médias dans le domaine du traitement de l’information sécuritaire, sans oublier le soutien solide et constant de tous les journalistes qui accompagnent les efforts de la cellule de communication de la Direction générale de la sûreté nationale. 

La communication, la clé du succès

En réitérant l’engagement de la DGSN pour promouvoir les capacités et renforcer le partenariat avec le citoyen, à travers tous les moyens et les programmes dont elle dispose, le général-major Abdelghani Hamel a qualifié la communication de clé du succès. « Je tiens à préciser la nécessité primordiale de multiplier les opérations de coordination avec tous partenaires qui ont un lien direct avec la sensibilisation et la prévention, à savoir les associations et les médias », a-t-il souligné. D’autre part, le patron de la police algérienne a plaidé pour la levée de tout amalgame entre information brute, qui est celle d’informer, et le commentaire qui signifie en outre communiquer pour exercer une influence sur l’autre. Dans le même ordre d’idées, le DGSN a fait état de l’élaboration en cours d’une loi organique de la Sûreté nationale permettant de définir les menaces sécuritaires et les missions et rôle de tous les acteurs et de consolider le partenariat institutionnel entre ces acteurs.                                                                                                                                                                                                                                                        Renforcer les liens de la police avec toutes les couches de la société

Evoquant la cybercriminalité, le DGSN a été catégorique, en précisant que le silence n’est plus d’actualité et que la DGSN est à cheval dans sa lutte contre ce phénomène. Il a indiqué : « Le silence n’a pas sa place dans le monde actuel, ce dernier ouvre automatiquement la porte aux spéculations et aux fausses informations. Nous sommes dans une nouvelle forme de territorialité. La menace numérique est là. Je juge que nous devons être vigilant même si nous sommes munis de tous les moyens de lutte. A cet effet, la DGSN a mis en place des cellules de veille, et surtout a veillé à renforcer le contact permanent avec toutes les couches sociales », a rappelé Abdelghani Hamel, tout en affirmant que faire face à ce phénomène, au vu de la propagation des réseaux sociaux, implique la conjugaison des efforts de tous les acteurs en la matière et la nécessité de faire preuve de plus de vigilance et de communication en direction de la société. Selon lui, le monde actuel ne reconnaît pas le concept traditionnel du cyberespace, et donc il est devenu primordial de communiquer et évoquer par la même occasion les cellules de veille et leur rôle dans la transmission de l’information en temps réel. Pour sa part, le contrôleur de police Djilali Boudalia, directeur des Renseignements généraux,  a évoqué la stratégie tracée pour contrer ce genre de fausses informations, faisant état de la mise en place de cellules d’information au niveau des structures de la Sûreté nationale à travers les 48 wilayas et la formation des cadres pour gérer plus de cellules de veille dans le but de contrôler ces fausses informations circulant sur le net. De son côté, le directeur des moyens techniques, le contrôleur de police Zineddine Maalouf a évoqué les efforts déployés pour la lutte contre la cybercriminalité à travers un service centralisé, ainsi que l’intérêt particulier accordé à la formation de l’élément humain et les relations de coopération et de partenariat établies avec Afripol, Interpol et Europol en matière d’échange d’informations. Par ailleurs, les membres et cadres de la Cellule de communication de la DGSN ont saisi l’occasion pour honorer Abdelghani Hamel pour ses efforts visant à soutenir la communication sécuritaire au sein de la DGSN et à renforcer les liens de la police avec toutes les couches de la société. Enfin, des recommandations ont été formulées, au terme de cette rencontre. Les participants ont insisté sur l’importance de la communication sécuritaire qui doit impliquer des acteurs de la société civile. Il s’agit aussi de diversifier le programme pédagogique de formation annuel, au profit des stagiaires de la Police. Introduire et organiser des sessions de formation à l’adresse des chargés de communication, à l’échelle nationale est une nécessité qui a été souligné. Celles-ci devraient porter notamment sur les nouvelles méthodes et expériences dans la communication sécuritaire. Il a été également recommandé d’organiser des rencontres semblables dans d’autres régions et wilayas, en associant universités et acteurs de la société civile. En dernier, ils ont estimé nécessaire de renforcer les capacités des professionnels notamment les chargés de communication dans les différentes structures de la sûreté nationale. Hind Akkouche, commissaire-divisionnaire et présidente de la cellule de communication à la DGSN, a tenu à féliciter l’ensemble des intervenants et les médias nationaux, notamment audiovisuels, écrits et électroniques activant dans le champ sécuritaire, notamment. Elle a loué leur action de sensibilisation de prévention préventive. Elle a également appuyé l’intervention du directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le général- major Abdelghani Hamel, qui dira-telle « se veut une méthodologie, un programme et une stratégie pour améliorer la communication sécuritaire institutionnelle ». Au terme de la rencontre, un hommage a été rendu à des professeurs de l’Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information (ENSJSI), de Ben Aknoun. Il s’agit de Mohamed Hadir, Lilia Boussajra, Nawel Farhatia et Malika Boukhari.

Y. M.



Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Libertés démocratiques
Par Farid HOUALI.

Alger ville intelligente
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF