Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 117 - Nov 2018

Go

DGSN

Afripol salue le rôle « pionnier » du Président Bouteflika

Il a œuvré pour la paix en Afrique

Par Farid HOUALI



Les chefs de police africains ont salué, à l’issue des travaux de la 2e AG du Mécanisme de coopération policière africaine (Afripol), « le rôle pionnier » du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, son soutien aux causes africaines et ses efforts pour le renforcement de la coopération dans différents domaines dont la coopération sécuritaire.

Les chefs de police africains ont en effet adressé un message de remerciements et de reconnaissance au Président Bouteflika, lu en leur nom par le directeur général de la police soudanaise, Tayeb Babiker Ali, dans lequel « ils ont salué le rôle pionnier du chef de l’Etat, son soutien aux causes africaines et sa contribution à la concrétisation des valeurs de solidarité et de coopération entre les Etats africains dans différents domaines dont la coopération sécuritaire et la promotion des différentes initiatives et démarches visant à sa promotion et son développement ». Á cet effet, ils ont mis en en avant « avec fierté et reconnaissance les grandes réalisations de l’Algérie dans différents secteurs et les acquis concrétisés sous la direction éclairée et sage du président Bouteflika dans un climat empreint de paix et de stabilité dont jouit l’Algérie ».

Les participants ont aussi salué « les efforts du président de la République et ses actions louables visant à instaurer la paix et la stabilité dans le continent en œuvrant, notamment, au règlement de certains conflits à travers le dialogue, les voies pacifiques et les négociations tout en respectant la souveraineté des Etats et favorisant la non-ingérence dans les affaires internes des pays ».

Ils ont rappelé, en outre, « le militantisme du président de la République dans l’instauration de la paix et de la sécurité internationales ainsi que ses efforts dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent outre sa politique clairvoyante visant la promotion et la protection des droits de l’homme pour fonder l’Etat de droit et instaurer les valeurs de la réconciliation et de la concorde ». Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a d’ailleurs été distingué, par le Mécanisme de coopération policière africaine (Afripol) « en guise de reconnaissance pour ses efforts visant à faire régner la paix et la sécurité dans le continent africain et son attachement à son développement ».

Cette distinction, qui a été reçue au nom du président de la République, par Noureddine Bedoui, ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, a été remise par le président de l’Assemblée générale d’Afripol, le colonel Mustapha El-Habiri, directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), lors des travaux de la deuxième assemblée générale d’Afripol, en présence de Smaïl Chergui, commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine, et de Jürguen Stock, secrétaire général de l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol).  Les hôtes de l’Algérie ont exprimé, par ailleurs, « leurs profonds remerciements au président de la République et au directeur général de la Sûreté nationale, président de l’Assemblée générale (AG) d’Afripol, Mustapha El-Habiri pour les efforts déployés en vue de faire aboutir les travaux de cette 2e AG ».  De son côté, Mohamed Ben Ali Koumane, secrétaire général du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur, a salué, durant la tenue de cette rencontre, l’expérience «exceptionnelle» acquise par l’Algérie en matière de lutte antiterroriste, estimant que cette expérience a fait de l’Algérie un Etat «plus fort et plus résistant» et a permis aux services de sécurité algériens d’acquérir une «grande expérience» en matière de lutte contre la criminalité en général et le terrorisme en particulier.  Dès son adhésion en tant que membre à part entière à l’Organisation des Nations unies, le 8 octobre 1962, l’Algérie s’est imposée comme un acteur autonome et très actif pesant sur la scène internationale notamment en matière de résolution des conflits et son appui aux mouvements de libération et des luttes pour l’indépendance. Une fois l’indépendance acquise, l’Algérie s’est aussi dotée d’un appareil diplomatique qui devait, bien sûr, correspondre à son nouveau statut d’acteur sur la scène internationale, mais qui devait aussi et surtout répondre aux fondamentaux de son histoire, de sa lutte de libération nationale et des principes qu’elle considérait comme intangibles.

F. H.

 

 

 



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Energie renouvelables
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF