Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 117 - Nov 2018

Go

L'ANP

Le Fuchs II: le renard algérien

Société Rheinmetall-Algérie fabriquera des chars allemands

Par Smail ROUHA



S’il est un mammifère sauvage dont l’avenir n’inspire pas d’inquiétude, c’est bien le Renard. Il prospère partout : marais, plaines, bois, rivage marin, basse et haute montagne. Plus que dans sa ruse, sa réputation est loin d’être surfaite, au vu de son exceptionnelle faculté d’adaptation. Plus encore que la taille et la couleur, le comportement du renard s’adapte aux conditions locales. La technique de chasse du renard est aussi variée que l’est son régime. Patient à l’affût, il est capable de suivre une piste avec persévérance : une approche silencieuse, quelques bonds, et la victime est prise avant d’avoir pu réagir. La dextérité et l’adresse d’un renard chassant une proie sont déconcertantes. Telles sont les caractéristiques du «  Fuchs II »  le futur blindé algérien en construction à l’usine de la société Rheinmetall-Algérie-SPA implantée à Ain-Smara dans la wilaya de Constantine. Ce projet, inscrit dans le cadre du partenariat algéro-allemand-émirati dans le secteur des industries mécaniques qui emploie 1 000 personnes, produira des véhicules blindés Fuchs 2 à roues 6x6. Dans une première étape, la production annuelle sera de 120 véhicules à moteurs «MTU». Il faut rappeler dans ce sens que Rheinmetall-Algérie-SPA est une société mixte créée en application d’un protocole d’accord algéro-émirati-allemand et conformément aux dispositions de la loi de finances complémentaire 2009. Elle est, de ce fait, composée de cinq entités (EPIC/GPIM, EPE/Sofame, et les sociétés Aabar, Ferrostaal et Rheinmetall).
Ce joint-venture est détenu à hauteur de 51% par la partie algérienne, via l’entreprise de développement de l’industrie automobile (EDIV), sous la tutelle de la Direction des fabrications militaires ( DFM) relevant du ministère de la Défense nationale, l’EPE-Sofame (17%), et le Fonds d’investissement Emirati « Aabar » ( 24,5%), Ferrostaal (19,5%) et Rheimetall ( 5%). Parallèlement à l’activité de production, Rheinmetall-Algérie-SPA a également créé un institut de formation spécialisé et envoyé 220 de ses cadres pour des formations à l’étranger. Le transfert des technologies figure parmi les plus importantes clauses mentionnées dans le cadre des ce partenariat, a affirmé le colonel Ghani Badaoui, directeur général du Groupement de promotion de l’industrie mécanique, précisant que des formations de base, spécifiques et continues, sont assurées au personnel algérien au titre de ce partenariat.

L’industrialisation du Fuchs II
Véhicule  de transport de troupes, le Fuchs  peut être utilisé comme véhicule de reconnaissance, de génie militaire ou encore comme ambulance. Comme véhicule de transport de troupes, le Fuchs peut transporter dix soldats avec tout leur équipement, sans compter le chef de char et le conducteur. « Si la première étape reste le montage du véhicule, dans une seconde étape, nous recevrons la matière première que nous couperons et souderons au niveau de l’usine », précise le colonel Ghani Badaoui qui souligne que l’essentiel du Fuchs est dans sa coque-châssis qui reste le facteur-clé de la réussite. En outre, le Fuchs sera équipé de moteur  fabriqué par MTU à Oued Hmimine (Constantine). Tandis que ces composants électroniques seront fabriqués  par la SCAFSE (société commune algérienne de fabrication de systèmes électroniques) basée à Sidi Bel-Abbès. A terme, c’est une intégration entre segments appartenant à différentes industries nationales: sidérurgie, mécanique, électronique. Ce qui permettra à l’ANP la maîtrise de toute la chaîne de production pour certains véhicules

Aux origines du projet
L’idée de la fabrication du Fuchs II remonte à 2006 lorsque la Direction des fabrications militaires relevant du ministère de la Défense nationale a lancé une consultation portant sur l’intégration à travers un partenariat pour la fabrication des véhicules blindés à roues 4x4, 6x- et 8x en Algérie. Après étude des dossiers des soumissionnaires, détenteurs des technologies, la société allemande Reinmetall a été retenue pour la fabrication du «  Fuchs II ».  Parmi les clauses, le transfert du savoir-faire en Algérie, le partenariat dans la fabrication et l’industrialisation du Fuchs II en Algérie ainsi que le développement et la commercialisation, y compris l’exportation, de véhicules. C’est ainsi qu’un protocole d’accord  portant sur le transfert technologique en Algérie, ainsi que toutes les clauses et engagements des deux parties, a été signé en 2009 entre le ministère de la Défense nationale et le ministère de l’Industrie, pour la partie algérienne, et Daimler, Benz, MTU, Rheinmettall, Ferstaal et Abbar, précise le colonel Ghani Badaoui.  En outre, ce projet permettra un taux d’intégration de pièces externes, hors fabrication usine, de 30% durant les cinq premières années. Parmi les clauses de ce partenariat, l’investissement de base (terrain, bâtiment, équipement, électricité...) est à la charge de la partie algérienne et l’investissement spécifique à la charge de la Société Rheimetall-Algérie, notamment le savoir-faire, l’assistance technique, la formation au produit et les intrants.

Le tripier de la réussite
Le choix de l’implantation de l’usine de la société Rheimetall -Algérie-SPA à Constantine n’est pas fortuit. En effet, Constantine est un pole mécanique et une plate-forme industrielle, dotée d’une culture mécanique grâce à l’université. En outre Ain Smara produisait depuis longtemps les véhicules lourds. De ce fait, les compétences humaines et moyens étaient réunis pour entreprendre cette industrie. « L’objectif était d’utiliser les moyens existants et éviter ainsi un nouvel investissement de base. Ainsi, il suffisait d’intégrer la chaine de production de Fuchs parmi les chaines existantes », souligne le colonel Ghani Badaoui qui précise que les axes de réussite de la fabrication : la technologie récente et moderne, l’outil de production pour entreprendre cette technologie, et enfin la ressource humaine. Cette formation est assurée par les formateurs formés en Allemagne et la collaboration du ministère de la Formation professionnelle. L’usine comprend un bâtiment de fabrication, une piste d’essai, un bâtiment de vérification et de contrôle après essais, un bâtiment sous-douanes, une zone d’extension, une cité pour les expatriés, et un institut de formation de techniques automobiles doté de tous les moyens. Ainsi, l’ANP aura à contribuer à la relance économique nationale et à la création de postes d’emploi qualifiés.

   S. R.



Du même auteur

Par Smail ROUHA

Les plus lus

Energie renouvelables
Par Farid HOUALI.

SITEV 2018
Par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF