Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 124 - Nov 2019

Go

Agriculture

L’innovation au service de la sécurité alimentaire

SIPSA-FILAHA 2019

Par Yahia MAOUCHI



« La relance de l’économie agricole passe par l’intelligence collective, l’innovation et la mise en œuvre des nouvelles technologies » a souligné dans son éditorial Dr Amine Bensemmane, Président du GRFI Filaha Innove et président du Sipsa-Filaha.  Pour marquer l’importance de des nouvelles technologies dans ce secteur névralgique, la 19e Edition du Sipsa a repris le logo de l’édition précédente. Placé sous le thème «Pour une agriculture intelligente, face au défi d’une sécurité alimentaire et sanitaire durable», le Salon international de l’élevage et de l’agro-équipement Sipsa-Filaha 2019 est un rendez-vous incontournable pour les agriculteurs, mais également une opportunité pour les responsables du secteur de revoir leur stratégie agricole et alimentaire, pour faire de l’agriculture un meilleur substitut aux hydrocarbures. Conscient de l’importance de l’innovation technologique dans la stimulation de la croissance de ce secteur névralgique, Chérif Omari, ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, a lancé un appel aux jeunes diplômés des instituts et universités algériens pour les encourager à intensifier l’innovation technologique dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche et de l’aquaculture, cela dans la perspective de soutenir l’économie nationale dans toutes ses étapes de croissance et de développement. Le ministre a souligné, en marge de son inauguration du Sipsa-Filaha 2019, qu’« il existe un soutien important pour les entrepreneurs innovants, tels des prêts financiers et des exemptions des taxes, afin de leur permettre de concrétiser leurs projets. Mieux encore, le gouvernement a pris toutes les mesures pour encourager les jeunes innovateurs dans le domaine de l’agroalimentaire, à commencer par des facilités dans le financement des projets avec la création d’un Fonds national destiné aux innovations ». Le ministre a ajouté qu’un concours pour les innovateurs du secteur agricole a été lancé. Le meilleur projet innovant sera couronné. Cette distinction se fera en partenariat entre les ministères de l’Agriculture et du Commerce et les organisateurs de l’exposition Cipsa, et l’Université algérienne. Le but est d’encourager l’introduction des nouvelles technologies dans le domaine agricole avec la participation des chercheurs, universitaires, centres de recherche et opérateurs économiques. Selon lui, le recours à l’utilisation des nouvelles technologies ouvre des perspectives prometteuses pour la promotion du concept «agriculture intelligente».

Dans le même ordre d’idées, le ministre a lancé un appel aux jeunes innovateurs dans le secteur agricole pour faire la promotion de leurs produits en les invitant à se rapprocher des services de l’agriculture afin de bénéficier d’aides et de facilités. Par la même occasion, le ministre a rappelé la nécessité d’introduire l’innovation et les aspects technologiques modernes à travers de nouveaux projets pour plus de productivité dans le secteur de l’agriculture, permettant d’assurer la sécurité alimentaire nationale et la conquête des marchés extérieurs par le biais des exportations, affirmant, ainsi: « Les agriculteurs doivent initier de nouvelles méthodes fondées sur l’innovation et les techniques modernes pour plus de modernisation et de productivité dans le secteur de l’agriculture ». Il a également expliqué que l’introduction de l’innovation permet d’accompagner les changements survenus dans le mode de consommation des citoyens, devenus plus sélectifs et exigeants, appelant, à cet effet, les agriculteurs à initier eux-mêmes des stratégies d’innovation dans leurs méthodes de travail et à ne pas compter uniquement sur les autorités publiques. En outre, Chérif Omari, qui a été accompagné par Saïd Djellab, ministre du Commerce, Djamila Tamazirt, ministre de l’Industrie et des Mines, et Fatma-Zohra Zerouati, ministre de l’Environnement, a rassuré des agriculteurs : « Le ministère de l’Agriculture s’engage à accompagner avec tous les moyens nécessaires les projets innovants qui apporteront un plus au développement de l’économie nationale, en éliminant tous les problèmes et obstacles susceptibles de se mettre sur le chemin de ce développement du secteur agricole et de l’économie nationale de manière globale. » Dans cette optique, il rappellera les conventions signées par son département avec d’autres institutions pour le développement qualitatif de son secteur, en affirmant qu’un travail se faisait en profondeur pour la certification de l’administration et la certification des analyses de laboratoires relevant du ministère de l’Agriculture qui sont agréés par l’Organisme algérien d’accréditation, un organisme reconnu mondialement. En outre, le ministre a mis l’accent sur la nécessité de mécaniser l’activité de l’agriculteur afin d’augmenter considérablement la productivité, d’économiser le temps et l’effort, de réduire la main-d’œuvre, de travailler efficacement et durablement sur des périmètres plus importants, de préserver la qualité du sol et des produits, ainsi que d’améliorer les conditions de vie des agriculteurs. Pour lui, il faut dès maintenant commencer à réunir les conditions pour réussir l’agriculture de demain, portant sur les besoins et préférences du consommateur pour aller vers des produits localisés, certifiés et normalisés.

 

Promouvoir les exportations agricoles

D’autre part, à l’issue de sa tournée dans les stands du Salon, le ministre a indiqué que la tenue de ce Salon était une opportunité pour les professionnels de montrer aux participants étrangers, notamment africains, les capacités de ce secteur dans l’exportation et la place qu’occupe la production agricole dans le développement économique du pays. Et de rappeler que l’exposition met en avant les capacités et le potentiel de l’Algérie en matière de production agricole. Il s’est également félicité du fait que l’Algérie a enregistré « une production exceptionnelle dans la filière des produits agricoles, de même qu’elle a développé son potentiel d’exportation et ses capacités, grâce auxquels elle peut pénétrer la plupart des marchés africains et contribuer à la promotion des exportations nationales en dehors des hydrocarbures ». «Le produit agricole algérien est présent dans plusieurs salons internationaux mettant en exergue les capacités d’exportation», a-t-il dit. Et d’ajouter que «les produits algériens de par leur qualité auront leur place dans les marchés africains». Pour mettre en avant l’importance du Salon, le ministre a évoqué la présence de plus de 500 exposants au salon agricole Sipsa 2019 dont 180 exposants étrangers représentant 23 pays, auxquels se joignent des distributeurs africains et européens en partenariat avec des distributeurs locaux. La manifestation agricole a également été marquée par une « forte participation des propriétaires de startups actives dans le secteur agricole et l’industrie alimentaire, conformément aux efforts consentis par l’Algérie pour soutenir et accompagner les projets innovants, qui bénéficieront à l’avenir d’un grand crédit pour la promotion de l’activité agricole et réduiront les importations des équipements et des innovations technologiques», soulignera le ministre.

A noter que les membres du gouvernement ont procédé en compagnie d’ambassadeurs des pays africains accrédités à Alger à la plantation d’arbres sous le slogan «Un arbre pour chaque pays africain» dans le cadre la campagne nationale de reboisement lancée le 1er octobre. «Notre secteur veille à la réussite de ce programme en mettant en place tous les moyens humains et matériels pour la préservation de la biodiversité en réunissant tous les intervenants ainsi que la société civile», a souligné le ministre. Intervenu dans un contexte économique difficile, l’événement prouve que l’agriculture reste un secteur attractif pour les investisseurs. Ouvert sur le Maghreb et l’Afrique, il se positionne comme un salon leader dans les relations du secteur agricole Sud-Sud. Organisé sous le thème « Pour une agriculture intelligente, face au défi d’une sécurité alimentaire et sanitaire durable », avec la participation de pas moins de 450 exposants, dont 180 exposants étrangers représentant 23 pays en plus de 25.000 visiteurs professionnels de 45 pays, Sipsa 2019, qui s’est étalé sur quatre jours, du 7 au 10 octobre, se voulait une plateforme permettant l’ouverture sur le Maghreb et l’Afrique, et se positionne comme un salon leader dans les relations du secteur agricole Sud-Sud.

 

Y. M.

 



Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Salama Assurances
Par Tahar MANSOUR.

Loi de finances 2020
Par Rafik BITOUT.

SIPSA-FILAHA 2019
Par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF