Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 119 - Fev 2019

Go

Transports

Dix remorqueurs réceptionnés

Modernisation de la flotte maritime

Par Yahia MAOUCHI



La flotte portuaire algérienne vient de se doter de dix nouveaux remorqueurs. Ces nouvelles unités sont destinées aux ports de Bejaïa, Djendjen, Ténès, Annaba, Mostaganem ainsi que le port de Skikda, en vue de les doter de moyens efficaces en termes de prestation de remorquage et de navigabilité. Intervenant à l’occasion de la cérémonie de réception de ces nouveaux remorqueurs, Abdelghani Zaâlane, ministre des Travaux publics et des Transports, a exprimé sa pleine satisfaction quant à la réception de ces remorqueurs, indiquant que « cette opération s’inscrit dans le programme de développement du président de la République, Abdelaziz Bouteflika » visant le développement et la modernisation des entreprises portuaires et de la navigation maritime. « Ces dix nouveaux remorqueurs viennent renforcer la flotte existante comprenant une soixantaine de remorqueurs en vue d’assurer une meilleure qualité de service, outre les opérations d’assistance, et de sauvetage des navires en difficulté. Ces remorqueurs assurent également des opérations de manœuvrabilité et d’escortes aux 10 000 navires qui traversent nos ports chaque année. Ces nouvelles unités vont assurer donc une meilleure qualité de service en termes de sécurité et de sûreté portuaire de notre pays », a indiqué  le ministre qui a appelé à cette occasion à rentabiliser les investissements consentis par l’Etat par l’exploitation de ces moyens pour accroitre la production et la productivité. Il a fait savoir également que la relance de l’investissement maritime constitue un souci aussi majeur qu’urgent pour l’économie nationale. Pour cela, estime M. Zaâlane, il est fortement encourageant d’attirer l’attention des secteurs public et privé nationaux et étrangers. Dotés de moyens de recherche et de localisation des naufrages, ces nouvelles unités sont capables d’effectuer les opérations d’escorte d’assistance et de sauvetage de navire en difficulté, sachant que chaque année les activités de remorquage génèrent une recette globale de 110 millions de dollars. Conscientes de l’importance de ce secteur névralgique, les plus hautes autorités du pays sont en train de développer, dans le cadre d’une vision intégrée, une série de mesures d’ordre législatif, réglementaire et technique pour accroître l’efficience de ce mode de transport. À souligner que ces programmes intégrés de modernisation et de développement ont été engagés pour augmenter le taux de couverture des besoins en transport de marchandises et réduire, en parallèle, la facture en matière de transport maritime, de réparation et de maintenance navales. M. Zaâlane n’a pas manqué également de mettre en exergue les différentes réalisations du secteur de transport maritime et cité, entre autres, l’acquisition de 25 navires du transport de marchandises pour atteindre une couverture de 25% des échanges commerciaux hors-hydrocarbures et le renforcement du transport des voyageurs par l’acquisition de deux nouveaux navires dont un en phase de construction.

110 millions d’euros générés par les prestations des remorqueurs
Pour sa part, Djelloul Achour, DG du groupe services portuaires Serport a souligné que l’acquisition des dix nouveaux remorqueurs s’inscrit dans le cadre du développement des entreprises portuaires issue de la stratégie gouvernementale. S’agissant du coût total de ces remorqueurs, il a indiqué qu’il dépasse de peu les 76 millions d’euros. En matière de prestation, il a souligné qu’ils sont dotés de moyens ultramodernes, notamment en ce qui concerne les moteurs principaux destinés pour traiter les différents types de navires, que ce soit ceux du commerce ou bien des navires à hydrocarbure. Ces remorqueurs a-t-il précisé, « sont dotés de moyens de lutte contre incendie classé n° 1 et de moyens de lutte contre la pollution et de recherche des navires en détresse et de naufrage ». Mettant à profit cette occasion, M. Achour a souligné que « les activités de remorquage dans le port constitue une source de revenu en devises puisque toutes leurs prestations sont comptées aux armateurs en devise ». Pour étayer ses propos, Djelloul Achour a affirmé que durant l’année écoulée, le chiffre d’affaires comptabilisé par les prestations des remorqueurs à travers les différents ports du pays a atteint 110 millions d’euros. À travers ces acquisitions, il serait question, selon M. Djelloul, d’aider la trésorerie publique avec les rentrées de devises. Ce chiffre d’affaires est réalisé à hauteur de 13 millions pour le port d’Alger, 6 millions pour le port d’Annaba, 356 millions pour le port d’Arzew, et 11 millions pour le port de Bejaia, alors que le port de Skikda a réalisé un chiffre d’affaires de 30 millions de dollars. Avec l’acquisition de ces nouveaux bateaux, le chiffre d’affaires de ces ports devrait connaitre une nette amélioration, ce qui constitue des revenus en devises pour le groupe et l’Etat, a précisé encore M. Djelloul. Le même responsable a rappelé que l’acquisition de ces remorqueurs a eu lieu suite à un appel d’offres lancé par le Groupement d’intérêt économique. Deux chantiers ont ainsi été retenus ; un espagnol qui a livré 9 remorqueurs et un italien qui en a livré 1. Il dira en outre que ces 10 remorqueurs seront partagés entre les ports d’Algérie. Il rappellera encore que l’Algérie possède aujourd’hui une cinquantaine de remorqueurs datant des années 1970, dont plusieurs d’entre eux seront appelés à se désarmer. M. Djelloul a annoncé également que d’autres réalisations sont attendues à l’avenir, pour permettre aux entreprises portuaires du pays de faire face à l’évolution de l’économie nationale et de répondre à la demande du trafic. Pour sa part, le Secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi Saïd, a souligné que les ports maritimes sont le poumon de développement économique, en considérant que le secteur maritime devrait se fixer comme ambition l’offensive économique en se dirigeant vers la conquête des marchés extérieurs. « Mais cela ne peut se réaliser sans l’assise d’un port maritime de dimension internationale », a-t-il prôné. Et d’ajouter : « Le maritime est le poumon du développement économique, nous avons la capacité humaine, maritime et matérielle, pour faire de l’Algérie un port et un flux important de développement du transport maritime ou de l’économie maritime pour l’Afrique ». En outre, Sidi Saïd a qualifié ce rendez-vous d’événement économique important, soulignant l’importance de développer le partenariat entre les opérateurs nationaux dans le but d’atteindre un meilleur niveau de croissance économique.Il a souligné que «le gouvernement a mis en place tous les moyens nécessaires qui permettront à l’Algérie d’être un pôle d’excellence dans le domaine maritime». Il a insisté à cet effet, sur la nécessité de reconquérir le transport maritime de marchandises sur la base d’un partenariat public/privé. Au terme de cette cérémonie, l’entreprise a honoré le président de la République en guise de reconnaissance des efforts déployés en vue de développer le secteur portuaire en Algérie. Rappelons enfin que Abdelghani Zaâlane, ministre des Travaux publics et des Transports, a annoncé au début de l’année courante l’ouverture du fret maritime et aérien aux opérateurs privés algériens en vue de satisfaire les demandes d’exportation.

Y. M.



Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Laboratoire ADE Tizi-Ouzou
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF