Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 109 - Nov 2017

Go

Culture

Un outil de promotion en matière de culture

Office national de la culture et de l’information

Par Leila BOUKLI



La culture a toujours joué un rôle social et économique considérable dans les sociétés en général du fait, que dans son sens le plus large, la culture est considéré comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeur et les traditions. D’autant que sans culture, et en particulier sans le patrimoine immatériel dans toute sa diversité, il ne saurait y avoir d’inclusion sociale, ni de justice sociale, et encore moins de développement durable possible. Ne dit-on pas que le quotient intellectuel global d’une société est étroitement lié à son niveau de développement socio-économique, technologique, culturel, environnemental et sociétal, voire civilisationnel. En effet, la culture, qui est notre identité nationale, sert de miroir  à l’évolution de la société, de rapprochement entre les différentes communautés qui composent ce pays et d’observatoire de l’évolution politique. En Algérie, la culture, dans son sens le plus large, est considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent la société toute entière. Ouverte sur les autres cultures et sur l’universalité, elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. L’arabité, l’amazighité, l’islam, ainsi que l’appartenance maghrébine, africaine et méditerranéenne constituent ses principales composantes. Partant de ce concept, l’Algérie s’est donné pour objectif principal de faire de la culture le moteur du développement économique par la promotion du patrimoine culturel et la créativité artistique à même d’accroître la richesse nationale et de contribuer au rayonnement du pays. C’est dans ce sens qu’intervient l’Office national de la culture et de l’information (ONCI), comme nous l’explique Lakhdar Benterki, à la tête de cette institution depuis 2001.  Les missions de cet office sont donc multiples. Il s’agit de développer et de promouvoir la diffusion de la culture nationale par l’organisation d’activités, manifestations culturelles, représentations artistiques en Algérie et à l’étranger en liaison avec les structures et organismes concernés », souligne cet homme de culture qui précise que « l’Office est, également, chargé, entre autres, de faire connaître le patrimoine culturel et historique national, dans toute sa diversité, aux plans national et international, de produire, d’éditer et de diffuser toute œuvre culturelle et artistique en rapport avec sa mission, d’organiser des manifestations et activités culturelles et artistiques en direction de la communauté algérienne à l’étranger, d’initier et d’organiser des manifestations culturelles, artistiques, éducatives et de loisirs en direction de l’enfant de même que de favoriser l’émergence de jeunes talents et d’apporter son soutien au mouvement associatif…. ». Ce qui démontre que l’Office est loin d’être un réceptacle, comme le laissent penser certains, de galas et de concerts notamment orientaux grassement payés. « Les chanteurs orientaux, « très prisés par le public algérien,  se produisent en Algérie ,selon un cachet préalablement négocié et qui demeure très raisonnable par rapport aux cachets qu’ils perçoivent  dans d’autres pays», affirme Lakhdar Benterki. Présentement, l’ONCI est un véritable pôle de culture, tous arts confondus. Une référence dans le paysage culturel et artistique algérien.
« Nous arrivons à parler de cinéma et du besoin des Algériens, de retrouver une habitude perdue, celle de pouvoir programmer une séance de cinéma en salle. Cette année, de nombreuses salles ont ouvert à l’ouest et à l’est du pays. Je veux parler de Constantine, Oran, Alger, Boumerdès, Tipasa. Dans ces villes quelques salles de cinéma ont été restaurées et équipées », affirme Lakhdar Benterki qui indique qu’ « auparavant, notre problème résidait dans la distribution, aujourd’hui nous avons contourné la difficulté en nous approvisionnant directement auprès des producteurs. Une convention nous lie en outre au Centre algérien de développement cinématographique (CDAC). Dans le cadre de la manifestation « Constantine, capitale de la culture Arabe 2015» on a installé un système numérique pour la projection cinématographique. Il y a donc une relance qui tient compte des attentes du public, aujourd’hui, de plus en plus exigeant. « Concernant le choix des films, Lakhdar Benterki affirme qu’il se fait en fonction de « nos moyens en axant ce choix sur les productions récentes. En somme, nos critères sont ceux de tout acquéreur à travers le monde. Quant aux films nationaux projetés, nous les prenons d’office ». L’ONCI prend en charge l’aspect technique, logistique, la programmation et la gestion des salles qui dépendent de l’Office. Outre les compétences humaines, techniques et technologiques, l’ONCI dispose de ses propres infrastructures socioculturelles, à l’instar des salles El-Mouggar, d’une capacité de 600 places, et de l’Atlas d’une capacité de 2500 places. « L’Office dispose également de deux salles à Oran, Saada et Maghreb, deux centres culturels, l’un à Ain El Bénian et l’autre à Hammamet dans la wilaya d’Alger, d’un complexe culturel Abdelouahab-Salim, situé à Chenoua (Tipasa), disposant d’un théâtre de plein air de 450 places, sans occulter l’incontournable complexe culturel Ahmed-Bey-Zenith de Constantine, composé entre autres d’une salle d’une capacité de 3000 places de deux autres salles d’une capacité de 350 et de 150 places, de plusieurs ateliers, et de halls d’expositions…
Ce complexe est doté de matériel et équipements techniques de pointe destinés à l’organisation de grands spectacles vivants
Ajoutons à cela une bibliothèque, située en plein cœur de la ville de Constantine, d’une capacité de 200 personnes, récemment rénovée en vue de répondre à la forte demande d’étudiants, et de deux autres annexes à Biskra et à Tizi-Ouzou. Ce sont, en tout, quatre bibliothèques ouvertes au public et aux étudiants au Chenoua, Ain Benian, Hammamet et Constantine et une cinquième est en travaux à Bab El-Oued. L’Office, depuis quelques années, organise des journées de magie universelle durant les vacances scolaires , en direction des enfants . Ces activités sont organisées aussi bien au niveau des infrastructures de l’Office, qu’à travers des wilayas du pays , des hôpitaux et des hospices. « Des magiciens venus d’Amérique latine, du Japon, du Canada, des USA, d’Italie, de Yougoslavie…. », indique Lakhdar Benterki. D’ailleurs, entre juin et août 2017, plus de 3.000 artistes nationaux ont été programmés à travers les 48 wilayas du pays, dans le cadre des caravanes intitulées « Eté d’Algérie».  « Comme vous le constatez, nous ne nous occupons pas seulement de spectacles cinématographiques ou autres. Nous nous chargeons de toute l’animation culturelle durant la période estivale et le ramadhan, en plus des deux festivals, aujourd’hui institutionnalisés, Djemila (arabe) et Timgad (international), sans omettre les rencontres hebdomadaires sur nos sites à travers le territoire de spectacles pour enfants. Nous animons des ateliers de théâtre, musique, initiation aux langues, danse… Prochainement, deux écoles de danse seront ouvertes à Constantine et Tipasa. L’inscription se fait à partir de 6 ans. Les femmes ne sont pas en reste, puisque des salles d’aérobic seront ouvertes à leur intention », révèle Lakhdar Benterki qui ajoute que « l’ouverture de deux salles de fête, l’une au village des artistes à Zéralda et l’autre à Constantine est au programme. Récemment , nous  avons ouvert deux ateliers dans cette ville pour l’apprentissage de la musique , baptisés en hommage à Abdelmoumen Bentobal  et Tahar Fergani. Dans  le même sillage que Constantine , l’ONCI projette l’ouverture de deux autres ateliers respectivement à Tizi Ouzou et à Oran , dédiés à la chanson Kabyle en hommage à Cherif Kheddam et l’autre à Oran pour la chanson oranaise, en hommage à Blaoui Houari , et  Ahmed Wahbi , en attendant de trouver toute l’assistance financière nécessaire, aussi bien étatique que de sponsors ou de mécènes.
« Nous avons conscience, compte tenu de nos ambitions, que nous avons l’obligation de nous suffire à nous-mêmes, nous dit le directeur général de l’ONCI, vu la faiblesse du budget octroyé au service public que nous sommes. »
Pour Lakhdar Benterki, directeur général de l’Office national de la culture et de l’information, la culture n’est pas exclusivement une affaire d’Etat, elle est aussi une participation effective de l’ensemble des forces vives de la nation. La politique de gratuité doit être reconsidérée car la culture a un prix. Il est impératif que les gens participent à son expansion.
 
 L. B.

Lakhdar Benterki
Un homme de culture

Fils de chahid, Lakhdar Benterki est l’unique garçon d’une fratrie de quatre enfants. Cette famille de patriotes est connue à Biskra d’où elle est originaire pour le lourd tribut qu’elle a payé durant la guerre de libération. 28 proches directs sont tombés au champ d’honneur. Sa maman, jeune veuve de 34 ans, l’enverra chez son oncle à Constantine où il débutera ses études. En 1965, il fait partie des trois groupes envoyés au Moyen-Orient parfaire leurs formations. On le retrouve au Centre national du cinéma (CNC) de Ben-Aknoun d’où il ressort avec un diplôme. Avant d’être nommé en 2001, directeur général de l’ONCI, charge qu’il occupe à ce jour, il passera durant sa carrière par plusieurs postes de responsabilités toujours dans son domaine de prédilection la culture.  



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Leila BOUKLI

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

LE SYSTÈME D’INFORMATION :
Par ‎Abderrahmane RAOUYA - Ministre des Finances.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF