Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 103 - Fev 2017

Go

Travaux publics

Le projet sera livré fin janvier 2017

Réhabilitation du tronçon autoroutier Bouira-Lakhdaria

Par Yahia MAOUCHI

Bonne nouvelle pour les usagers de la RN5. Le tronçon d’autoroute Lakhdaria-Bouira, long de 33 kilomètres, devra être livré au plus tard début 2017. Le projet de mise à niveau de ce fameux tronçon autoroutier avait été engagé, rappelons-le, en septembre 2013. Il est financé à hauteur de 11 milliards de dinars et confié au groupement d’entreprises ETRHB-Alto-ENRS.
Les travaux de réhabilitation de la pénétrante du tronçon autoroutier Bouira-Lakhdaria vont bon train. C’est du moins le constat fait par Boudjemaâ Talaï, ministre du Transport et des Travaux publics, lors d’une visite d’inspection et de travail dans la wilaya de Bouira. Le ministre a clairement affiché son satisfecit quant à la cadence de travaux de ce tronçon, qui sera livré au mois de janvier, selon les délais accordés aux entreprises réalisatrices. Par ailleurs, une section de 20 km a été livrée à la circulation et cinq autres kilomètres seront réceptionnés prochainement, a-t-on appris sur place. « Nous avons inspecté quatre chantiers de travaux publics, dont celui de 33 km reliant Lakhdaria à Bouira, nous sommes satisfaits de la cadence ainsi que de la bonne qualité des travaux en cours dont le projet devra être livré d’ici au mois de janvier prochain », a déclaré le ministre lors d’un point de presse tenu en marge de sa visite à Bouira. Au niveau de ce chantier, auquel une enveloppe financière de 10 milliards de dinars est allouée, les gros œuvres sont presque achevés malgré la difficulté de la zone qui est de nature glissante notamment au niveau de la pente de Djebahia, où les entreprises réalisatrices travaillent d’arrache-pied pour pouvoir livrer le projet dans les délais. Le ministre des Transports a demandé aux entreprises réalisatrices à faire plus d’effort pour achever ces projets, notamment le confortement de la chaussée glissante au niveau d’Oued Rekham, avant d’inciter les responsables du secteur à œuvrer de façon à mettre en place un système de contrôle et de surveillance réguliers pour prévenir toute menace de glissement que peuvent causer notamment les eaux souterraines. M. Talaï a appelé à cette occasion les entreprises, notamment l’ETRHB-Haddad, à démontrer que les entreprises algériennes peuvent faire des miracles, même dans les chantiers complexes. Le ministre a tenu à préciser  ainsi que les entreprises algériennes sont capables de réaliser d’excellents travaux. « À tous ceux qui doutent encore de la capacité des entreprises algériennes à mener de grands travaux, je dis que celles-ci sont capables de réaliser un bon travail », affirme-t-il.

L’obstacle des glissements de terrain
Il semble que l’effondrement de la chaussée au niveau du tronçon autoroutier Ben Aknoun –Zeralda, hante toujours l’esprit du ministre. Ainsi, tout au long de sa visite, le ministre a insisté sur la prévention contre les glissements répétitifs de terrain menaçant les ouvrages d’art et autres infrastructures routières de toute la région du centre du pays. « Il faut faire en sorte que toute la zone soit protégée. Il faut surtout commencer par le traitement des sections concernées pour éviter des dégâts », affirme le ministre. Aussi a-t-il mis à profit cette visite pour évoquer les moyens de prévention contre les glissements de terrains, tout en rappelant qu’il existe des entreprises qualifiées pour faire face à ce phénomène naturel. « Nous avons les compétences nécessaires, il suffit uniquement de les mettre en œuvre d’une manière efficiente », expliquera M. Talaï. Sur sa lancée, le ministre a indiqué  que « plus de 700 pieux sont en cours d’implantation au niveau de la zone de glissement de Djebahia pour conforter et stabiliser le sol ». Le ministre a insisté également sur la nécessité d’installer des systèmes de contrôle pour prévenir les affaissements de terrains qui touchent les tronçons autoroutiers. Il a plaidé à cette occasion pour une surveillance régulière des mouvements de sol et un contrôle permanent de la chaussée. A Oued Rekham, M. Talaï a inspecté les travaux de confortement de la chaussée au niveau d’un tronçon en proie à des affaissements et mouvements de sol. Selon le représentant de l’entreprise ETRHB en charge du projet, « la réception des travaux est prévue pour le mois de mars 2017 ». Le ministre a demandé à ce que ce délai soit revu de sorte à ce que les travaux soient livrés avant la date avancée par l’entreprise.

La pénétrante reliant le port de Béjaïa à l’autoroute livrée en janvier
Après avoir visité le projet structurant de l’évitement Est de la ville de Bouira, dont les travaux devront être réceptionnés d’ici au mois d’août prochain, le ministre a précisé à la presse que la pénétrante reliant le port de Béjaia à l’autoroute Est-ouest au niveau d’Ahnif-Ouzelaguen (Bouira) « sera livrée partiellement en janvier prochain » tout en assurant que les travaux vont « bon train pour que le projet soit livré à cette date ». Ainsi cette pénétrante autoroutière sera d’un grand apport pour le port de Béjaïa, le premier du pays en termes d’activités commerciales. Il convient de rappeler par ailleurs que ce projet qui s’inscrit dans le schéma directeur routier et autoroutier 2005-2025 donnera un nouveau souffle au port et à toute la région par un acheminement rapide des marchandises et le désengorgement des autres axes routiers. En outre, le projet du contournement de la ville de Bouira, via la RN5 pour rejoindre l’autoroute Est-ouest au niveau d’Oued El-Berdi, sur une distance de 10 km, a été également inspecté. Selon le DTP de Bouira, ce projet structurant, d’un montant de 2,7 milliards de dinars, devra être livré d’ici le mois de juin prochain. Poursuivant sa visite, le ministre s’est rendu à El Hachimia, où il a inspecté l’avancement des travaux de réalisation d’un dédoublement sur 31 km, en cours de réalisation, entre l’autoroute Est-ouest et Sour El Ghozlane. La livraison de ce projet devra avoir lieu en septembre 2017, a précisé le DTP de Bouira. D’un délai de réalisation de 36 mois, le projet a nécessité une enveloppe budgétaire de 4 milliards de dinars. De retour dans la ville de Bouira, la délégation ministérielle a inspecté le projet de la voie d’évitement Est de la ville de Bouira sur 10 km. D’un montant de 207 milliards de dinars, ce projet sera livré au deuxième semestre de l’année 2017. 

Le péage n’est pas à l’ordre du jour
Interrogé au sujet de l’installation du péage autoroutier, le ministre des Transports et des Travaux publics s’est dit non pressé, préférant un bon travail au bâclage et aux délais. Mais dans tout cela, la priorité pour le ministre est l’achèvement de tous les tronçons restants de l’autoroute Est-ouest sur 1 200 kilomètres. Il convient de rappeler, par ailleurs, que le directeur général de l’Agence nationale des autoroutes (ANA), Ali Khelifaoui, a annoncé l’année passée, en marge d’une visite de travail dans la wilaya de Bouira, que le système de péage compte 54 terminaux, en cours de réalisation et seront « mis en service à partir du début de l’année 2017 ». Enfin, le ministre a rassuré quant au maintien de tous les projets revêtant une importance économique, en dépit de la baisse des recettes en devises induite par une baisse drastique et surtout continue des cours mondiaux du pétrole.

Y. M.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
Par AMMAR KHELIFA.

Tassili Airlines
Par Farid HOUALI.

Le nouveau code des douanes
Par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF