Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 122 - Sep 2019

Go

A la une

Groupe Sonatrach

Cap sur le négoce pétrolier

Par Salim FAROUK



A travers la stratégie SH2030, le groupe Sonatrach s’est fixé comme objectif le redéploiement de 50% de la commercialisation du gaz sur de nouveaux marchés, notamment, à travers le trading. Dans ce cadre, la société pétrolière algérienne Sonatrach aspire à devenir un acteur majeur du négoce pétrolier, dominé jusqu’ici par des colosses suisses Vitol, Glencore, Trafigura et Mercuria, a estimé le cabinet spécialisé Oil Price dans une analyse publiée le 5 mai. Pour ce faire, Sonatrach négocie la création d’une joint-venture avec plusieurs géants du trading pétrolier, dont Vitol. Elle négocie également une prise de participation dans le négociant genevois Gunvor.  Il faut savoir que le secteur du négoce de produits pétroliers demeure florissant en dépit des fluctuations du prix du baril de pétrole. En effet, lorsque les compagnies productrices de pétrole souffrent de la chute du baril de pétrole, les négociants qui l’achètent et le vendent profitent des fluctuations record des cours du brut, quand bien même ils sont en baisse : c’est entre les creux et les pics de la courbe que se font les profits d’un trader. Les négociants de pétrole peuvent stocker sur des tankers, pour revendre plus cher, du fait qu’ils misent également sur le raffinage, qui offre des marges confortables. Ainsi, selon les experts et spécialistes, l’été 2019 pourrait être un tournant décisif pour les marchés mondiaux des produits de base, et notamment pour le groupe Sonatrach qui compte se lancer dans la mise en œuvre d’une stratégie structurée pour se tailler une part importante du marché de courtage pétrolier avec l’avantage comparatif de ne pas être soumis aux appels d’offres de par son accès aux volumes de pétrole et de produits pétrochimiques à commercialiser. Ce qui lui confère un avantage direct sur les tierces parties en termes de prix, de connaissances et de perception. Avec de tels atouts, l’Algérie aspire à devenir une « référence » dans la région méditerranéenne et en Afrique en matière d’engineering dans les industries énergétiques et d’hydrocarbures, a affirmé Mohammed Arkab, ministre de l’Energie, en marge d’une rencontre tenue au siège de son département ministériel avec une délégation américaine conduite par le vice-président du Groupe Pic Inc, spécialisé dans le conseil et le développement des processus et procédures liés aux industries énergétiques et d’hydrocarbures. Les discussions ont porté sur les opportunités de partenariat entre les entreprises américaines et algériennes notamment dans le volet engineering, commissionnig et autre activité de supervision de montage et essais de mise en service des ouvrages industriels énergétiques. A cet effet, Mohammed Arkab a notamment mis l’accent sur « la volonté de l’Algérie de développer son engineering de façon à devenir une référence dans la région méditerranéenne et en Afrique et ainsi y exporter son savoir-faire et son expertise » tout en insistant sur le volet formation des ressources humaines et opportunités de création de centres d’excellences en Algérie dédiés aux hydrocarbures et à l’énergie.

Le partenariat au centre de la stratégie de développement

La Sonatrach vient de réaliser, en effort propre, quatre nouvelles découvertes « intéressantes » qui sont en cours d’évaluation. Ces découvertes comprennent un puits d’huile au niveau de la région de Touggourt et un puits de gaz à condensat au niveau du bassin Amguid (zone El Ghassi). Il s’agit aussi de deux découvertes de gaz à condensat au niveau du bassin de Berkine. S’inscrivant dans le cadre de ses activités d’exploration, ces découvertes « traduisent la stratégie du groupe Sonatrach de maintenir l’effort soutenu dans le domaine de l’exploration pour le renouvellement de ses réserves ». En dépit de ces découvertes en efforts propres, la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach continuera à placer le partenariat avec les compagnies internationales, désirant investir en Algérie, au centre de sa stratégie de développement, a affirmé son P-DG Rachid Hachichi. Dans une lettre qu’il a adressée aux personnels de Sonatrach, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des travailleurs, M. Hachichi a précisé que « le partenariat, qui constitue un choix historique et stratégique de notre groupe, est un élément majeur dans notre stratégie de développement et particulièrement dans le domaine de l’exploration et de la production ».

Sonatrach-ENI: le mano mano

La Sonatrach et le groupe énergétique italien ENI ont signé un protocole d’entente portant renouvellement du contrat d’approvisionnement de l’Italie en gaz algérien, qui arrive à terme fin 2019. Le protocole signé par Rachid Hachichi et Claudio Descalzi représente une nouvelle étape dans le renforcement des relations historiques entre les deux sociétés. Pour rappel, l’Italie est considérée comme l’une des principales destinations du gaz naturel algérien grâce au gazoduc Trans-mediterranean pipeline, appelé également gazoduc Enrico Mattei, fruit du partenariat conclu en 1977, entre Sonatrach et Eni. En juillet 2018, les deux groupes ont convenu d’entreprendre une négociation commerciale avec l’objectif d’évaluer la prorogation de la fourniture du gaz au-delà de l’échéance contractuelle en 2019, dans le cadre du renforcement de leur coopération et partenariat. Après le règlement de leurs litiges en 2017, les relations entre Sonatrach et ENI se sont renforcées avec la signature de plusieurs projets en Algérie dans les domaines de la recherche et de l’exploitation, de l’exploration offshore, des énergies renouvelables et de la pétrochimie. Selon un classement du site spécialisé américain Word Atlas datant de 2016, Sonatrach occupe la 28e place dans le classement des plus grandes compagnies pétro-gazières du monde. Les dix années précédentes, elle avait réussi à se maintenir à la 12e position devant de nombreuses compagnies de renom. Ce recul s’explique par les effets de la crise pétrolière de 2014 qui a sérieusement affecté ses finances. Grâce aux compétences de Sonatrach, l’Algérie est le premier producteur africain de gaz naturel, le 9e du monde. Malgré tout, la Sonatrach reste parmi les plus importantes compagnies pétrolières de la planète, une position qui s’explique par une maitrise de toute la chaine de valeurs du pétrole et du gaz.

 S. F.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Salim FAROUK

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Air Algérie
Par Tahar MANSOUR.

L’offensive de Sonatrach
Par Salim FAROUK.

Abdelmadjid Tebboune
Par Tahar MANSOUR.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF