Accueil Dossier Le peuple se souviendra de la symbiose institutionnelle

Stratégie Covid-19- l’Algérie en guerre

Le peuple se souviendra de la symbiose institutionnelle


Eldjazair129-019

20 Mai 2020 | 10:50
shadow

Auteur : Dr Boudjemâa HAICHOUR


Le monde se réveille soudainement lorsque le coronavirus prend une ampleur inégalée dans les provinces de Wuhan et Hubei. La Chine lance un appel d’alerte. Les premières règles d’hygiène basique sont recommandées. A l’échelle mondiale, les gens ont le souvenir de la grande pandémie connue sous le nom de la grippe espagnole.

Le monde se réveille soudainement lorsque le coronavirus prend une ampleur inégalée dans les provinces de Wuhan et Hubei. La Chine lance un appel d’alerte. Les premières règles d’hygiène basique sont recommandées. A l’échelle mondiale, les gens ont le souvenir de la grande pandémie connue sous le nom de la grippe espagnole. Le 25 février 2020, le Pr Abderrahmane Benbouzid, ministre de la Santé, déclare qu’un ressortissant italien travaillant pour l’ENI, originaire de Lombardie, est arrivé le 18 février sur la base Menzel Ledjmet Est dans la wilaya d’Ouargla. Il fut isolé et rapatrié par vol spécial vers l’Italie et tous les travailleurs furent confinés. Le 1er mars une femme de 53 ans et sa fille de 24 ans, ensuite un père et sa fille revenant de France ont contaminé tous ceux qui les ont rencontrés.
L’Algérie mobilise son potentiel médical
Il a été confirmé en laboratoire, positif du SARS-Cov 2. Mais on laisse supposer que ce virus émane de laboratoires travaillant sur des agents pathogènes les plus dangereux. Comme il peut provenir d’animaux tels la chauve-souris, le pangolin etc. Tout reste à prouver. Ce qui est certain, c’est que ce virus mute à une vitesse exponentielle. Le taux de mortalité augmenterait chez les patients atteints de maladies respiratoires (bronchopneumonie chronique obstructive, asthme), les maladies cardio-vasculaires (antécédents d’AVC ou d’infarctus), chez des personnes diabétiques, hypertension artérielle ou cancer. La pandémie commence à se propager. A partir de ces premiers éléments le Covid-19 dans le pire scénario peut contaminer 39% de la population mondiale et tuer 0,9 à 3% des infectés, soit environ 68 millions de personnes.
Le PIB mondial perdra 9 170 milliards de dollars. L’économie mondiale sera paralysée. La production sera affectée et la crise boursière suivra. La Banque centrale européenne a annoncé un plan d’urgence de 750 milliards d’euros pour racheter les dettes publiques.

L’élite hospitalo-universitaire et paramédicale au front
Le gouvernement algérien prend immédiatement la charge d’affronter cette épidémie qui commence à envahir le monde chez les pays développés comme ceux en développement. Le Président Abdelmadjid Tebboune préside un Conseil des ministres et décide de mettre en œuvre une stratégie de lutte contre le Covid-19. Un dispositif de suivi opérationnel est mis en place tel que les capacités de réanimation, allant jusqu’à 6000 lits et 2500 appareils de respirations artificielle soit 2699 lits de réanimation et 2500 autres appareils anesthésiants de respiration artificielle, en plus de 220 cliniques privées disposant chacune de 3 à 4 lits de réanimation.
Lors du Conseil des ministres présidé par le chef de l’Etat le 22 mars 2020, le Pr Abderrahmane Benbouzid, ministre de la Santé, a déclaré que le secteur sanitaire de l’Algérie disposait au niveau national de 82 826 lits dont 2500 lits sont consacrés à la prise en charge des malades au niveau de 64 services de maladies infectieuses, 247 services de médecine interne, de 79 services de pneumonie, 100 services de de différentes spécialités et 24 services de réanimation qui disposent de 460 lits en plus de 64 ambulances médicalisées et équipés d’appareils de respiration artificielle.

Confinement et solidarité des corps d’Etat
Dans la stratégie engagée, le gouvernement appelle toute personne présentant des signes cliniques d’infection respiratoire, accompagnée de gravité de fièvre, ayant voyagé ou séjourné dans une région à haut risque de contamination quatorze jours, à se soumettre à un test de dépistage Covid-19. Les cas suspects doivent être hospitalisés ou isolés s’ils présentent une morbidité. Le seul laboratoire de dépistage est celui de l’Institut Pasteur qui ne pouvait effectuer que 130 tests par jour. Il fut renforcé par deux annexes d’Oran le 23 mars et de Constantine le 25 mars, puis celui d’Ouargla le 30 mars 2020. L’annexe de Tizi Ouzou ouvre le 2 avril 2020.

L’Institut Pasteur en plein dépistage
L’Algérie dispose actuellement de cinq centres de dépistage dont les capacités sont de 400 tests/jour. Les travaux scientifiques menés par l’Institut Pasteur ont prouvé que le virus qui sévit en Algérie est de la même souche que celui qui touche la France, qui accrédite que ce virus a été importé de France.
Ainsi l’Algérie a adopté un nouveau protocole de traitement contre le Covid-19, à savoir la chloroquine, qui a été injecté sur les patients au niveau de l’hôpital de Blida et à El Kettar à Alger. L’Algérie dispose d’un stock suffisant de 110 000 unités de ce médicament au niveau de la Pharmacie centrale des hôpitaux et 190 000 unités seront importées.
Le ministre délégué à l’Industrie pharmaceutique avait déclaré le 21 mars, lors de son passage à la TV publique, que « l’Algérie disposait d’un stock de 43 millions d’unités masques de protection dont une partie a été épuisée au début de la pandémie en Algérie et que le nombre de masques atteindra les 50 millions à l’importation de 15 millions en plus de la production nationale ».
Après un sit-in du personnel paramédical qui réclamait les masques de protection, le Président de la République Abdelmadjid Tebboune a vite réagi en débloquant le 22 mars dans l’urgence 100 millions de dollars pour l’achat de masques de protection, de gants médicaux, de solutions hydro-alcooliques et de blouses jetables pour les praticiens de la santé.
Le dispositif consistait également à fermer les frontières air/mer/terre, à reporter les manifestations sportives, culturelles et musicales jusqu’à nouvel ordre. Suspension des vols nationaux et internationaux, interdictions de voyager à l’intérieur et à l’extérieur du pays par terre, mer ou aérien. Tout le monde est confiné. Pas de restaurants, cafés, hôtels.

Tout pour affronter le Coronavirus
Le confinement a été partiel (total pour la seule wilaya de Blida) avec un couvre-feu qui va de 19 heures à sept heures le matin pour Alger, Oran, Tlemcen, Aïn Defla, Béjaia, Médéa, Tipasa, Sétif, Tizi Ouzou, avec autorisation pour certaines catégories d’activités jugées indispensables aux citoyens leur extension.
L’Etat a rapatrié tous les citoyens qui étaient en voyage d’études, d’affaires ou touristes, avant que l’épidémie ne prenne une telle amplueur à travers le monde et ont été confinés dans de grands hôtels au frais de l’Etat pour une durée de quatorze jours après avoir été testés.
Pour rappel, 3,7 milliards de dinars ont été alloués par le Président Abdelmadjid Tebboune pour faire face à cette pandémie. Il a également annoncé que la Banque mondiale et le FMI ont proposé une aide financière sans intérêt de 130 millions de dollars pour faire face à la propagation du coronavirus.

L’aide chinoise comme du temps de la révolution
Il faut également rappeler que la Chine a envoyé le 27 mars une équipe médicale composée de 21 personnes dont 13 médecins et huit infirmiers et une quantité de matériel sanitaire dont 500 000 masques chirurgicaux, 50 000 masques n°95, 2000 tenues de protection ainsi que des masques médicaux et des respirateurs.
Ces équipements d’une valeur de 459 000 dollars ont été remis par le géant du BTP China State Construction Corporation. De même que la Chine s’est proposée de construire un hôpital en Algérie. Jusqu’au 24 avril il y a eu 3 127 patients confirmés 415 décédés.

Un Etat au service de la santé des citoyens
En conclusion, on peut dire que les pouvoirs publics ont contribué malgré la chute du prix du baril, à contenir cette pandémie qui a surpris tous les Etats du monde. Même si l’OPEP et l’AIE estiment que la crise économique mondiale va frapper les pays exportateurs de pétrole de plein fouet, l’Algérie a déjà baissé de 30% le budget de fonctionnement de l’Etat.
L’Etat a rassuré qu’à la veille du mois sacré de Ramadhan, les approvisionnements (produits agro-alimentaires, légumes, sucre, huile, semoule et farine, agrumes etc…) nécessaires seraient garantis jusqu’à la fin de l’année eu égard aux réserves de change dépassant les 60 milliards de dollars. Il y aura une embellie à l’horizon proche si on tient compte des dernières tractations USA/Arabie Saoudite/Russie quant au marché pétrolier et gazier. Il semble que la tendance est vers la hausse du prix du baril.

 

(*) Dr Boudjemâa HAICHOUR
Dr d’Etat en Sciences économiques-Ancien ministre
(Les modèles de régulation du SMFI)

____________________________________________________
NOTES :
1. Wikipédia : « Pandémie de Covid-19 en Algérie. htt://fr.wikipedia.org/wiki/pandémie.
2. Déclaration du Pr Abderahmane Benbouzid APS et directives du premier ministre concernant le déroulé de toute la stratégie engagée par le Président de la République pour juguler la pandémie.
3. Compte-rendu du Conseil des ministres et réunion du 19 mars complémentaires à celle du 17 mars sur les mesures sanitaires.



Articles de la même rubrique