Le Premier ministre Abdelaziz Djerad, à partir de Tindouf

0
77

L’Algérie comptait quelque 15.000 zones d’ombre habitées par 8,5 millions de citoyens, et ayant connu, selon le ministère de l’Intérieur et des Collectivité locales, le lancement, durant les cinq derniers mois, de plus de 2200 projets de développement. Le dossier des zones d’ombre fait en effet l’objet d’un suivi quotidien sur le terrain au plus haut niveau de l’Etat.

« L’Etat a hérité de la gouvernance antérieure d’une situation catastrophique marquée, entre autres, par une fragilisation de la situation sociale de notre pays à travers les disparités dans le développement des territoires et de graves dysfonctionnements au niveau de l’accès des citoyens aux services publics de base », a affirmé le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, depuis Tindouf, où il effectuait une visite de travail et d’inspection, le 30 juin. Il a assuré que tous les moyens sont disponibles pour la prise en charge des zones d’ombre à travers le pays.

 «Nous devons être conscients que les populations dans les zones d’ombre vivent dans des conditions difficiles, en l’absence des routes et des moyens de transport et autres. Il est de notre devoir, conformément aux consignes du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, de les prendre en charge», a-t-il précisé.

Soulignant la nécessité de «contenir ces zones pour les placer parmi les priorités», le Premier ministre a fait état d’un suivi, en coordination avec le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, de l’état d’avancement de la prise en charge des zones d’ombre à travers le territoire national.

Dans le même cadre, Abdelaziz Djerad a mis l’accent sur l’impératif de venir à bout définitivement du phénomène des zones d’ombre «dans les meilleurs délais».

 «Le citoyen doit sentir que l’Etat lui appartient. Ces zones vont changer pour devenir des zones de lumière», a-t-il soutenu.

Il a, en outre, appelé les responsables locaux, en particulier les walis, à donner la priorité aux zones nécessitant le développement. «Nous attendons beaucoup des responsables, notamment des walis, en vue de prendre en charge les zones d’ombre», a-t-il indiqué. Dans le même contexte, faudrait-il le souligner, un plan d’urgence sera lancé incessamment pour prendre en charge les besoins des habitants des « zones d’ombre », en vue de réduire les inégalités de développement à travers le territoire national.

  Ce plan d’urgence est élaboré sur la base d’une cartographie réalisée par le gouvernement pour identifier, pour la première fois, les zones d’ombre en Algérie, a expliqué le Premier ministre. Cette cartographie a permis de constater que le nombre des zones d’ombre a atteint plus de 15.000 zones avec une population concernée de 9 millions d’habitants, soit un cinquième de la population totale du pays.

Selon cette étude, une population impactée de près de 1,3 million d’habitants se trouve au Sud du pays, alors que pour les wilayas du Nord, la population concernée est estimée à 4,5 millions d’habitants, tandis que le reste (3,2 millions) se situe dans les Hauts plateaux.

Parallèlement à ces plans d’urgence, le gouvernement compte relancer le programme en cours de réalisation des logements publics, notamment le programme location-vente. Pour ce faire, le gouvernement a examiné et levé les contraintes rencontrées dans la réalisation de ce programme, notamment celles liées au foncier et au financement.

Le développement local au peigne fin

Le Premier ministre Abdelaziz Djerad en visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Tindouf, s’est enquis de nombre de projets relevant de différents secteurs.

Entamant sa visite, le Premier ministreba inspecté le centre culturel et religieux à la cité Tindouf-Lotfi, où il a déclaré que ce projet «est une réalisation et un grand monument dont la wilaya a grand besoin, étant une ville enracinée dans notre religion», ajoutant qu’il veillera à le suivre « jusqu’à son parachèvement».

Il a salué, à cette occasion, toutes les personnes participant à la réalisation de ce monument ainsi que «tous ceux qui veulent du bien à l’Algérie et qui participent à son édification».

Selon les explications fournies au Premier ministre, les travaux du centre culturel et religieux avaient débuté en 2005 avant d’être suspendus puis repris en janvier 2017. Une enveloppe de plus de 495 millions de dinars avait été allouée à ce projet.

Dans le secteur de l’agriculture, Abdelaziz Djerad a inspecté le projet de réalisation d’un groupe d’entrepôts frigorifiques. Il a affirmé, par la même occasion que «l’Etat était déterminé à promouvoir l’investissement et à consolider l’industrie manufacturière».

«Nous œuvrerons à l’accompagnement de ce groupe qui contribuera à l’appui de la stratégie de l’Etat visant la régulation des produits agricoles, l’encouragement des paysans et la consolidation des capacités de stockage», a-t-il soutenu.

D’une capacité de 5.000 m3, ce projet dont le taux d’avancement des travaux est de 95% assurera, une fois mis en service, 25 postes de travail, selon les précisions fournies au Premier ministre sur place. Ledit projet devrait également permettre la consolidation des infrastructures en matière d’import-export.

S’agissant des ressources en eau, le Premier ministre s’est rendu au projet du complexe de pompage d’eau potable dans les cités «El Wiam» et «El Wifak» où il a insisté sur l’importance d’accélérer la cadence des travaux pour parachever le projet, en prévision de sa réception dans les plus brefs délais.

L’autorisation de programme pour la réalisation de ce projet s’élève à 760 millions de dinars, dans un délai de 24 mois, au cours desquels il sera procédé à la réalisation de deux réservoirs d’une capacité de 10.000 m3 chacun, d’une station de pompage et d’un réseau de distribution d’une longueur de 4,9 km et d’un diamètre de 400 mm, selon la fiche technique du projet.

L’investissement agricole et le logement aussi

Le Premier ministre, qui s’est rendu ensuite au projet de réalisation du pôle urbain 1402 logements, a donné de fermes instructions quant à l’impératif de tenir compte de l’aspect esthétique et du cachet architectural dans la réalisation des agglomérations dans la région. Le Premier ministre a écouté un exposé sur le programme de logement de la wilaya et donné de fermes instructions aux responsables du secteur pour consulter des sociologues, voire des psychologues, avant la réalisation des agglomérations, en vue d’étudier les aspects psychosociologiques adaptés aux exigences de la population de la région, insistant sur l’importance d’effectuer des études préliminaires et d’utiliser des matériaux de construction locaux.

Dans le même contexte, M. Djerad a inspecté également le projet de réalisation d’un lycée sis entre les cités «Wifak « et «Wiam » au chef-lieu de la wilaya, faisant savoir que le gouvernement visait «la généralisation de la tablette électronique à travers tout le territoire national, afin de réduire l’utilisation des manuels et d’alléger le poids du cartable, d’autant que les élèves maîtrisent désormais les TIC».

Abdelaziz Djerad s’est rendu également dans une exploitation agricole réservée à la plantation de l’arganier où il a plaidé pour l’exploitation de l’énergie solaire pour booster l’investissement agricole notamment saharien qu’il a qualifié de «projet national».Il a écouté, à cette occasion, un exposé sur le programme de renforcement du raccordement des exploitations agricoles au réseau électrique, dans le cadre du développement de l’agriculture saharienne, insistant, dans ce sens, sur l’exploitation de l’énergie solaire en vue de booster l’investissement agricole.

Il également appelé les responsables du secteur à veiller au raccordement de tous les projets au réseau électrique, rappelant des instructions du président de la République lors du dernier Conseil des ministres concernant le raccordement des zones industrielles et des exploitations agricoles à ce réseau.

Le Premier ministre a également appelé à l’intégration des universités et des laboratoires dans le programme de développement de l’agriculture saharienne et à l’utilisation des énergies renouvelables, indiquant que ces efforts visent la réduction de la facture d’importation et des transferts en devises.

Le Premier ministre a achevé sa visite à la wilaya par la supervision d’une cérémonie de remise des clés de 1402 logements sociaux, en présence de membres de l’Exécutif et de représentants des autorités locales. Dotés de toutes les commodités nécessaires et des aménagements extérieurs, les logements distribués se répartissent sur deux cités, en l’occurrence « El Wifak »  et « El Wiam ». M. Djerad a également donné le coup d’envoi d’un projet de 257 lotissements réservés à la construction, et à la distribution de 753 aides dans le cadre de la construction rurale. A ce propos, il a rappelé les instructions fermes données par le président de la République relatives à la prise en charge des problèmes des populations habitant dans les zones d’ombre estimés à environ 15.000 à l’échelle nationale. M. Djerad était accompagné, lors de cette visite, d’une délégation ministérielle comprenant les ministres de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud, de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Nasri, de l’Agriculture et du Développement Rural, Abdelhamid Hamdane, de l’Education nationale, Mohamed Oudjaout, et des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi.

F. H.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici