« Notre objectif est d’atteindre l’efficience opérationnelle »

0
175

Dans cet entretien accordé à notre magazine, El Djazair.com, Brahim Hammoudi, Directeur de la Division Forage, nous précise que sa Division ne lésine sur aucun moyen pour livrer des puits de qualité, en toute sécurité, en optimisant les coûts et tout en préservant l’environnement. Il rappelle également que le capital humain a toujours constitué la plus grande richesse de la Division Forage et que le forage est une activité très complexe qui nécessite des domaines spécifiques d’expertise.

Entretien réalisé par Yahia MAOUCHI

El Djazair.com : Quel est l’impact de la pandémie Covid-19 sur votre division ? Quelles sont les mesures préventives que vous avez prises durant cette période de pandémie?                

Brahim Hammoudi : Dès l’apparition des premiers cas, la Division Forage, à l’instar de toutes les autres structures de Sonatrach, a pris rapidement toutes les mesures afin de protéger son personnel et lui garantir les meilleures conditions possibles pour pouvoir poursuivre notre activité et mener les opérations aux puits en toute sécurité. Nous avons installé des cellules de crise au niveau de toutes les unités de la Division Forage, qui sont chargées de suivre l’évolution de cette pandémie sur nos différents sites. Ces cellules de crise veillent, d’une part, à la stricte application des instructions émanant des structures centrales et des structures sanitaires et, d’autre part, à la sensibilisation permanente des effectifs contre les risques de propagation du virus, notamment l’obligation du port du masque, la distanciation sociale et la désinfection régulière des espaces de travail. Nous avons assuré la dotation sans interruption, de l’ensemble de notre personnel, par les moyens nécessaires de protection (masques, gels hydro-alcooliques, lingettes alcoolisées, …). Pour la gestion de la relève du personnel des directions opérationnelles du sud, nous avons mis en place des zones transitoires de confinement, conformément au protocole sanitaire du Groupe Sonatrach, et ce, afin d’effectuer le contrôle et les tests nécessaires liés à la Covid-19. Le personnel placé en zone de confinement bénéficie d’un suivi médical par les services de la santé au travail. Malgré les contraintes liées aux capacités du transport aérien et terrestre du personnel, les contraintes de gestion des zones de confinement, nous avons pu maintenir la continuité de l’activité.

El Djazair.com : Quelles sont les principales priorités actuelles de votre division ?

Brahim Hammoudi : Actuellement, la ressource humaine reste toujours au centre de nos préoccupations. Pour développer ce capital, un plan de formation longue durée est nécessaire pour constituer des équipes spécialisées et des groupes d’ingénieurs de haut potentiel. Par ailleurs, l’actualisation des procédures opérationnelles générales et spécifiques, la mise en place d’un tableau de bord qui s’adapte à nos défis, le développement de logiciels d’optimisation des opérations aux puits ainsi que l’amélioration des cahiers de charges font partie de nos priorités.

El Djazair.com : Pourriez-vous nous parler de vos projets majeurs notamment ceux qui sont en cours de réalisation ?

Brahim Hammoudi : La Division Forage a mis en place de grands projets visant à faire face à son volume d’activité, tout en veillant à l’amélioration des performances. Nous citerons principalement : les projets de management des opérations en services intégrés et en Lead Contractor, le système de suivi et de management à distance et en temps réel des opérations aux puits (RTOM), l’introduction de nouvelles technologies telles que l’expandable casings, le Slim hole, le batch drilling et le forage en cluster. Par ailleurs, et dans la perspective de forage en mer (offshore), la Division Forage se prépare pour la maîtrise de cette nouvelle thématique en assurant des actions de formation spécialisée.

El Djazair.com : Quid des grands défis à relever par la Division Forage ?

Brahim Hammoudi : Depuis une vingtaine d’années, le forage a connu une révolution technologique sans précédent. Là où il fallait forer auparavant de nombreux puits verticaux, aujourd’hui quelques puits horizontaux suffisent pour accéder à des ressources pétrolières et gazières parfois distantes de plus de 10 kilomètres. Ces techniques multiplient les possibilités d’accès aux réserves mais doivent en revanche s’adapter à des conditions naturelles de plus en plus exigeantes (haute pression, haute température, réservoir déplété, nature de la roche, hétérogénéité, …), ce qui soulève de nouveaux défis. La transformation et la diversification des techniques de forage, au cours de ces dernières années, ont accompagné et rendu possible cette évolution et nous ont permis d’améliorer nos performances aux puits : nous avons encouragé et incité nos fournisseurs d’outils de forage à développer des outils de plus en plus performants qui s’adaptent à la nature de la roche ; nous avons exploité les techniques de l’Under Balance Drilling (UBD) pour pouvoir traverser les zones déplétées ; nous avons utilisé des outils de geosteering qui permettent de naviguer en ayant une visualisation tridimensionnelle des roches traversées ; nous avons œuvré pour développer des systèmes de fluides de forage nous permettant de traverser des formations hétérogènes ou à caractéristiques particulières… Par ailleurs, et pour une première en Algérie, nous avons mobilisé un appareil de forage super lourd, de puissance de 3000 chevaux, pour pouvoir forer en toute sécurité des puits très profonds.

El Djazair.com : Quel est l’objectif attendu derrière tous ces efforts consentis ?

Brahim Hammoudi : Nous œuvrons en permanence pour la réduction des coûts des puits, tout en veillant à livrer des puits de qualité et en respectant les règles de sécurité. Ceci passe par la réduction des temps non productifs et l’amélioration de la productivité et des performances opérationnelles. In fine, notre objectif est d’atteindre l’efficience opérationnelle. Pour cela, nous devons œuvrer en permanence pour maintenir une dynamique d’amélioration continue de la performance, supportée par l’ensemble des acteurs contribuant dans la réalisation des puits. L’atteinte de cet objectif dépend étroitement de notre mode de management des opérations, de notre maîtrise des risques et du développement des compétences par la formation et le coaching.

El Djazair.com : Quelle est la place qu’occupe aujourd’hui la ressource humaine au sein de la Division Forage ?

Brahim Hammoudi : Le capital humain, avec toute son expérience et son expertise, a toujours constitué la plus grande richesse de la Division Forage. Une importance majeure a été donnée aux actions de formation et de perfectionnement, autant pour les nouvelles recrues que pour le personnel déjà opérationnel. L’effectif actuel de la Division Forage est de 2004 agents dont 81% cœur de métier. Elle est constituée d’une population assez jeune avec 67% des effectifs âgés de moins de 40 ans. Cet effectif bénéficie annuellement d’un large éventail d’actions de formation et de perfectionnement, allant des formations techniques de métier, sécurité au travail, préservation de l’environnement, jusqu’à des formations purement managériales.

El Djazair.com : Sonatrach a procédé à une réduction de 50% de son budget, quel est l’impact d’une telle décision sur vos activités ?

Brahim Hammoudi : Conséquemment à l’effondrement des prix du pétrole sur les marchés mondiaux et à l’impact de la conjoncture du bouleversement général que connait actuellement le marché pétrolier sur l’ensemble de la chaine pétrolière et gazière, Sonatrach ne peut rester en marge des mesures appropriées à même de permettre de réaliser les objectifs fixés dans la conduite des opérations pétrolières et ce, dans des conditions économiques acceptables. Dans ce cadre, la Division Forage a procédé au report de certains projets qui n’impactent pas la productivité à court terme. Il s’agit principalement de projets d’infrastructure.

El Djazair.com : Quelles sont les principales contraintes auxquelles vous faites face ?

Brahim Hammoudi : Le métier de forage exige un personnel qualifié et possédant une expérience avérée pour parer aux aléas de l’activité et pouvoir répondre aux multiples problèmes techniques qui peuvent être rencontrés durant le forage des puits implantés sur tout le domaine minier algérien. Actuellement, la Division Forage fait face à une contrainte majeure de manque d’expérience dans certains domaines techniques liés au métier forage. En effet, 64% de notre personnel à moins de 10 années d’expérience. Pour relever ses défis actuels, la Division Forage doit rehausser le niveau de compétences, techniques et managériales, de sa force de frappe constituée de techniciens et d’ingénieurs.

El Djazair.com : Un dernier mot ?

Brahim Hammoudi : Le forage est un métier très complexe, qui nécessite de l’expertise, des moyens lourds et un investissement conséquent. Les techniques et les technologies de forage évoluent rapidement, pour cela nous devons en permanence nous mettre au diapason avec cette évolution. La maîtrise des coûts constitue notre souci au quotidien. Ceci passe inéluctablement par la réduction des temps non productifs et l’amélioration des performances aux puits, tout en respectant les règles et les conditions de sécurité. L’esprit de sécurité doit constamment être en éveil, autant pour les personnes que pour les installations et les puits.

Y. M.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici