SONATRACH : Société citoyenne et étendard de l’économie nationale

0
127

Le groupe Sonatrach ambitionne à devenir une des cinq plus grandes compagnies du monde. Avec ses énormes capacités humaines, techniques, technologiques et sa dimension à l’avant-garde de l’industrie en Algérie, l’ambition de Sonatrach n’est pas un rêve mais une réalité. Pour atteindre cet objectif, Sonatrach entend mettre l’accent sur la modernisation de la gestion, les ressources humaines et l’innovation afin de faire de la compagnie non seulement un leader dans l’exploitation des énergies fossiles, mais aussi de s’inscrire comme un acteur global de la nouvelle économie énergétique du XXIe siècle.

Depuis plus de 50 ans, Sonatrach joue pleinement son rôle de locomotive de l’économie nationale. Elle a pour mission de valoriser les importantes réserves d’hydrocarbures du pays. Cet acteur majeur de l’industrie pétrolière, surnommé la « major africaine », tire sa force de sa capacité à être un groupe entièrement intégré sur toute la chaine de valeur des hydrocarbures. Dans l’amont, Sonatrach opère, en effort propre ou en partenariat avec des compagnies pétrolières étrangères, sur des gisements parmi les plus importants du monde dans différentes régions du Sahara algérien : Hassi Messaoud, Hassi R’Mel, Hassi Berkine, Ourhoud, Tin FouyéTabankort, Rhourde Nouss, In Salah et In Amenas. En matière de transport, le groupe dispose d’un réseau de canalisations extrêmement dense qui s’étend aujourd’hui sur près de 22 000 kilomètres sur le territoire national. La compagnie a également aménagé quatre ports pétroliers de chargement d’hydrocarbures : Alger, Arzew, Bejaia et Skikda afin de permettre le chargement et le déchargement de gros tankers d’une capacité de 80 000 à 320 000 TM et de méthaniers. Par ailleurs, dans l’aval, Sonatrach compte six raffineries en activité sur le territoire et deux complexes pétrochimiques, quatre complexes liquéfaction GNL et deux complexes séparation GPL. Sonatrach emploie sur le territoire national près de 50 000 employés permanents et plus de 200.000 personnes à l’échelle du groupe. Le groupe compte 154 filiales et participations dont une quinzaine détenue à 100 % et œuvrant au quotidien à la valorisation de la chaine de valeur pétrolière et gazière du pays. Parmi celles-ci, figurent notamment l’Entreprise nationale de géophysique (ENAGEO), l’Entreprise nationale de forage (ENAFOR), l’Entreprise nationale de grands travaux pétroliers (ENGTP), la Société nationale de commercialisation et de distribution des produits pétroliers (NAFTAL).
Par ailleurs, il convient de préciser que le point nodal de la production de Sonatrach demeure la ressource humaine en tant qu’outil sûr qui assurera cette transition pluridisciplinaire pour donner à la compagnie pétrolière nationale un statut digne des défis que l’Etat algérien est en train de mener pour asseoir sa stratégie de développement fondée sur une économie diversifiée et qui répond à l’exigence de développement durable dans le cadre de la transition énergétique et ses conséquences manifestes sur l’économie nationale. En effet, au cœur de toute organisation, il y a le capital humain du fait que les enjeux de la fonction Ressources humaines s’appréhendent à tous les niveaux de l’entreprise. La problématique des ressources humaines est devenue d’ailleurs actuellement l’une des priorités de l’entreprise.

Un taux d’intégration nationale de 55%.
Dans le cadre de sa stratégie SH2030, Sonatrach affiche clairement son ambition de devenir l’une des cinq premières entreprises pétrolières nationales parmi les plus performantes et les plus rentables de l’industrie énergétique mondiale. Les maîtres-mots de sa nouvelle stratégie sont l’excellence opérationnelle et l’innovation pour rester l’étendard de l’économie algérienne. Sonatrach vise un taux d’intégration nationale de 55 % d’ici 2030. Par rapport à l’échéance tracée, la démarche est réalisable d’autant que la stratégie repose sur la mise à niveau de la ressource humaine que renferme la compagnie pétrolière nationale à même de s’adapter aux évolutions des contextes législatifs, économiques et sociaux. Pour ce faire, le groupe Sonatrach s’est lancé à travers la stratégie SH2030 dans un nouveau processus de développement de ses capacités en amont comme en aval. Une stratégie dont l’avancement de l’ensemble des initiatives est piloté par une structure dénommée « Value delivery Unit » et qui veille à lever tout obstacle se présentant lors de l’exécution du programme. Chaque initiative s’appuie sur un point d’exécution déjà développé pour préparer la mise en œuvre et la réussite de la transformation visée par le groupe. Une stratégie reposant sur l’expérience acquise depuis plusieurs décennies dans le domaine énergétique et qui sera renforcée par d’autres défis futurs devant arrimer le groupe pétrolier au niveau des grandes firmes mondiales dans le domaine de l’énergie, de l’exploitation et de l’exploration en la matière. Par ailleurs, en tant que principal investisseur industriel en Algérie, Sonatrach participe activement au soutien du tissu industriel local. Le groupe prévoit de réaliser d’ici à 2030 des investissements sur le territoire national de plus de 59 milliards de dollars dont 45,8 milliards de dollars dans l’activité exploration-production, 8,6 milliards de dollars dans le raffinage-pétrochimie et 2,3 milliards de dollars dans le transport par canalisations. À l’horizon 2030, le groupe mise sur plus de 68 milliards de dollars de revenus supplémentaires, dont 50% contribueront à la richesse nationale et 50% seront investis dans le renouvellement des réserves, les capacités de production, la formation du personnel et le développement de l’expertise dans l’entreprise.

Les grands objectifs stratégiques pour 2030
Plusieurs grands objectifs sont visés par cette nouvelle stratégie, qui concerne toutes les activités de l’entreprise. Ainsi, sur le plan de l’exploration-production, la stratégie SH2030 ambitionne de doubler le volume annuel de découvertes, de doubler la productivité à 6 puits/rig en développement et 4 en exploration, de renforcer le contrôle sur le planning et les coûts des grands projets pour réduire le manque à gagner, estimé à 3 milliards de dollars, et en fin, d’augmenter la performance volume de 2 Mtep (mégatonne équivalent pétrole) par an sur les champs existant en déployant les technologies IOR/EOR (récupération assistée du pétrole). Pour ce qui est des ressources nouvelles, Sonatrach vise, à travers son plan SH2030, à la préparation de la transition énergétique en solarisant les installations pertinentes pour l’économie de 1.3 GW pour couvrir 80% de ses besoins sur sites. Comme elle vise le développement des ressources non conventionnelles avec l’objectif d’atteindre les 20 bcm (billions of cubicmeters) en 2030 et 70 bem en 2040 avec la mise en place d’une base industrielle à même de créer 15.000 emplois directs, ainsi que le développement des ressources offshore en Méditerranée sur 100 000 km2 de surface. Concernant la commercialisation, Sonatrach à travers sa nouvelle stratégie, a pour objectifs le redéploiement de 50% de la commercialisation du gaz sur de nouveaux marchés à valeur ajoutée, notamment, à travers le trading, tout en augmentant la production pour couvrir les besoins du marché national (gazole, essence, bitume) et limiter les importations, le renforcement des capacités de raffinage (raffinerie Hassi Messaoud 3 et conversion de Skikda) et la mise en place d’une industrie pétrochimique. Tandis que l’internationalisation et le renforcement de la dimension internationale du groupe passeront par des investissements dans des pays à fort potentiel, ainsi que par l’acquisition de capacités de raffinage à l’étranger et par la réalisation de nouveaux partenariats à même de booster ses capacités de trading. A terme, cette transformation aura un impact considérable à l’horizon 2030 puisqu’elle aura généré, selon les chiffres communiqués par Sonatrach, plus de 68 milliards de dollars de revenus supplémentaires.

Un partenaire fiable
Sonatrach est reconnue comme un partenaire fiable dans le secteur de l’énergie. Face à la croissance soutenue de la demande mondiale en hydrocarbures, le géant public algérien des hydrocarbures s’inscrit dans une nouvelle dynamique de coopération sur le long terme pour accroître ses réserves. C’est ainsi que dans le cadre de sa nouvelle stratégie, le partenariat constitue l’un des principaux piliers du développement du groupe pour répondre aux nouveaux enjeux de performance, d’excellence opérationnelle et d’innovation, mais aussi pour hisser Sonatrach au rang du top 5 des compagnies nationales dans le monde. Pour accélérer sa croissance tant sur le territoire national qu’à l’international, Sonatrach se veut offensive, en développant de nombreux projets de partenariat avec d’autres grandes compagnies et majors étrangères, à l’effet d’exploiter, en on-shore comme en off-shore, les réserves considérables en hydrocarbures dont l’Algérie regorge aujourd’hui en ses domaines miniers et maritimes. Forte de son expertise et de son savoir-faire sur toute la chaine de valeur des hydrocarbures, la Compagnie nationale étend désormais sa politique de coopération à l’industrie du raffinage et de la pétrochimie, deux axes forts du développement de l’activité Aval. Sonatrach a ainsi consacré 53 milliards de dollars d’investissements dans l’exploration-production et 26 milliards de dollars dans le raffinage et la pétrochimie sur la période 2017-2021. Par ailleurs, selon Mustapha Benamara, directeur central recherche et développement, une gestion efficace de l’énergie selon la norme ISO 50001 aide les unités industrielles de Sonatrach à optimiser leur consommation d’énergie et leur impact sur le réchauffement climatique. Elle apporte, selon le responsable, des économies budgétaires tout en leur permettant de développer une image de responsabilité sociétale. La mise en place d’un Système de Management de l’Énergie constitue, dira-t-il, un levier essentiel pour améliorer l’efficacité énergétique de l’entreprise et cette norme a un impact sur sa facture énergétique, son empreinte environnementale et sa compétitivité. Enfin, elle l’aide à s’inscrire dans les mutations actuelles de l’économie à savoir, une transition énergétique saine, permettant ainsi au groupe de se hisser parmi les premiers groupes pétroliers et de se positionner dans la liste des entreprises et organismes mondiaux à vouloir adopter volontairement cette démarche de certification ISO 50001. Ce projet vient s’ajouter aux grandes réalisations de Sonatrach liées au développement des énergies renouvelables, à la protection de l’environnement et au développement durable. « Nous citerons, à ce propos, le projet de la centrale hybride SPP1 de Hassi R’mel Solaire-Gaz de 150 MW ainsi que l’effort de l’Entreprise en matière de réduction des gaz torchés, qui a permis de placer notre pays dans le top 20 des pays associés au projet de partenariat intitulé « Initiative mondiale de réduction des gaz torchés » (GGFR) et dont l’Algérie est membre fondateur », se félicite M. Benamara. En somme, la force de la compagnie pétrolière réside dans sa capacité à être un groupe intégré dans l’ensemble de la chaîne de valeurs : l’exploration-production, le transport par canalisations, la liquéfaction et séparation, le raffinage et la pétrochimie et la commercialisation.

Sonatrach à l’ère des nouvelles technologies
Pour une plus grande transparence et une traçabilité des actions courantes, Sonatrach s’est dotée, dans ce cadre, d’outils digitaux permettant des gains opérationnels rapides, notamment l’ERP (Entreprise Ressource Planning), outil central dans le système d’information de l’entreprise et qualifié de colonne vertébrale de la transformation. Ce logiciel permet de piloter l’entreprise à travers une vision intégrée et optimisée de l’activité, d’accélérer la prise de décision, de gagner en productivité et d’améliorer la performance tout en assurant une communication et une collaboration optimales à même de réduire les coûts de gestion et d’exploitation et d’anticiper et de réduire les risques en garantissant l’intégrité des données et en facilitant le contrôle financier. A ce système s’ajoutent d’autres solutions tels que la Solution CoE III, le Cloud Privé, la solution Smart Oil&Gas, le Centre d’innovation, le FM&IS – Field Management & Information System. Il y a lieu de signaler que le Cloud Privé, est déjà opérationnel. Doté des technologies les plus avancées, conçu en une plateforme unifiée hautement sécurisée, extrêmement souple et flexible, le Cloud Privé permet de mutualiser les ressources et services, ainsi que le déploiement rapide des applications Office et Métiers au niveau de l’ensemble des structures de l’Entreprise.

Une responsabilité éco-sociétale
Ambitieuse de demeurer un exemple pour le secteur économique national, Sonatrach s’est fixé comme engagement d’adopter un comportement modèle et d’intégrer la responsabilité sociale dans ses activités et avec ses parties prenantes. Par cet engagement responsable, Sonatrach veille à préserver l’environnement et la santé de ses employés. A ce sujet, une politique de prévention sanitaire sur le lieu de travail a été élaborée avec pour objectifs de préserver la santé physique et mentale des collaborateurs et de prévenir les maladies professionnelles. Pour ce faire, des formations, des journées d’information, de sensibilisation et d’éducation, pilotées par la Direction HSE et s’appuyant sur des mécanismes d’accompagnement individuel, sont au menu. Par ailleurs, soucieuse de préserver la santé de ses employés et dans le cadre de la reprise progressive des activités au niveau de ses directions, Sonatrach renforce les mesures de prévention édictées pour contrer la propagation de la Covid-19, à travers la généralisation des campagnes de sensibilisation au coronavirus au profit des fonctionnaires. Sonatrach a rappelé récemment que la reprise du travail se ferait progressivement conformément aux orientations prises par les pouvoirs publics et aux dispositions de la note interne relative à la lutte contre la pandémie du coronavirus. Selon la note de l’administration centrale, les employés seront également informés individuellement de la reprise de l’activité conformément au planning de chaque structure. Et dans la perspective d’un développement durable, Sonatrach s’est fixé dans sa démarche responsable et innovante d’atteindre moins de 1% de gaz torché, de lancer des campagnes de reboisement de ses sites et bases de vie, de rénover ses unités de traitement de rejets industriels et de valoriser la gestion de la chaîne d’élimination et de recyclage des déchets. Ainsi, Sonatrach, locomotive du développement de l’économie algérienne, se trouve aujourd’hui à un tournant décisif de son histoire. Afin de relever les nombreux défis qui se présentent à elle, pour une Algérie plus prospère, Sonatrach se projette dans l’avenir par une mutation globale de son organisation et de son fonctionnement.

Y. M.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici