La BNA ouvre le bal

0
249

La Banque nationale d’Algérie (BNA) est en première ligne pour piloterla finance islamique qui constitue un des moyens les plus efficaces pour capter les fonds de l’informel. Ainsi, la Banque d’Algérie l’a autorisée, le 30 juillet, à mettre 9 nouveaux produits relevant de ce créneau d’activité. La BNA devient ainsi la première banque à avoir obtenu l’autorisation de mise sur le marché de produits bancaires relevant de la finance islamique..

Pour l’Algérie, c’est une manne considérable représentant quelque 40% de sa masse monétaire globale, qui échappe au circuit officiel. Un filon qui constituerait une bouffée d’oxygène salutaire pour l’économie nationale laminée par la Covid-19. Par ailleurs, avant de développer les grandes lignes de ce « nouveau-né », il convient de revenir sur la situation relative aux travaux réalisés, par la BNA, dans le cadre du projet portant sur le démarrage de l’activité finance islamique. Ainsi, selon Miloud Ferahta, président-directeur général de la BNA, le projet de lancement de l’activité finance islamique a été initié au sein de la BNA à travers la mise en place d’un groupe de travail multidisciplinaire, dont la mission consistait à enrichir la gamme de produits et services de la Banque à travers le développement des produits de financement et d’épargne compatibles avec les préceptes de la Chariaislamique. Et devant la complexité du sujet et l’inexpérience des équipes, la Banque a opté, selon M. Ferahta, pour un accompagnement externe qui a abouti au choix d’un bureau d’études d’une renommée internationale. Il est à savoir que le développement de cet instrument repose sur l’adaptation du système d’information, une comptabilisation distincte et adéquate qui doit assurer une étanchéité entre les deux activités, ainsi que des dispositifs procéduraux adaptés, des espaces réservés et un personnel qualifié exclusivement dédié à ce segment de la finance. C’est ainsi qu’un planning a été élaboré, dira le P-DG de la BNA, englobant toutes les actions devant être conduites dans les différentes phases du projet. Afin d’encadrer l’opération, un comité de projet incluant toutes les directions centrales a été mis en place, ainsi qu’un comité de pilotage pour valider les travaux livrés.

La conduite du projet de lancement de l’activité finance islamique
La démarche adoptée pour la mise en place de l’activité finance islamique au sein du réseau d’exploitation, se présente comme suit :
1-La désignation des membres de la Charia Board ou Comité Charia (CC): Sélectionnés suite à un sondage effectué auprès de sa clientèle et de la population, le choix s’est porté sur Cheikh Abou Abdessalam, Dr Kamel Bouzidiet Dr Said Bouizri. Ces personnalités, connues pour leur notoriété et compétence dans le domaine. En outre, le comité charia a été associé à tous les travaux initiés dans le cadre du projet et ce, dès son démarrage.
2-La définition de la stratégie commerciale à mettre en œuvre :
La stratégie s’articule autour d’ :
une segmentation affinée de la clientèle ciblée : une étude de marché réalisée par le bureau accompagnateur a fait ressortir les segments les plus demandeurs de la finance islamique à savoir: les particuliers, les professionnels, les petites et très petites entreprises.
La sélection des produits qui répondent aux besoins recensés de la clientèle attirée par les produits islamiques : après propositions et validation des comités de pilotage et de projet, les produits islamiques retenus par la Banque sont les suivants :

* Les produits de financements :
Mourabaha automobile
Mourabaha équipements
Mourabaha immobilier
Ijara
* Les produits de collecte de ressources :
Compte chèque islamique
Compte courant islamique
Compte épargne islamique (avec ou sans rémunération)
Compte épargne islamique jeunes (avec ou sans rémunération)
Compte d’investissement islamique non restreint.

Le choix du modèle à adopter pour la commercialisation : l’installation d’un chargé de clientèle dédié à cette activité au niveau du Front Office de l’agence.

Le déploiement progressif de l’activité finance islamique : l’étude de marché a fait ressortir une forte demande des produits conformes à la charia dans vingt wilayas du pays, ce qui a amené à désigner 32 agences concernées par la commercialisation de ces produits dans une première phase. Ce nombre est appelé, selon le P-DG de la BNA, à évoluer pour couvrir l’ensemble des wilayas avant la fin de l’exercice en cours.

3-La désignation d’un auditeur conformité charia : une des conditions du lancement de l’activité finance islamique est la désignation d’un auditeur conformité charia dont le rôle consiste à « s’assurer de la conformité de tous les segments de l’activité finance islamique aux préceptes de la charia, conformément aux avis et recommandations du comité charia de la banque». À cet effet, une cellule audit conformitécharia a été créée.
4-L’élaboration des procédures et la conception des fiches produits et contrats relatifs : Des séances de travail et des réunions de validation ont été tenues en vue d’élaborer tous les contrats relatifs à cette activité ainsi que les procédures, et ce en concertation avec les lignes métiers.
5-La création des comptes comptables dédiés : Le plan de comptes distinct a été validé par la direction de la comptabilité, élaboré pour assurer une étanchéité des deux activités.
6-L’adaptation et le développement du système d’information : Après évaluation du système d’information de la Banque, le bureau accompagnateur a cautionné, selon le P-DG, la possibilité d’intégrer la finance islamique à travers la réalisation de développements au niveau du système d’information. A cet effet, la banque a souhaité bénéficier d’une assistance à la maîtrise d’ouvrage dans le cadre de ces travaux. Cette opération a permis à la banque de développer sa propre solution intégrant les produits islamiques, et d’éviter l’acquisition d’un nouveau système informatique. Ce développement a permis ainsi l’incorporation des packs dans le système actuel, le paramétrage des produits de financement à marge, des produits d’épargne notamment le système PMS (Profit Sharing Management). Par ailleurs, deux attestations ont été délivrées par le bureau accompagnateur certifiant la séparation respectée entre les deux activités, ainsi qu’une valorisation de l’application PMS.

La formation, nouveau fer de lance de la banque
7-La Formation : La Banque a engagé une action de formation sur les fondamentaux de la finance islamique en partenariat avec l’IRFFI (institut spécialisé en finance islamique) et ce dans le cadre de la formation certifiant (Cibafi) CIB, ainsi qu’une formation portant sur la solution d’exploitation des produits islamiques sur le SI assurée par les ingénieurs de la Banque ayant développé l’applicatif. La formation a touché le personnel dédié à cette activité(95 cadres d’agences ; 11 chargés d’études DRE ; 23 cadres de structures centrales).
8-L’organisation : A la suite de la promulgation du règlement n° 20-02 et de l’instruction n° 03-2020 du 2 avril 2020 émanant de la Banque d’Algérie, un dernier comité de projet a été tenu pour étudier tout ajustement éventuel à réaliser par la Banque, en vue de se conformer au dit règlement, d’autres adaptations ont été effectuées à l’effet de se conformer au dit règlement.
9- Les adaptations :
Création d’une structure chargée de la Finance islamique (art. 5 et art.6) « Direction finance islamique 132 »;
De plus, il y eu la création d’un département comptable dédié à la finance islamique au niveau de la direction de comptabilité.
Adaptation suite à la promulgation de la nouvelle réglementation :suite à la promulgation du nouveau règlement n° 20-02 du 15 mars 2020 définissant les opérations de banque relevant de la finance islamique et les conditions de leur exercice par les banques et les établissements financiers publié sur le journal officiel ; ainsi que l’instruction n° 03-2020 du 2 avril 2020 définissant les produits relevant de la finance islamique et fixant les modalités et caractéristiques techniques de leur mise en œuvre par les banques, et établissements financiers émanant de la banque d’Algérie, la BNA a déposé une nouvelle demande d’autorisation en juin 2020, après avoir réalisé les adaptations nécessaires. Ainsi, les principaux travaux se résument dans les points suivants:
la désignation des membres du comité charia par l’Assemblée générale de la banque : le 21 mai 2020 s’est tenue une AGEX dont l’ordre du jour portait sur la désignation des membres du comité charia ;
L’obtention des certificats de conformité délivrés par l’autorité charaïque nationale de la fatwa pour l’industrie de la finance islamique.
L’obtention de l’autorisation de commercialisation des produits de la finance islamique par la Banque d’Algérie.
La date de 30 juillet 2020 doit rester à jamais gravée dans les mémoires de tous le personnel et cadres de la BNA. Et pour cause, la BNA a obtenu l’autorisation de commercialisation des produits islamique. A cette occasion, un plan de communication a été mis en place, qui réunit toutes les conditions d’un bon démarrage de cette activité au sein de la Banque.
Rappelons enfin que le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a lancé le 4 août, à Alger, la nouvelle gamme de prestations et de produits bancaires relevant de la finance islamique de la Banque nationale d’Algérie (BNA). Ces nouveaux produits sont de nature à fournir aux clients particuliers et opérateurs économiques, de nouvelles solutions qui viendront, ainsi en complément de la gamme des produits bancaires classiques déjà commercialisés. A cette occasion, M. Djerad a appelé à la nécessité de moderniser les banques publiques, de généraliser le système de finance islamique et de numériser ce secteur.
Y. M.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici