Un « ancien » qui fait le trait d’union

0
147

Vaste creuset du mouvement nationaliste, la wilaya de Sétif, estiment les historiens, n’a pas été, de par sa position stratégique et la forte mobilisation de ses populations autant dans les villes que dans les zones rurales, sans jouer un rôle important durant la glorieuse Révolution. « Souvenons-nous de Malika Gaïd, l’enfant de Timengach sur les hauteurs de Guenzet, Laid Dhahoui le solitaire, bouclant en plein midi la ville de Sétif, Cheikh Laifa qui n’était cheikh que pour le respect que lui vouaient population et moudjahidine, Meriem Bouatoura qui a marqué de son empreinte la cité de Ain Fouara, Mohamed Kerouani, Abdelwahab Khababa et tant d’autres héroïnes et héros symbolisent aujourd’hui le prix payé par le peuple dans sa lutte pour l’indépendance », écrivait à ce propos un confrère. La famille Mokhnache d’Aïn Oulmene, n’est pas en reste. Á l’occasion d’un reportage consacré par le magazine El Djazaïr.com à l’Entreprise nationale des grands travaux pétrolier (ENGTP), son P-DG Messaoud Mokhnache, lui aussi fils de moudjahid, abordait avec fierté sa région natale ayant beaucoup donné à la Glorieuse Révolution de Novembre. Né quatre ans après le début de la Guerre, il raconte que sa famille a dû quitter en juin 1958, la montagne pour se retrouver dans un camp de concentration, Bazer Sakhra où les conditions atroces font que plus de 700 personnes, pour la plupart des enfants et des personnes âgées, meurent de faim, de soif et de maladie. Au lendemain du recouvrement de l’indépendance, Messaoud Mokhnache, «se vengea » à sa manière. Juste après l’obtention de son ingéniorat d’Etat en mécanique option transport des hydrocarbures de l’INH Boumerdes, il rejoint directement l’ENGTP en 1982. Á cette époque, quelques ingénieurs français « faisaient encore la pluie et le beau temps » au sein de l’entreprise. « Il fallait à tout prix leur démontrer le contraire », se souvient Messaoud Mokhnache. Chose faite. Désormais, la gestion de l’ENGTP est à 100% algérienne. Ce serait le début d’une longue carrière riche « en expériences » « au service de la Nation ». Ayant rejoint l’Entreprise nationale GTP en 1982, il occupa le poste d’ingénieur projet au niveau de la direction régionale de Hassi Messaoud jusqu’en 1984. En 1986, il est nommé au poste de directeur construction au niveau de cette même direction. Il occupe ce poste jusqu’en 1994, année où il est « promu » chef de projets au sein de la direction régionale de Hassi Messaoud. Un poste qu’il occupa dix ans durant. En 2005, Messaoud Mokhnache se voit confier le poste de directeur régional de l’ENGTP Hassi Messaoud jusqu’en août 2012 où il est nommé président-directeur général de l’Entreprise nationale des grands travaux pétroliers.
Tout au long de son exposé portant sur l’activité projets et présentation de l’ENGTP, Messaoud Mokhnache s’est montré communicant, maîtrisant tout, jusqu’au moindre détail. Pas du tout étonnant, lui qui connait l’ENGTP depuis près de quarante ans, 38 pour être précis. Des années durant lesquelles le P-DG de l’ENGTP assiste « à toutes les mutations » qu’a connues l’entreprise. Aussi, l’actuel président-directeur général de l’ENGTP a pris part, tout au long de ces 38 ans à une dizaine de réalisations dites « majeures » au sein de l’ENGTP. Il s’agit notamment de :
– Installations de traitement et de recyclage gaz naturel Hamra,
– Installations de traitement et d’extraction GPL Hassi Messaoud,
– Installations de traitement et d’extraction GPL Phase B Rhourd Nouss,
– Installations de traitement et de développement champs d’huile Ourhoud,
– Installations de traitement de gaz Gassi Touil,
– Projet UTBS Hassi Messaoud,
– Projet GPL3 Hassi Messaoud,
– Projet Traitement Gaz Tiguentourine,
– Développement des champs (Ourhoud-HBNS-El Merk- MLE).
– Extension capacité de stockage Projet Khroub.

F. H.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici