Rachid Metref, président-directeur général de la CNEP-Banque

0
251

Depuis l’indépendance, la CNEP-Banque a toujours été très près des Algériens qui la considéraient comme le lieu de confiance où ils mettaient en même temps toutes leurs économies et tous leurs espoirs. Le petit livret vert était détenu par nos concitoyens comme une relique, un sésame qui leur permettait de réaliser leur rêve, celui de posséder un logement ! La CNEP a toujours été à l’écoute de ses clients, majoritairement des travailleurs aux revenus modestes, qui y trouvaient toutes les facilités pour des crédits divers. Actuellement, la CNEP-Banque fait beaucoup plus, a ajouté de très nombreux produits, a facilité encore plus l’accessibilité à ses offres et s’est rapprochée davantage des Algériens. Son président-directeur général, Rachid Metref, nous en parle dans cet entretien.

El-Djazair.com : Nous vous remercions, monsieur le président, d’avoir accepté de répondre à nos questions. La CNEP-Banque a toujours été leader en matière de services bancaires et en matière de produits nouveaux proposés à ses clients. Qu’en est-il actuellement ?

Rachid METREF : Pour nous rapprocher de notre clientèle, notre premier atout est d’améliorer la qualité de nos services bancaires et d’offrir le meilleur accueil à nos clients au niveau de toutes nos agences sur le territoire national. Nous veillons aussi, et d’une façon constante à la diversification de nos services en prenant en considération les besoins et les attentes de nos clients dans tous les domaines, notamment ceux de l’investissement pour les entreprises économiques à l’échelle la plus large. Nous continuons à motiver l’inclusion financière en proposant des services d’épargne diversifiés comme les comptes d’investissement, les domiciliations des pensions des retraites, etc.  Dans ce cadre justement, je tiens à remercier en cette occasion l’ensemble du personnel pour les efforts fournis et leur dévouement pour assurer le meilleur service aux   clients de la banque.

La CNEP-Banque étant une institution financière à caractère commercial, elle tient à mettre à la disposition de sa clientèle l’ensemble des services bancaires qu’ils sont en droit d’attendre d’elle. Ainsi, et dans le cadre de son plan stratégique 2017-2020, la banque tient à garder sa position de leader dans le financement des particuliers notamment dans le secteur de l’immobilier en offrent plus de 15 solutions adaptés à chaque besoin et participe au développement économique du pays à travers la diversification des crédits d’investissement destinés aux entreprises économiques notamment les PME. Pour cette catégorie justement, nous proposons un financement sous forme de location pour acquérir une propriété immobilière ancienne ou nouvelle de leurs choix pour un usage commercial ou industriel « MELK IDJARI » (leasing immobilier). Notre banque accompagne aussi les professionnels pour l’achat d’un local professionnel, pour des travaux d’aménagement ou l’achat d’équipements pour les professionnels de santé, les avocats, les commissaires aux comptes…

La CNEP-Banque a mis en œuvre, dans le domaine de l’épargne et de la prévoyance, une stratégie de diversification et d’enrichissement de sa gamme dans le but de réaliser l’inclusion financière. D’ailleurs, pour l’année 2020, nous avons pour ambitions l’élargissement de la gamme des produits épargne offerts à la clientèle (le compte épargne jeune, plans d’épargne pour projets, prêt épargne études) et des solutions alternatives (finance islamique), et bien sûr, le développement du digital (e-Banking, mobile-Banking …) et de nouveaux produits d’assurance sont proposés.

El-Djazair.com : Votre banque a toujours été, comme son nom l’indique, tournée vers la collecte de l’épargne, notamment celle des ménages. Comment se porte l’épargne au sein de votre institution ?

Rachid METREF : En effet la CNEP-Banque est toujours considérée comme étant la Banque des particuliers, et demeure leader dans la collecte de l’épargne des ménages. Si nous regardons de près les segments productifs de l’épargne, nos statistiques nous mènent vers les ménages, particulièrement les salariés. C’est le même constat pour ce qui est de nos clients domiciliés à Algérie-Poste. Quant aux entreprises, elles ne participent pas réellement dans l’effort de l’épargne, leurs besoins se matérialisent par la circulation des différentes transactions de virements, liés à leurs activités commerciales et leurs avoirs sont en mouvement continus et de ce fait ne constituent pas une épargne stable.

Le nombre global des comptes épargne et chèques, gérés par la Banque et par Algérie-Poste est de 9 023 197 comptes dont 8 396 533 sont des comptes épargne, représentant ainsi un taux de 93% des ressources.

Le solde global des comptes gérés par la Banque est de 1 299 milliards de dinars (CNEP-Banque et Algérie-Poste), (95% du solde des comptes épargne).

Les comptes épargnes sont au nombre de 8 396 533 dont 4 393 721 auprès des bureaux d’Algérie-Poste et le reste au niveau de nos agences, pour un montant total de 1 236 880 238 DA dont 522 689 481 DA dans les bureaux d’AP et 714 190 757 MDA auprès des agences de la CNEP-Banque. Pour les comptes chèques, ils sont au nombre de 626 664 représentant un montant total de 62 543 079 MDA détenus uniquement auprès des agences de CNEP-Banque. Ce qui nous donne un total de plus de neuf millions de comptes ayant donné lieu à l’épargne de 1 299 423 317 MDA.

Mais il faudrait rappeler que l’environnement concurrentiel a connu d’importants changements avec la commercialisation des produits d’épargne par toutes les banques de la place bancaire algérienne, ce qui rend le maintien de notre position difficile pour capter de nouveaux clients. Néanmoins, et devant l’exigence du marché, la Banque a mis en place, fin 2015, une nouvelle offre qui est l’épargne non rémunérée «RASMALI» qui ne cesse d’attirer des clients.  En plus, ces dernières années, notre pays passe par une conjoncture difficile et son impact sur tous les acteurs économiques est bien visible, nous constatons un recul évident des indicateurs de croissance, ce qui se répercute inévitablement sur l’épargne et sa collecte. Comme les ménages et les particuliers sont le maillon essentiel de cette dernière, il est inéluctable que leurs parts soient en nette diminution, ceci pourrait s’expliquer par le fait que les dernières années, il a été pressenti, par un grand nombre d’acteurs économiques, que la situation en Algérie prenait une nouvelle tournure. Cette situation n’est pas sans répercussion sur l’ensemble des indicateurs financiers, dont la baisse de liquidité et la régression de l’épargne sont parmi les principaux. La situation financière ou les résultats de l’épargne de notre Banque, comme toute autre banque du pays (privée ou publique), sont directement impactés par les événements subis, à commencer par la crise financière mondiale, la chute du prix du baril de pétrole, les évènements populaires et enfin la situation sanitaire « Covid-19 », qui vient s’ajouter pour affaiblir l’épargne des ménages et impacter directement les résultats de la Banque. Nonobstant ces aléas exogènes, la fidélité et la confiance que nous accorde notre clientèle, domiciliée à la CNEP-Banque ou à Algérie Poste, ajoutées à l’instauration d’une politique, basée sur des mesures d’allègement ainsi que l’application des principes et règles appelant à l’inclusion financière en mettant le client au centre de sa préoccupation, notre banque se porte bien, en cumulant ainsi un solde de 1 299 423 317 000  DA et plus de 9 023 197 comptes à gérer.

El-Djazair.com :  La CNEP-Banque possède une solide expérience dans les crédits immobiliers, pouvez-vous nous dire, monsieur le président, quelle votre place dans le marché financier dans ce secteur particulier ?

Rachid Metref : avec une part de plus de 60% du marché national de crédit immobilier hypothécaire en 2019, la CNEP-Banque est leader sans conteste dans ce segment, loin devant les autres institutions qui consentent des crédits immobiliers aux particuliers. Pour l’année 2019, les réalisations de la CNEP-Banque ont été 16 898 pour un montant total de 77 210 millions de DA.

El-Djazair.com : Les finances islamiques sont devenues un produit incontournable dans le nouveau paysage financier algérien. Où en est la CNEP-Banque ?

Rachid METREF : L’opération de mise en place des produits relevant de la finance islamique s’inscrit dans la politique de la CNEP-Banque. Pour ce faire, elle a entrepris différentes démarches afin de mettre en place ce type de produits, et ce, à commencer par le développement d’une gamme diversifiée de produits de collecte de dépôt et de financement, relevant de la finance islamique, tout en veillant à assurer l’indépendance administrative et financière de l’activité de la finance islamique du reste des activités de la Banque.

Aussi, et afin de proposer à sa clientèle des produits conformes aux préceptes de la charia, la CNEP-Banque s’est adressée à l’autorité nationale de la fatwa pour l’industrie de la finance islamique, afin d’obtenir la certification de conformité aux préceptes de la charia des produits proposés.  Cette autorité, créée et mise en place au niveau du Haut Conseil Islamique au mois d’avril 2020, apportera l’assurance à la clientèle quant à la conformité à la charia des produits commercialisés par la Banque. Enfin, et afin de pouvoir lancer la commercialisation de ce type de produits au niveau de nos agences, notre Banque a entrepris les démarches nécessaires afin d’obtenir l’autorisation de commercialisation de la Banque d’Algérie.

Mais comme les produits relevant de la finance islamique sont devenus incontournables dans le nouveau paysage financier algérien, la CNEP-Banque s’est lancée dans cette activité depuis 2017, ce qui en a fait la première banque publique à offrir un produit relevant de la finance islamique, en l’occurrence le produit de financement Ijara Tamlikia, destiné aux particuliers pour le financement de l’immobilier.

Entrant de plain-pied dans cette forme de finances, la CNEP-Banque a entamé la mise en place d’un guichet de finance islamique, financièrement et administrativement indépendant des autres structures de la Banque, et ce, conformément au règlement de la Banque d’Algérie n°20-02 du 15 mars 2020. La CNEP-Banque, et à travers ce guichet, aura à offrir des produits et des services bancaires conformes aux préceptes de la charia à destination de différentes catégories de clientèle, tout en misant sur son capital humain composé de commerciaux qui sont constamment à l’écoute de la clientèle, de son système d’information performant, de son réseau dense d’agences modernes réparties sur l’ensemble du territoire national assurant la proximité à la clientèle. Les produits relevant de la finance islamique inscrits dans la feuille de route de la CNEP-Banque sont destinés à toutes les catégories de la clientèle : particuliers, professionnels et entreprises, en répondant aux besoins spécifiques de chaque catégorie, ainsi qu’en leur permettant d’être en adéquation avec leurs valeurs éthiques. Ils tendent à contribuer à la bancarisation d’une nouvelle tranche de la population ne disposant pas de comptes bancaires, mais aussi pour équiper les clients bancarisés mais ne faisant pas appel aux produits de financement et d’épargne à intérêt.

El-Djazair.com : Qu’en est-il aussi pour les crédits à la consommation, particulièrement pour l’acquisition de véhicules ?

Rachid METREF : pour le crédit à la consommation, il faut rappeler qu’il a été réintroduit par le gouvernement par décret exécutif du 12 mai 2015 et il a été destiné à l’acquisition de matériel électroménager et de véhicules de tourisme neufs pour les particuliers. L’objectif de ce crédit est, outre de permettre aux particuliers aux revenus moyens d’acquérir des véhicules de tourismes ou d’autres produits, de relancer les activités économiques (les véhicules étant fabriqués ou montés en Algérie, de même que les autres produits étant les seuls à être concernés par le crédit à la consommation). Consciente de son importance, la CNEP-Banque s’est engagée dans cette opération et a vu ses résultats, durant les trois derniers exercices, enregistrer une évolution croissante, passant de 464 millions de dinars en 2017, à 674 millions en 2018 et, enfin, à 815 millions de dinars pour l’exercice 2019.

El-Djazair.com : La numérisation de l’administration en général et du secteur bancaire plus précisément est devenue une réalité incontournable en Algérie. Où en est la CNEP-Banque dans tout cela ?

Rachid METREF : La CNEP-Banque a consenti d’importants investissements pour la numérisation de tous ses services et de toutes ses opérations, ayant compris l’importance de ce passage à la modernité qui faciliterait la gestion des différents segments de la banque et le plus dans le traitement rapide de toutes les demandes de nos clients, en lui offrant même de nouveaux services. Déjà, et pour ce qui concerne la règlementation de la banque, tous les textes sont désormais numérisés et peuvent être consultés très rapidement à travers une plateforme Intranet dénommée «SharePoint» qui permet la diffusion et la consultation instantanée de tous les textes règlementaires de la banque. En plus, la CNEP-Banque a entamé la numérisation et l’automatisation de plusieurs volets comme les flux comptables, la gestion des crédits, la messagerie, les DAB ou la consultation des crédits. Notre évolution est constante depuis lors et, à partir de 2010 et jusqu’à maintenant, nous avons mis en place plusieurs progiciels et applications (global banking T24, monétique, LEL, LEP, Rassmali, remplacement des carnets d’épargne par des cartes magnétiques). Nous avons d’autres applicatifs comme Vigilab, Fatca, TEG, la consultation des crédits par Web. L’informatisation a aussi touché la gestion de la ressource humaine qui utilise maintenant des logiciels intégrés pour le suivi de la carrière des collaborateurs depuis leur recrutement jusqu’à leur départ en retraite, de documentation et celui de contrôle de gestion et comptabilité analytique. 

El Djazair.com : toujours dans le cadre de la numérisation, les TPE constituent une étape cruciale dans cette démarche. Qu’a fait votre banque pour cela ?

Rachid METREF : C’est vrai, et la CNEP-Banque a réalisé une avancée notoire dans ce domaine nouveau chez nous mais qui est appelé à connaitre une évolution constante. Pour notre part, nous avons déjà mis en place un parc de 525 TPE qui sont opérationnels alors que 475 autres sont en cours d’installation par la SATIM, ce qui nous fera un total de 1000 TPE dans un proche avenir. La CNEP-Banque prévoit ensuite le déploiement de 2000 autres dès qu’ils nous seront livrés par la Société SSB durant l’exercice 2020/2021. En parallèle à la mise en place des TPE, nous avons formé des techniciens qui ont été affectés au niveau de tous les réseaux de la banque pour assurer auprès de nos clients l’installation du matériel, son paramétrage et sa personnalisation ainsi que la maintenance, la mise à jour et le maintien en conditions opérationnelles.

El Djazair.com : La bancassurance représente aussi une bonne partie des produits bancaires en Algérie et à travers le monde. Quels sont les produits proposés par la CNEP/Banque à ses clients ?

Rachid METREF : Dans une place bancaire hautement concurrentielle, le marché de la  bancassurance constitue une réelle opportunité et un moyen pour la banque d’élargir et de diversifier son offre de produits afin de créer des nouveaux centres  de profit et accroître son PNB,  et ainsi contribuer à la fidélisation de ses clients, qui trouvera dans sa banque un package plus complet (Produit Bancaire et produit assurance) répondant à ses besoins et ses attentes. Avec plus de 4.6 millions de clients et un réseau de distribution de 218 agences qui couvre l’ensemble du territoire national, la CNEP-Banque est la première banque de détail en Algérie et le leader en matière de collecte d’épargne et de crédit aux particuliers. Ces éléments ont permis à la CNEP-Banque de se positionner comme un leader  en bancassurance (branche assurance de personnes) depuis son lancement en 2008. Il est à noter que l’assurance de personnes pesait en 2019 14,3 milliards de dinars de primes perçues (chiffre d’affaires). A lui seul, le réseau d’agences CNEP-Banque distribue près de 16% de ce marché. Au sein des assurances de personnes, la branche vie/décès représente 37% du marché des assurances de personnes. Là encore, le réseau d’agences CNEP-Banque est particulièrement actif sur cette branche : en effet, les services d’assurance des emprunteurs distribués par CNEP-Banque représentent 38% de cette branche vie/décès. La CNEP-Banque met à la disposition de ses clients une panoplie de produits d’assurance de personne : Assurances des emprunteurs, Assurances pour les clients détenteurs du compte chèque, SAHTI, RIHLATI. L’élargissement de la bancassurance à d’autre produits d’assurances dommages est aussi indispensable au développement de l’activité, divers produits dommage tels que la CAT-NAT (assurance catastrophes naturelles) et la multirisque habitation, dont la CNEP-Banque a besoin dans son activité, principalement le crédit, peuvent être commercialisés à travers son réseau de distribution, cela  permettra à la Bancassurance de se positionner comme un axe stratégique important dans le développement futur de la CNEP-Banque.

La CNEP-Banque va aussi lancer les produits de Takaful pour répondre à certaines demandes.

El Djazair.com : La qualité de service demeure le moyen le plus sûr pour toute entreprise de fidéliser sa clientèle et d’attirer d’autres clients. Qu’avez-vous fait pour cela ?

Rachid METREF : La qualité de service est une préoccupation permanente de la banque. C’est dans cette optique    que nous avons recentré notre stratégie commerciale sur le client, en replaçant l’agence dans son vrai rôle au cœur de l’activité de la banque. La CNEP-Banque a ainsi mis en place, au niveau de ses agences commerciales, un organigramme qui octroie une place prépondérante à l’action commerciale. Le service clientèle (qui englobe les chargés d’accueil, les chargés de clientèle, les guichetiers et le caissier, chapeautés par le responsable du service), constitue la force de la banque et c’est à l’ensemble de ces employés que revient la mission d’accueillir, d’être à l’écoute, de comprendre les besoins, de prendre en charge, de vendre la gamme de nos produits et de fidéliser la clientèle. L’ensemble de ces employés ont reçu des formations spécialisées dans leur domaine d’activité. La CNEP-Banque, avec ses 218 agences et 15 directions régionales implantées à travers l’ensemble du territoire national, est le deuxième réseau bancaire en Algérie. Notre politique de développement du réseau de distribution se base sur une présence de proximité, notamment dans les grands centres urbains. Notre plan de développement a également concerné l’aménagement et la modernisation d’un certain nombre d’agences afin de recevoir notre clientèle dans les meilleures conditions d’accueil en matière de confort et de convivialité. Dans cet espace, le client trouve à sa disposition les formulaires pour les opérations et autres prospectus et dépliants en arabe et en français. La signalétique et la progression de la file d’attente sont également codifiées pour permettre au client de retrouver facilement le service auquel il voudrait s’adresser. Par ailleurs, et dans un souci de désengorger l’agence et d’offrir des services efficaces et rapides, un vaste plan d’implantation d’agences automatisées est en cours de mise en place. Déjà, 03 agences automatisées sont opérationnelles à Alger-Centre, à Bejaïa et à Sétif. Ces agences dotées de GAB (guichets automatiques) offrent une panoplie de services et d’opérations pour le client : retrait, versement, commande de chéquier, consultation de compte…

Notre gamme des produits est vaste et diversifiée et s’adresse à toutes les catégories socio-professionnelles : épargne, opérations bancaires, crédits immobiliers aux particuliers, financement des entreprises, financement de la promotion immobilière, bancassurance, financement des professionnels, finance participative.

Les conditions de banque et les taux d’intérêts appliqués par la CNEP-Banque sont parmi les plus compétitifs sur le marché.  La mise en œuvre du nouveau Système d’information a permis de recentrer l’activité sur le client. Il devient ainsi le client de la banque et non plus de l’agence où il est domicilié. Ce qui lui permet de faire ses opérations dans n’importe quelle agence de la CNEP-Banque, d’où un gain de temps considérable et une satisfaction accrue. 

Concernant les nouvelles technologies de l’information et la digitalisation, la CNEP-Banque lancera incessamment le e-banking et le m-banking qui permettront à la clientèle de procéder à des opérations par Internet.

Il faut noter que depuis quelques années l’élément motivant pour le particulier dans la constitution de l’épargne qui était l’accès au logement, s’est vu largement perturbé par les différentes formules offertes dans le cadre de la politique des logements AADL, LPP, LSP…

L’accès à ces formules n’est pas basé sur l’effort de l’épargne, ce qui a en quelque sorte freiné l’épargne liée au logement.

  T. M.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici